La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue, pour quoi faire ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 02 - 2019

Il est beaucoup question de la rue, ces derniers jours, et il en sera sans doute question pour un moment. Il y a déjà eu quelques marches sporadiques à des endroits épars du pays et parfois dans des bourgades que personne n'attendait. Personne ne les attendait parce qu'elles n'ont pas vraiment la réputation de couver des colères particulières ni d'être des bastions traditionnels de la contestation politique.
Eparses et éloignées les unes des autres, elles ont certainement été différentes dans leur niveau de mobilisation, dans les mots d'ordre «associés» et peut-être bien dans la durée et le mode d'organisation.
Enfin, là où il y en a eu. Trois choses en commun tout de même : la première est que personne ne sait qui a été à l'initiative, puisque personne n'y a publiquement appelé en s'identifiant. Ni parti, ni association, ni syndicat, ni personnalité connue. La seconde est que, partout, elles se sont déroulées dans l'ordre, elles ont été pacifiques et à aucun moment elles n'ont été empêchées par les forces de sécurité. Le mot d'ordre majeur a été partout le même : contre le cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Il y a bien eu des slogans «associés» comme c'est écrit plus haut mais l'impression est très nette : ils sont plus l'émanation de quelques inspirations dans le feu de l'action que d'un discours convenu. Deux d'entre ces marches ont été entamées à la sortie d'un stade de foot. A Béjaïa, les supporters ou supposés tels ont prolongé une colère motivée par la mauvaise saison du Mouloudia local, pour «improviser» une protesta contre la candidature du Président. A Alger, c'est à peu près la même chose, sauf que l'USMA n'est pas vraiment en crise de résultats. On attendait la galerie de ce club plus dans la parade triomphale que dans la grogne des mécontents. Mais on a fait comme ceux du MOB. C'est fou, à moins que ce ne soit troublant, entre Bougie et Alger, on a fulminé pour la chose et son contraire. Mais il y a eu d'autres bourgades pour les mêmes mots, les mêmes rangs, les mêmes couleurs et la même… sérénité que la police n'est pas venue troubler. Comme dans un conte de fées, on a marché tranquillement contre la candidature de Bouteflika, avant de rentrer tranquillement à la maison. Ce serait intéressant de savoir s'il y a eu des œillets. En attendant les prochains jours, il y a ceux qui ont peur parce qu'il y a des raisons d'avoir peur. Il y a ceux qui sourient dans le coin de la lèvre parce que, mortellement perspicaces, on ne la leur fait pas. C'est «travaillé», qu'ils disent. Il y en a d'autres, ceux à qui on ne fait pas peur. Ils jurent de marcher parce que les appréhensions, les craintes et les avertissements sortent d'un laboratoire, le même. Il y a ceux qui demandent à comprendre. Difficile. Ce n'est jamais évident quand ça part dans le prolongement d'un stade de foot. C'est toujours inquiétant, quand ça démarre à la sortie des mosquées.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.