Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réformes sans ouverture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 02 - 2019

La pensée occidentale, toutes écoles confondues, continue à faire valoir son prisme de lecture à des contextes socio-politiques inédits dans l'Histoire.
«Après la répression, la révolte ?», se demande quant à l'avenir de la Chine Dissent Magazine, dans son numéro de cet hiver, sous la plume de l'historienne Maura Elizabeth Cunningham, professeure à la prestigieuse université d'Oxford ?(*)
Dans l'ensemble, il est reproché au désormais Président à vie Xi Jinping de «consolider son pouvoir à un degré jamais vu depuis l'époque de Mao», alors que «le système rigide qu'il préside peut être plus fragile qu'il n'y paraît».
L'amendement constitutionnel de l'Assemblée populaire nationale chinoise en mars 2018 a éliminé la limitation des mandats à deux – qui était en place depuis 1982.
Depuis un an, Xi assume donc trois fonctions : il est à la fois Président, président de la Commission militaire centrale et secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC). Agé d'à peine soixante-cinq ans, il «pourrait (donc) potentiellement rester en charge pendant plusieurs décennies».
A titre de digression, s'agissant de son espérance de vie, l'auteure de l'étude soutient que Xi a de qui tenir génétiquement parlant : «Son père, Xi Zhongxun, ancien responsable du PCC, a survécu à la guerre et à l'exil politique à l'âge de quatre-vingt-huit ans, et sa mère était toujours vivante au début des années quatre-vingt.»
Cette perspective suscite moult inquiétudes au regard de la personnalité de Xi, plutôt autoritaire, depuis son accession au poste de secrétaire général à la fin de 2012 : «Sous Xi, l'Etat-parti dirigé par le PCC a arrêté des avocats et des militants sociaux, renforcé la censure et réduit l'espace disponible pour ceux qui recherchent des changements même modérés à l'intérieur du système politique.»
Il lui est toutefois reconnu d'avoir «mené une campagne anti-corruption de grande envergure au sein du parti», même si, au passage, elle l'a servi pour se débarrasser de ses rivaux politiques.
Il lui est également reproché d'exercer le pouvoir sans partage – il est surnommé «le Président de tout» – à la tête «de nombreux ‘'petits groupes dirigeants'', qui supervisent différents aspects des activités du gouvernement, tels que les relations avec Taiwan et la cybersécurité, et opèrent au-dessus des départements bureaucratiques désignés comme tels».
Xi est associé au type même de dirigeant que les hauts responsables du PCC avaient pourtant juré d'empêcher de prendre le contrôle du pays après Mao à sa mort, en 1976 : «Le pays qu'il dirigeait depuis sa fondation en 1949 était ravagé par une décennie de bouleversements formellement connue sous le nom de ‘'Grande révolution culturelle prolétarienne''. Le principal objectif de Mao en lançant la Révolution culturelle était d'éliminer ses ennemis politiques et de reprendre le contrôle du pouvoir, mais la campagne a occasionné d'importants dommages collatéraux. Les universités ont fermé leurs portes, l'activité économique a été ignorée et les liens sociaux ont été rompus, chaque voisin étant accusé d'action contre-révolutionnaire.»
Les réformes inaugurées en 1978 ont réhabilité l'activité économique et abandonné le culte de la personnalité.
Le régime a tiré les enseignements du modèle soviétique à la suite des manifestations de 1989 sur la place Tiananmen ; il a notamment conclu qu'une libéralisation politique complète pouvait lui être fatale : «Des réformes limitées de la gouvernance offraient toutefois la possibilité de canaliser et de répondre aux doléances des citoyens au sein du système; le parti gardant le contrôle et se montrant attentif à la volonté du peuple.»
Le nouveau modèle s'apparente à «un autoritarisme résilient, dans lequel l'Etat est suffisamment sûr pour permettre un engagement politique civil à son plus bas niveau (élections de village, activité de la société civile et règlement judiciaire des litiges). Au sommet, des dirigeants technocratiques compétents travaillent ensemble dans un cadre consensuel».
Les dix années passées sous la direction de Hu Jintao (président de la République du 15 mars 2003 au 14 mars 2013) ont éloigné le pays du chemin des réformes, chacune d'entre elles étant désormais systématiquement neutralisée, au nom de la stabilité sociale et du maintien de l'emprise du PCC sur le pouvoir.
La direction du PCC a tracé des «frontières institutionnelles» pour réprimer tout ce qu'elle ne pouvait pas complètement contrôler.
«A court terme, l'Etat-parti peut arrêter un manifestant, censurer des publications sur les médias sociaux et réprimer la dissidence, mais sa capacité à maintenir cette fermeté sur le long terme est incertaine.»
«Lorsque les perspectives de réformes graduelles sont étouffées, la pression en faveur d'un changement révolutionnaire augmente.»
Xi a inauguré un nouvel âge : Mao a mené à bien la première révolution, qui a abouti à la fondation de la République populaire de Chine, Deng a érigé les réformes postérieures à 1978 en «deuxième révolution», alors qu'avec Xi, le PCC serait «entré dans une période de stagnation et de déclin possible».
La politique et les actions de Xi sont toutefois jugées prometteuses pour repositionner le pays, tant sur le plan national qu'international : «La République populaire de Chine est en train de passer d'une dépendance à la fabrication bas de gamme à l'innovation de haute technologie, et le PCC cherche à faciliter cette transition en promouvant des industries de pointe, telles que les véhicules électriques.»
«A certains égards, Xi a eu plus de succès dans le domaine des relations extérieures. Au moment où les Etats-Unis se retirent de leur rôle de premier plan, la République populaire de Chine s'intègre dans d'autres espaces, notamment par le biais d'un vaste programme d'aide étrangère, de commerce et d'infrastructures baptisé ‘'Initiative ceinture et route''.»
Dans l'ensemble, le programme de Xi réhabilite l'Etat dans la vie politique et économique mais il reste «une réforme sans ouverture», favorisant le contrôle plutôt que la concurrence, ce qui empêche son optimisation stratégique sur le long terme.
A. B.
(*) Maura Elizabeth Cunningham, After Repression, Revolt ?, Dissent Magazine, Hiver 2019, https://www.dissentmagazine.org/article/after-repression-revolt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.