ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    El-Tarf : 20 kg de kif saisis, 7 personnes écrouées    Bouchareb annonce un virage à 180 degrés: Le FLN soutient le mouvement populaire    Chlef: La grève des impôts largement suivie    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    CAN-2019: Algérie - Gambie, vendredi à 20h45: Le match des jeunes loups de Belmadi    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Le coup de pied de l'âne    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Des arbitres nigériens pour Guinée Equatoriale - Algérie des U23    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    Manifestations populaires et perspectives    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    De l'eau 24h/24 pour les Constantinois dès 2020    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Mozabites
ATTITUDES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Quand nous avons découvert la ville de Guerrara il y a de cela quelques années, nous avons été fascinés, il va sans dire, par ses paysages, mais surtout par les hommes du M'zab, par leur discipline, leur droiture, la justesse de leurs comportements. Cela me renvoie quelques années en arrière, quand je partais chez l'épicier de notre quartier, qui n'avait pas encore transformé sa boutique en droguerie ; il portait son pantalon traditionnel et sa araquia blanche sur la tête. Mais ce qui me faisait sourire, c'était les enfants qu'on apercevait à peine derrière le comptoir, vêtus de la même manière. Je trouvais cette miniature tellement jolie ! J'aimais beaucoup comment Bakir recevait les clients. Aimable, poli et jamais énervé ! Dans mon imaginaire de petite fille, je construisais dans ma tête la ville «mystérieuse» d'où ils venaient et façonnais surtout tous les êtres qui y demeuraient. J'entendais tellement de choses à leur propos que je pensais qu'ils venaient d'un autre pays. Ils étaient différents des boulangers, des bouchers, des vendeurs de chaussures, qui se mettaient en rogne pour un oui ou pour un non, qui criaient après les enfants, qui fusillaient du regard le client qui sortait de leur magasin sans rien acheter... Bakir, lui, incarnait la gentillesse, le respect et la bienséance. Quelques années plus tard, que dis-je, plusieurs années ont passé, Bakir n'est plus, mais la droguerie est toujours là, à la même place. C'est son fils qui a grandi et qui a pris le relais. Aussi affable, souriant, conseillant et contentant le client. Gamine, je rêvais de visiter Ghardaïa, percer le mystère de ces hommes différents de ceux de la capitale dont je fais partie.
Ainsi, mon rêve fut exaucé. Je découvris cette cité, son marché, ses ruelles, Beni izguen, la ville sainte, des gens humbles, disciplinés, tous habillés de leur costume traditionnel, des travailleurs consciencieux et des commerçants justes. Et j'ai compris qu'on qualifiait, à tort, de radins. Ils ont plutôt l'art de vendre. Je me rendis ensuite à Guerrara, distante d'une centaine de kilomètres de Ghardaïa. Une région où les gens n'ont rien perdu de leur hospitalité. Où tout est réglé comme du papier à musique, où la discipline, l'ordre, l'obéissance et la non-violence séculaires sont les maîtres-mots. Nous sommes tentés de dire que cette harmonie, cette organisation est presque innée, jamais imposée, comme nous l'expliquera Saïd, un sage. «On dit toujours à nos concitoyens que nous n'imposons à personne de rentrer dans les rangs, que s'ils ne veulent pas de cet ordre, qu'ils sortent de la file.» Et la cerise sur le gâteau, la propreté qui, faut-il l'avouer, a émerveillé les visiteurs que nous sommes. Pour la petite histoire, nous nous trouvions dans un des quartiers de Guerrara, vidé de ses habitants à l'heure de la sieste, un rituel, les rues étaient tellement propres que notre fille voulut s'allonger sur l'asphalte. Elle se demandait pourquoi Alger est tellement sale. Et dire que des forces occultes ont essayé de détruire cet ordre, cette obéissance, cette non-violence séculaires par des tueries... Heureusement, des sages ont réussi à déjouer le complot au nom de tout le pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.