Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Début de la révision des listes électorales    Les partisans de la transition reviennent à la charge    Le niet de Benbitour    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Impasse juridique en cas de victoire de Nabil Karoui    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    Plus de 2 000 armes saisies ces derniers mois détruites    Les autorités ordonnent une nouvelle enquête    Ce que disent les avocats sur la rencontre Toufik-Saïd Bouteflika    En quelques points    Quand ça bricole, ça coule !    NAHD-ESS, choc des malclassés    Bouchar risque 4 matches de suspension    Adrar : "Il ne reste que quelques détailsà régler"    Velud : "La JSK est sur une courbe ascendante"    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Lancement de la campagne à Naâma    Les syndicats chez le ministre    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    Le procès renvoyé au 29 septembre    Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Bouira: Plus de 7.500 places pédagogiques à la formation professionnelle    GALETTE ET PETIT-LAIT    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commerçants et travailleurs répondent à l'appel
Grève générale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 03 - 2019

Le mot d'ordre de grève générale n'est pas resté sans échos. Bien que différemment suivie en fonction des wilayas, l'activité commerciale était quasiment paralysée dans certains quartiers. Des travailleurs des filiales de Sonelgaz, ceux de la zone industrielle de Rouiba mais également de l'Etusa et d'Algérie Télécom ont gelé toute activité.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Début de semaine plus que singulier. Les artères de la capitale, d'ordinaire embouteillées dès les premières heures de la matinée, étaient étrangement fluides. Le mot d'ordre de grève générale lancé depuis plusieurs jours à travers les réseaux sociaux n'a pas laissé insensible.
Les commerçants ont été les premiers à donner le ton. Dans plusieurs quartiers de la capitale, le décor était quasiment le même : beaucoup de commerces ont baissé leurs rideaux, rejoignant le mouvement de contestation.
Sur la rue Hassiba, d'ordinaire grouillante de monde, la quasi-totalité des magasins sont restés fermés, à l'exception de quelques rares fast-foods. Au niveau de la place du 1er-Mai, la boulangerie restée ouverte est prise d'assaut. A Belouizdad, le suivi était quelque peu mitigé. Des commerçants ont ignoré l'appel, tandis que d'autres ont fermé boutique.
Au niveau du boulevard Zighoud-Youcef, l'ensemble des magasins sont restés fermés. Au Ruisseau mais également au niveau d'El-Madania, le décor est le même : l'activité est plus qu'au ralenti. A l'est d'Alger, les localités de Aïn Taya et de Rouiba offraient le visage de villes mortes. Idem au niveau des Eucalyptus où le marché hebdomadaire, d'ordinaire bondé de monde, était déserté.
La banlieue ouest d'Alger n'était pas en reste. La localité de Ain-el-Benian n'a pas fait exception. C'est une ville fantôme que ses habitants ont découverte en ce dimanche matin. Quasiment aucun commerce n'était ouvert à l'exception des pharmacies. Certains d'entre eux n'ont pas hésité à afficher qu'ils étaient contre le cinquième mandat mais que la nature de leur activité les forçait à rester ouverts.
L'appel à la grève n'a pas laissé non plus insensibles les travailleurs de plusieurs secteurs. Les bus de l'entreprise publique Etusa n'ont pas circulé hier. Place du 1er-Mai, la station était totalement vide alors que d'ordinaire, le mouvement des bus y est incessant. Les transporteurs privés ont, de leur côté, un peu moins suivi le mouvement même si beaucoup de passagers se plaignaient hier de la rareté des bus.
Les employés de plusieurs filiales du groupe Sonelgaz ont rejoint le mouvement. Ceux de la Société de distribution de Bologhine mais également du Ruisseau étaient regroupés devant leurs entités dès les premières heures. Ceux d'Algérie Télécom ont, pour leur part, organisé un rassemblement devant la direction générale sise à Bab Ezzouar.
Certains bureaux de poste ont fermé leurs portes, à l'instar de celui du 1er-Mai où une dizaine d'usagers attendaient à l'extérieur. Les travailleurs de la zone industrielle de Rouiba ne sont pas restés en marge du mouvement de protestation. Au fil des heures, des travailleurs de quelques ports à l'instar de celui de Béjaïa et de Skikda ont également rejoint le mouvement.
En fin de journée, des appels étaient lancés sur les réseaux sociaux, appelant à la réouverture des magasins afin de permettre aux citoyens de s'approvisionner à la veille d'une seconde journée de mobilisation.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.