Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Mozabites
ATTITUDES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Quand nous avons découvert la ville de Guerrara il y a de cela quelques années, nous avons été fascinés, il va sans dire, par ses paysages, mais surtout par les hommes du M'zab, par leur discipline, leur droiture, la justesse de leurs comportements. Cela me renvoie quelques années en arrière, quand je partais chez l'épicier de notre quartier, qui n'avait pas encore transformé sa boutique en droguerie ; il portait son pantalon traditionnel et sa araquia blanche sur la tête. Mais ce qui me faisait sourire, c'était les enfants qu'on apercevait à peine derrière le comptoir, vêtus de la même manière. Je trouvais cette miniature tellement jolie ! J'aimais beaucoup comment Bakir recevait les clients. Aimable, poli et jamais énervé ! Dans mon imaginaire de petite fille, je construisais dans ma tête la ville «mystérieuse» d'où ils venaient et façonnais surtout tous les êtres qui y demeuraient. J'entendais tellement de choses à leur propos que je pensais qu'ils venaient d'un autre pays. Ils étaient différents des boulangers, des bouchers, des vendeurs de chaussures, qui se mettaient en rogne pour un oui ou pour un non, qui criaient après les enfants, qui fusillaient du regard le client qui sortait de leur magasin sans rien acheter... Bakir, lui, incarnait la gentillesse, le respect et la bienséance. Quelques années plus tard, que dis-je, plusieurs années ont passé, Bakir n'est plus, mais la droguerie est toujours là, à la même place. C'est son fils qui a grandi et qui a pris le relais. Aussi affable, souriant, conseillant et contentant le client. Gamine, je rêvais de visiter Ghardaïa, percer le mystère de ces hommes différents de ceux de la capitale dont je fais partie.
Ainsi, mon rêve fut exaucé. Je découvris cette cité, son marché, ses ruelles, Beni izguen, la ville sainte, des gens humbles, disciplinés, tous habillés de leur costume traditionnel, des travailleurs consciencieux et des commerçants justes. Et j'ai compris qu'on qualifiait, à tort, de radins. Ils ont plutôt l'art de vendre. Je me rendis ensuite à Guerrara, distante d'une centaine de kilomètres de Ghardaïa. Une région où les gens n'ont rien perdu de leur hospitalité. Où tout est réglé comme du papier à musique, où la discipline, l'ordre, l'obéissance et la non-violence séculaires sont les maîtres-mots. Nous sommes tentés de dire que cette harmonie, cette organisation est presque innée, jamais imposée, comme nous l'expliquera Saïd, un sage. «On dit toujours à nos concitoyens que nous n'imposons à personne de rentrer dans les rangs, que s'ils ne veulent pas de cet ordre, qu'ils sortent de la file.» Et la cerise sur le gâteau, la propreté qui, faut-il l'avouer, a émerveillé les visiteurs que nous sommes. Pour la petite histoire, nous nous trouvions dans un des quartiers de Guerrara, vidé de ses habitants à l'heure de la sieste, un rituel, les rues étaient tellement propres que notre fille voulut s'allonger sur l'asphalte. Elle se demandait pourquoi Alger est tellement sale. Et dire que des forces occultes ont essayé de détruire cet ordre, cette obéissance, cette non-violence séculaires par des tueries... Heureusement, des sages ont réussi à déjouer le complot au nom de tout le pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.