Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cheikh qui voulait mourir chef de tribu
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

On l'aura deviné, ce petit conte n'a aucun rapport bien entendu avec quelque actualité que ce soit. Je sais qu'on y verra des similitudes, c'est fatal, mais comme on dit en avertissement de certains films de fiction, «toute ressemblance avec des faits ou des personnages existant ou ayant existé est purement fortuite».
Donc, c'est entendu. Pure imagination. Le conte narre l'histoire d'un cheikh, vénérable pour ses affidés, plutôt machiavélique pour d'autres, qui voulait mourir coûte que coûte chef de la Tribu. Il ne fait aucun doute que certains le trouvaient plutôt bienveillant, ce brave cheikh ! D'ailleurs, l'un de ses féaux interpella un jour le Peuple de l'oasis pour lui dire ces paroles presque prophétiques : «C'est Dieu qui nous l'a envoyé pour réformer la Tribu.»
Quelques-uns avaient fini par lui vouer une certaine allégeance plus ou moins intéressée car ce vieil homme était si bon qu'il leur avait donné le champ libre pour un désossement patriotique de la Nation. Il faut dire que du temps de sa flamboyance, le cheikh, frappé désormais de mutité, possédait un talent oratoire hors du commun. Il était capable de vendre du sable aux Bédouins.
La caste de ses obligés sentait bien qu'elle aurait tout à perdre si le cheikh ne mourrait pas chef de la Tribu.
Je sais que l'histoire paraît invraisemblable mais peut-être faut-il revenir au commencement. Ce vieil homme avait été dans sa jeunesse l'habile vizir d'un autocrate. A la mort de ce dernier, le vizir se voyait calife à la place du calife. Mais les oracles en décidèrent autrement. Les gardes du Palais lui préférèrent l'un des leurs, un gradé. Notre vizir, orphelin de protecteur et abandonné par le Palais, se retrouva à la porte du désert. Pour rallier les royaumes de ses amis riverains de la mer de sable où le pétrole coulait à flots, il devait en réussir la traversée.
Il faut dire que la Tribu vivait dans une oasis choyée par la nature puisque son sous-sol était gorgé de richesses. Les imams disaient d'ailleurs que cette richesse était un don de Dieu pour récompenser un Peuple de croyants qui n'avaient plus besoin de travailler.
Mais un jour, alors que le cheikh attendait son heure, des démons s'emparèrent de la Tribu qui se divisa en factions hostiles les unes aux autres. La plus véhémente, celle des fanatiques, se mit en tête de purifier par la lame la Tribu de ses apostats et de ses frileux. S'ensuivirent des massacres et le sang de milliers de victimes gonfla les oueds d'un cours furieux.
A la neuvième année du désastre, les gardiens du Palais firent revenir le cheikh de son exil. Il devint prestement chef de la Tribu, coopté par les gardes du Palais. En vérité, cela ne fut pas si simple car il fallut pour cela pousser les autres prétendants à renoncer à leur ambition.
Le cheikh voulait que cet accès au pouvoir marque le sacre éclatant de sa vie. Le voilà donc enfin chef de la Tribu. Il avait à sa disposition toutes les tribunes de l'oasis et toutes celles des autres nations pour laisser s'épanouir son talent oratoire auquel ses partisans attribuaient un pouvoir proche du surnaturel. Il se mit à gouverner, aidé par la prospérité procurée par la vente des richesses du sous-sol à d'autres nations. Jamais l'Oasis ne fut si riche et jamais les oasiens ne furent si pauvres, hormis la caste de ses obligés. Le cheikh entreprit de réconcilier les factions en confondant, dans l'amnistie et par l'amnésie, le bourreau et la victime.
Il devint indéracinable. La caste dut retoucher le Parchemin pour lui permettre de commencer ici bas son éternité. Puis un jour, les djinns le frappèrent en traître d'un mal fulgurant qui le cloua dans l'aphasie. On fit venir les marabouts qui savaient lire dans les silences ses désirs secrets. Le plus fort ou le plus rusé d'entre eux révéla qu'il plairait à Dieu qu'en dépit de son mal, le cheikh mourut chef de la Tribu. On commença à construire un mausolée à sa gloire.
Les Oasiens s'habituèrent tant bien que mal aux absences de leur cheikh qui ne leur parlait plus que par Caste interposée. Les membres de la Caste n'avaient plus le temps. Ils tenaient bon. Le désossement patriotique de la Nation se poursuivait allègrement.
On compensa l'absence du cheikh par une amulette portant son portrait. Partout où sa présence devenait nécessaire, on envoyait l'amulette devant laquelle les ouailles se prosternaient.
Quand la Tribu fut persuadée que le cheikh devait enfin passer la main, quel ne fut pas son désappointement d'apprendre par la Caste qu'il voulait mourir sur le trône. Cette opiniâtreté réveilla chez les Oasiens endormis la flamme de la révolte. Ils sortirent pour clamer, vainquant la peur, leur désir de cesser d'être humiliés car ils découvrirent que la reconduction du cheikh invalide signifiait que l'oasis n'avait pas un seul homme digne de lui succéder.
Et c'est ainsi que le cheikh, en s'acharnant à marabouter encore le peuple de l'Oasis, parvint sans le vouloir à le réveiller d'un sommeil indéchiffrable.
Le conte n'a pas de fin car, à l'heure qu'il est, le peuple de l'Oasis est encore en marche.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.