Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    "Non à la criminalisation de l'acte politique"    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Le syndicat des pharmaciens réagit    Paidoyer pour une conférence de concertation    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Les joueurs en grève    La semaine de Dame justice    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ryad Girod présente son dernier roman Les yeux de Mansour
RENCONTRE LITTERAIRE à LA LIBRAIRIE MAUGUIN DE BLIDA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 02 - 2019

La librairie Mauguin de Blida organise, aujourd'hui, samedi à partir de 15h, une rencontre littéraire autour du dernier roman de l'écrivain Ryad Girod, intitulé Les yeux de Mansour.
C'est l'auteur lui-même qui viendra présenter son ouvrage qui, notons-le, a reçu tout dernièrement une distinction, celle du grand prix littéraire Assia- Djebar.
L'histoire du roman se déroule à Riyad, en Arabie Saoudite. Mansour, le protagoniste d'une tumultueuse épopée, est condamné à être décapité sur la place Al-Safa Square pour avoir dit : «Je suis Lui», propos considérés par l'islam orthodoxe comme une hérésie car il s'agit, à s'y méprendre, des mêmes dires formulés par Mansour Al-Halaj, dont l'écrivain a, justement, choisi le même prénom à son personnage.
Lesdits propos ont été, en effet, la cause de la mise à mort d'Al-Halaj en 922. Et ce sont ces mêmes «dits extatiques» ou Shatahât de ce dernier qui donneront, comme par atavisme, raison à la foule venue assister à la sentence de Mansour, de scander à l'unisson : «Gassouh ! Gassouh !» (coupez-le ! coupez-le !).
Tout au long du roman, le lecteur est tenu en haleine par cette histoire rocambolesque pleine de digressions philosophiques et de notions relatives à la chose soufie notamment celles d'Ibn Arabi et son disciple l'Emir Abdelkader dont Mansour est, dans cet ouvrage, le descendant. C'est ainsi que l'on ne pourra connaître le sort de Mansour qu'à la fin du livre. Mais avant, que d'excursions et de parenthèses dans le monde soufi et ses personnages qui ont, à travers leur cheminement, intimement marqué ce côté mystique et fascinant de l'islam. De fil en aiguille, l'auteur laisse au lecteur libre cours à son imagination de penser comme il veut au grief de Mansour qui l'a mené au gibet comme ce fut le cas pour son prédécesseur Shihab Al-Din Sohrawardi (1155-1191) que l'on nomme, à juste titre, le maître de l'illumination. Mansour a-t-il été victime, justement, de cette quête vers l'illumination et, partant, vers la perfection humaine ? C'est en filigrane que Ryad Girod voudrait le faire parvenir au lecteur. Sans qu'ils soient formulés expressément, l'on peut deviner sans coup férir ces propos extatiques qui ont entaché un grand nombre de penseurs et philosophes musulmans, si ce n'est cette notion nommée Wahdât Al-Wujûd ou l'unicité de l'être, un concept foncièrement condamné par les rigoristes de l'islam. L'autre biais qui a fait jeter l'anathème à un grand nombre de soufis est également cet élément philosophique propre à d'autres religions et qui est cette pensée appelée Al-Ittihad wal Hulûl ou l'union consubstantielle et l'infusion en Dieu, celle-là même qui a, dans une transe indescriptible, fait dire à Mansour : «Je suis Lui».
C'est dans cette allégresse histoire qui reste loin de tout attachement au monde matériel – même si Mansour roulait dans une luxueuse Camaro et fréquentait la ravisseuse Nadine – que Ryad Girod a pensé son roman.
M. Belarbi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.