Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    La situation financière des clubs relancée    L'Algérie présente au rendez-vous de Djerba    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    L'Algérie prend part à Rome à la réunion ministérielle des pays membres    «Je m'engage à ouvrir un dialogue national sérieux»    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    nouveau président de la République    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Benflis prend acte de sa défaite et annonce le passage de flambeau aux jeunes    Les résultats préliminaires annoncés par l'ANIE    OGC Nice: "Atal absent quelques mois"    Remis de sa commotion cérébrale: L'Algérien Oukidja opérationnel face à Marseille    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Installation de portiques électroniques    « 2019 a été une année exceptionnelle pour moi »    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Election présidentielle: Abdelmadjid Tebboune largement élu président    Les premières leçons de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Court métrage documentaire : Le documentaire "Nice Very Nice" en compétition au Sénégal    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Communiqué du Conseil des ministres    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ryad Girod présente son dernier roman Les yeux de Mansour
RENCONTRE LITTERAIRE à LA LIBRAIRIE MAUGUIN DE BLIDA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 02 - 2019

La librairie Mauguin de Blida organise, aujourd'hui, samedi à partir de 15h, une rencontre littéraire autour du dernier roman de l'écrivain Ryad Girod, intitulé Les yeux de Mansour.
C'est l'auteur lui-même qui viendra présenter son ouvrage qui, notons-le, a reçu tout dernièrement une distinction, celle du grand prix littéraire Assia- Djebar.
L'histoire du roman se déroule à Riyad, en Arabie Saoudite. Mansour, le protagoniste d'une tumultueuse épopée, est condamné à être décapité sur la place Al-Safa Square pour avoir dit : «Je suis Lui», propos considérés par l'islam orthodoxe comme une hérésie car il s'agit, à s'y méprendre, des mêmes dires formulés par Mansour Al-Halaj, dont l'écrivain a, justement, choisi le même prénom à son personnage.
Lesdits propos ont été, en effet, la cause de la mise à mort d'Al-Halaj en 922. Et ce sont ces mêmes «dits extatiques» ou Shatahât de ce dernier qui donneront, comme par atavisme, raison à la foule venue assister à la sentence de Mansour, de scander à l'unisson : «Gassouh ! Gassouh !» (coupez-le ! coupez-le !).
Tout au long du roman, le lecteur est tenu en haleine par cette histoire rocambolesque pleine de digressions philosophiques et de notions relatives à la chose soufie notamment celles d'Ibn Arabi et son disciple l'Emir Abdelkader dont Mansour est, dans cet ouvrage, le descendant. C'est ainsi que l'on ne pourra connaître le sort de Mansour qu'à la fin du livre. Mais avant, que d'excursions et de parenthèses dans le monde soufi et ses personnages qui ont, à travers leur cheminement, intimement marqué ce côté mystique et fascinant de l'islam. De fil en aiguille, l'auteur laisse au lecteur libre cours à son imagination de penser comme il veut au grief de Mansour qui l'a mené au gibet comme ce fut le cas pour son prédécesseur Shihab Al-Din Sohrawardi (1155-1191) que l'on nomme, à juste titre, le maître de l'illumination. Mansour a-t-il été victime, justement, de cette quête vers l'illumination et, partant, vers la perfection humaine ? C'est en filigrane que Ryad Girod voudrait le faire parvenir au lecteur. Sans qu'ils soient formulés expressément, l'on peut deviner sans coup férir ces propos extatiques qui ont entaché un grand nombre de penseurs et philosophes musulmans, si ce n'est cette notion nommée Wahdât Al-Wujûd ou l'unicité de l'être, un concept foncièrement condamné par les rigoristes de l'islam. L'autre biais qui a fait jeter l'anathème à un grand nombre de soufis est également cet élément philosophique propre à d'autres religions et qui est cette pensée appelée Al-Ittihad wal Hulûl ou l'union consubstantielle et l'infusion en Dieu, celle-là même qui a, dans une transe indescriptible, fait dire à Mansour : «Je suis Lui».
C'est dans cette allégresse histoire qui reste loin de tout attachement au monde matériel – même si Mansour roulait dans une luxueuse Camaro et fréquentait la ravisseuse Nadine – que Ryad Girod a pensé son roman.
M. Belarbi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.