"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre des amulettes ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

Il y a des mecs omniscients (tu vois, ce sont ces gens qui savent tout, quel que soit le domaine !) qui nous expliquaient doctement, il y a encore quelques jours, que nous n'avions décidément rien pigé. Et que, de toutes les façons, hormis leurs augustes individus, personne n'a jamais rien compris au galimatias qui nous sert de sphère politique dans ce pays.
Leur message même pas codé est, d'un mot, qu'il était impossible qu'Abdelaziz Bouteflika rempile pour un cinquième mandat. L'argument ? «Tu as vu son état de santé.» Nos experts qui-savent-tout-des-arcanes dédouanent par avance leurs compères conseilleurs de princes : « Ils ne feront pas ça, non ! Ils n'oseront pas. Le monde entier se gaussera de nous, on n'en est pas là tout de même !» La prière du vendredi est dite ! Fermez le ban.
Et la conséquence, logique, s'impose. Le Système, le Clan, le Cabinet noir, et je ne sais quoi, et je ne sais qui, est en train justement de plancher sur une solution de rechange à la Guépard de Lampedusa : «Tout changer pour que rien ne change.»
Les bulbes gambergent pour trouver un candidat de substitution. Un qui tienne la route, tu vois ce que je veux dire ! Suit une liste de noms possible. Laquelle liste change tous les jours avant de finir engloutie par la dure loi de la réalité.
Quelques-uns parmi ces lecteurs des desseins de Dieu fustigeaient même ceux qui, habitués aux aberrations surréalistes de ce pays au point de n'être surpris de pas grand-chose, subodoraient qu'il n'en serait rien et qu'il y aura bien un cinquième mandat. Ces laboureurs de la prospective étaient accusés illico presto de propager des rumeurs nuisibles à l'intérêt national. «Tu joues le jeu de qui, là ?» Allons bon !
Puis la nouvelle tombe. Aïe ! Sans surprise ! Attendue pourtant en dépit de toutes les dénégations des oracles du système et de ses alentours, elle a provoqué la sidération. Et la tristesse ! Pauvre pays ! Pauvre homme !
Oui, il y va ! Comment ? Il y va, il court, je te dis! J'ai bien entendu ? Heu, quoi ? Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, compris ! Abrège !
Et du coup, j'ai l'impression qu'on va dérouler ici, comme ailleurs, le même propos depuis 20 ans. Y'a rien de nouveau à dire ?
Il s'est lancé comme une course à l'échalote où chacun, preuves à l'appui, vient nous montrer que la suite lui a donné raison. Bravo, c'est toi qui as vu juste ! Oui, tu savais qu'on allait vers le cinquième mandat. Oui, tu savais que… Je vous aurais prévenu !
Cette voyance extralucide ne régénère pas le commentaire politique algérien englué dans un pathétique surplace. On a tout vu. On se répète ? Pas possible de faire autrement ! C'est la loi du genre ! Il y a des jours où on se rêve commentateur sportif. Là au moins, ça bouge !
Au fond, il est à la fois nécessaire et superflu de chercher à comprendre. Visiblement, pas intérêt à sortir du troupeau ! Les régimes faibles font preuve de force irrationnelle lorsque la situation leur échappe. Et c'est le cas là !
Mais, voilà une occasion d'ajouter du monde à la liste déjà bien achalandée de ses ennemis. D'un côté, émettre des réserves sur le cinquième mandat ou afficher la position en toute démocratie de son scepticisme peut exposer à des représailles. Si exprimer tes opinions dans le strict respect du débat entre gens civilisés peut faire actionner le boomerang, à quoi cela sert-il de «voter» ces opinions ?
Et de l'autre, discuter la candidature d'Ali Ghediri, l'outsider favori, et respectable autant que ses soutiens divers et sincères, peut conduire certains de ses partisans à des intolérances incompréhensibles.
Le seul fait de s'être demandé si le doute prévisible sur la loyauté du scrutin ne devrait pas, tant qu'à faire, laisser le Président sortant «gagner contre personne» nous a attiré toutes foudres qui étaient en mal d'usage. Comme si, à la conception iconique qui déifie le Président sortant on devait fatalement opposer une candidature messianique. La guerre des amulettes n'aura pas lieu ?
Transcription d'un petit échange sans importance avec un ami qui soutient Ali Ghediri :
C'est lui qui commence :
- Tu devrais venir avec nous soutenir Ali Ghediri. C'est la dernière chance de changer le système. Si tu continues à hésiter, l'Histoire te condamnera comme un allié objectif des forces de la régression.
- Mais est-ce une bonne idée d'aller à des élections qui risquent d'aboutir au résultat que l'on sait. Bouteflika n'y va pas pour perdre, tu le sais bien.
Là, il me cite les qualités d'Ali Ghediri comme arguments électoraux :
- Il est intègre, il a un doctorat de sciences politiques, il a un programme qui conduit vers un Etat de droit, etc.
Mais on n'est pas dans une configuration d'une compétition démocratique où les qualités des candidats et leurs programmes feront la différence. On n'est pas non plus dans un système où la maîtrise de la communication numérique pourrait décider les gens à voter.
L'idée que tout cela est cousu du même fil blanc dont la pelote remonte à loin est enracinée dans le scepticisme des Algériens. Bien sûr, il y a tous ces gens qui ont milité et qui militent encore et qui veulent absolument faire quelque chose pour changer quelque chose. Ali Ghediri peut être le vecteur de ce changement. Mais…
Il reste, par delà la sidération, le droit de s'interroger. Que le système doive changer, c'est certain. Mais comment, par qui ? Ce sont toutes ces questions que ne règle pas un scrutin.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.