Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La terre et ses proprios
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2019

Le long de la côte-ouest d'Alger et sur quelques pans en retrait de la mer, ont proliféré depuis quelques années une succession de «pépinières». La «tendance» a dû se propager dans d'autres terres du pays profond, à moins qu'elle n'ait commencé justement dans ces régions, là où elle est moins visible, avant de s'étendre à cette contrée qui commence à la périphérie de la capitale, là où il est plus difficile de cacher des choses. Précisément là où l'«entreprise» est plus rentable, là où la terre est moins accessible parce que réservée à un cercle de privilégiés au-delà duquel elle devient une chimère, y compris pour les ambitions entrepreneuriales les plus sérieuses. On devine donc que le «phénomène» est d'une plus grande ampleur, surtout parce que d'une manière générale, les «astuces» formelles de la rapine font rapidement le tour du pays, de façon à ce que toute la clientèle, chacun selon son niveau d'intégration, ses capacités de corruption ou de nuisance, puisse en bénéficier. Parce que, finalement, cet essaimage de pépinières ne serait qu'une astuce parmi d'autres, l'imagination en la matière étant d'une légendaire fécondité. Les pépinières seraient donc ce que les «proprios», puisqu'il faut bien les appeler ainsi ne serait-ce que par commodité de langage, ont trouvé comme subterfuge pour s'emparer des terres agricoles sans avoir à faire de… l'agriculture. Une pépinière, du moins telle qu'elle est conçue dans le cas précis, c'est un investissement dérisoire et la complaisance étant au niveau où elle est, ça n'a même pas besoin de faire pousser des arbrisseaux. Il suffit d'y placer quelques pots achetés ailleurs et de payer au Smig un gardien-vendeur pour entretenir le leurre. Et d'attendre tranquillement le jour où on pourra y ériger une promotion immobilière, des commerces ou, carrément revendre, pour les plus… entreprenants. Faire pousser du béton là où on devait faire pousser des vergers ou des potagers ou encore mieux : vendre au prix de l'or ce qu'on a eu pour un plat de lentilles quand ce n'est pas pour rien ! Il n'y a pas que les terres agricoles qui sont l'objet de détournement à une échelle industrielle. Il y a également le foncier… industriel. Il n'y a pas un pan d'Algérie où des centaines, voire des milliers d'hectares attendent que leurs «proprios» puissent en disposer à leur guise, quand ce n'est pas déjà fait. Lorsque M. Yousfi, le ministre de l'Industrie et des Mines, annonce à partir de Bouira, où il était récemment en visite, une nouvelle loi sur la «protection du foncier industriel», on a envie de lui demander si c'est vraiment l'ancien dispositif légal qui a permis son accaparation et surtout si c'est vraiment d'une loi que le gouvernement a le plus besoin pour le récupérer et protéger le reste. Et quand un autre responsable faisait état, quelques jours auparavant, de quelque 200 hectares destinés à l'investissement touristique sur la côte jijelienne qui ont été détournés de leur vocation, on a envie de lui demander s'ils n'ont pas été… détournés tout court. Pas seulement 200 hectares et pas seulement à Jijel.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.