Real : Une provocation de Bale dans le vestiaire ?    JOURNEE NATIONALE DE L'ETUDIANT : Les universitaires dans la rue    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    Déstabilisations cycliques    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Hirak et ramadhan    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Echauffourées entre jeunes et policiers    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cheikh qui voulait mourir chef de tribu
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

On l'aura deviné, ce petit conte n'a aucun rapport bien entendu avec quelque actualité que ce soit. Je sais qu'on y verra des similitudes, c'est fatal, mais comme on dit en avertissement de certains films de fiction, «toute ressemblance avec des faits ou des personnages existant ou ayant existé est purement fortuite».
Donc, c'est entendu. Pure imagination. Le conte narre l'histoire d'un cheikh, vénérable pour ses affidés, plutôt machiavélique pour d'autres, qui voulait mourir coûte que coûte chef de la Tribu. Il ne fait aucun doute que certains le trouvaient plutôt bienveillant, ce brave cheikh ! D'ailleurs, l'un de ses féaux interpella un jour le Peuple de l'oasis pour lui dire ces paroles presque prophétiques : «C'est Dieu qui nous l'a envoyé pour réformer la Tribu.»
Quelques-uns avaient fini par lui vouer une certaine allégeance plus ou moins intéressée car ce vieil homme était si bon qu'il leur avait donné le champ libre pour un désossement patriotique de la Nation. Il faut dire que du temps de sa flamboyance, le cheikh, frappé désormais de mutité, possédait un talent oratoire hors du commun. Il était capable de vendre du sable aux Bédouins.
La caste de ses obligés sentait bien qu'elle aurait tout à perdre si le cheikh ne mourrait pas chef de la Tribu.
Je sais que l'histoire paraît invraisemblable mais peut-être faut-il revenir au commencement. Ce vieil homme avait été dans sa jeunesse l'habile vizir d'un autocrate. A la mort de ce dernier, le vizir se voyait calife à la place du calife. Mais les oracles en décidèrent autrement. Les gardes du Palais lui préférèrent l'un des leurs, un gradé. Notre vizir, orphelin de protecteur et abandonné par le Palais, se retrouva à la porte du désert. Pour rallier les royaumes de ses amis riverains de la mer de sable où le pétrole coulait à flots, il devait en réussir la traversée.
Il faut dire que la Tribu vivait dans une oasis choyée par la nature puisque son sous-sol était gorgé de richesses. Les imams disaient d'ailleurs que cette richesse était un don de Dieu pour récompenser un Peuple de croyants qui n'avaient plus besoin de travailler.
Mais un jour, alors que le cheikh attendait son heure, des démons s'emparèrent de la Tribu qui se divisa en factions hostiles les unes aux autres. La plus véhémente, celle des fanatiques, se mit en tête de purifier par la lame la Tribu de ses apostats et de ses frileux. S'ensuivirent des massacres et le sang de milliers de victimes gonfla les oueds d'un cours furieux.
A la neuvième année du désastre, les gardiens du Palais firent revenir le cheikh de son exil. Il devint prestement chef de la Tribu, coopté par les gardes du Palais. En vérité, cela ne fut pas si simple car il fallut pour cela pousser les autres prétendants à renoncer à leur ambition.
Le cheikh voulait que cet accès au pouvoir marque le sacre éclatant de sa vie. Le voilà donc enfin chef de la Tribu. Il avait à sa disposition toutes les tribunes de l'oasis et toutes celles des autres nations pour laisser s'épanouir son talent oratoire auquel ses partisans attribuaient un pouvoir proche du surnaturel. Il se mit à gouverner, aidé par la prospérité procurée par la vente des richesses du sous-sol à d'autres nations. Jamais l'Oasis ne fut si riche et jamais les oasiens ne furent si pauvres, hormis la caste de ses obligés. Le cheikh entreprit de réconcilier les factions en confondant, dans l'amnistie et par l'amnésie, le bourreau et la victime.
Il devint indéracinable. La caste dut retoucher le Parchemin pour lui permettre de commencer ici bas son éternité. Puis un jour, les djinns le frappèrent en traître d'un mal fulgurant qui le cloua dans l'aphasie. On fit venir les marabouts qui savaient lire dans les silences ses désirs secrets. Le plus fort ou le plus rusé d'entre eux révéla qu'il plairait à Dieu qu'en dépit de son mal, le cheikh mourut chef de la Tribu. On commença à construire un mausolée à sa gloire.
Les Oasiens s'habituèrent tant bien que mal aux absences de leur cheikh qui ne leur parlait plus que par Caste interposée. Les membres de la Caste n'avaient plus le temps. Ils tenaient bon. Le désossement patriotique de la Nation se poursuivait allègrement.
On compensa l'absence du cheikh par une amulette portant son portrait. Partout où sa présence devenait nécessaire, on envoyait l'amulette devant laquelle les ouailles se prosternaient.
Quand la Tribu fut persuadée que le cheikh devait enfin passer la main, quel ne fut pas son désappointement d'apprendre par la Caste qu'il voulait mourir sur le trône. Cette opiniâtreté réveilla chez les Oasiens endormis la flamme de la révolte. Ils sortirent pour clamer, vainquant la peur, leur désir de cesser d'être humiliés car ils découvrirent que la reconduction du cheikh invalide signifiait que l'oasis n'avait pas un seul homme digne de lui succéder.
Et c'est ainsi que le cheikh, en s'acharnant à marabouter encore le peuple de l'Oasis, parvint sans le vouloir à le réveiller d'un sommeil indéchiffrable.
Le conte n'a pas de fin car, à l'heure qu'il est, le peuple de l'Oasis est encore en marche.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.