Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Bencherif à Nekkaz
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2019

Quand les Algériens avaient découvert sa tête et son discours à la faveur d'un débat télévisé, les réactions ont été diverses mais elles avaient en partage une sympathie envers un homme dont le moins qu'on puisse dire est qu'il avait mis un souffle d'air frais dans la parole politique des pénibles années de plomb. Rabah Bencherif, que personne ne connaissait jusqu'alors, venait de faire une irruption pour le moins spectaculaire dans un paysage partisan encore à ses premiers balbutiements pluralistes. Dans sa bouille attachante et son succulent accent constantinois, les Algériens ont aussi découvert un homme politique qui parlait comme tout le monde, même si dans son propos, il était difficile de discerner le talent naturel du comédien de la vraisemblable mise en scène du charmeur intéressé. Cependant, il n'y a pas eu que sa verve et sa gestuelle qui avaient retenu l'attention.
C'est que le bonhomme était tellement sympathique que ses quelques propositions pour le développement du pays, quoique farfelues, avaient trouvé quelque écho. Bien sûr, Rabah Bencherif n'a pas résisté à l'épreuve du «terrain», il a tenu le temps d'un nuage d'été. Au vu de l'évolution des choses depuis qu'il a disparu de la scène, on est tenté de dire que c'est injuste ! D'autres, aussi, légers, la sympathie en moins et la prédation en plus, ont fait de «brillantes carrières» en politique, sont devenus ministres, députés ou sénateurs. Il y en a même qui ont nourri des ambitions d'homme d'Etat ! Et quand de pauvres bougres édentés qui n'arrivent pas à aligner trois phrases dans aucune langue sont happés par les caméras à leur sortie du ministère de l'Intérieur où ils ont retiré leurs dossiers de candidature à l'élection présidentielle, il s'en est encore trouvé, naturellement, des Algériens qui ont été outrés par l'attitude de ceux qui les ont traités avec mépris. Et ils ne manquent pas d'arguments.
Ils sont même parfois pertinents et justes. Quand ils disent qu'ils «ne sont pas plus médiocres que ceux qui sont aux affaires du pays», que «eux au moins ils n'ont rien volé» et qu'ils «valent mieux que ceux qui soutiennent un malade», il n'y a pas que le dépit et l'aigreur dans leur propos. Dans ce paysage inquiétant, dans ces conditions incertaines, il n'est pas étonnant qu'un personnage comme Rachid Nekkaz occupe les médias et commence même à se faire un petit périmètre de la vraie vie. On ne sait toujours pas grand-chose de lui, on ne lui connaît pas de projet, on ne lui connaît pas d'action en dehors de la fois où il a généreusement payé les amendes de quelques dames… françaises verbalisées pour le port du niqab. Mais on entend déjà dire qu'il vaut mieux que les «autres». En plus, contrairement aux pauvres bougres en question, il a une belle dentition et une logistique de campagne.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.