Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commerçants et travailleurs répondent à l'appel
Grève générale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 03 - 2019

Le mot d'ordre de grève générale n'est pas resté sans échos. Bien que différemment suivie en fonction des wilayas, l'activité commerciale était quasiment paralysée dans certains quartiers. Des travailleurs des filiales de Sonelgaz, ceux de la zone industrielle de Rouiba mais également de l'Etusa et d'Algérie Télécom ont gelé toute activité.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Début de semaine plus que singulier. Les artères de la capitale, d'ordinaire embouteillées dès les premières heures de la matinée, étaient étrangement fluides. Le mot d'ordre de grève générale lancé depuis plusieurs jours à travers les réseaux sociaux n'a pas laissé insensible.
Les commerçants ont été les premiers à donner le ton. Dans plusieurs quartiers de la capitale, le décor était quasiment le même : beaucoup de commerces ont baissé leurs rideaux, rejoignant le mouvement de contestation.
Sur la rue Hassiba, d'ordinaire grouillante de monde, la quasi-totalité des magasins sont restés fermés, à l'exception de quelques rares fast-foods. Au niveau de la place du 1er-Mai, la boulangerie restée ouverte est prise d'assaut. A Belouizdad, le suivi était quelque peu mitigé. Des commerçants ont ignoré l'appel, tandis que d'autres ont fermé boutique.
Au niveau du boulevard Zighoud-Youcef, l'ensemble des magasins sont restés fermés. Au Ruisseau mais également au niveau d'El-Madania, le décor est le même : l'activité est plus qu'au ralenti. A l'est d'Alger, les localités de Aïn Taya et de Rouiba offraient le visage de villes mortes. Idem au niveau des Eucalyptus où le marché hebdomadaire, d'ordinaire bondé de monde, était déserté.
La banlieue ouest d'Alger n'était pas en reste. La localité de Ain-el-Benian n'a pas fait exception. C'est une ville fantôme que ses habitants ont découverte en ce dimanche matin. Quasiment aucun commerce n'était ouvert à l'exception des pharmacies. Certains d'entre eux n'ont pas hésité à afficher qu'ils étaient contre le cinquième mandat mais que la nature de leur activité les forçait à rester ouverts.
L'appel à la grève n'a pas laissé non plus insensibles les travailleurs de plusieurs secteurs. Les bus de l'entreprise publique Etusa n'ont pas circulé hier. Place du 1er-Mai, la station était totalement vide alors que d'ordinaire, le mouvement des bus y est incessant. Les transporteurs privés ont, de leur côté, un peu moins suivi le mouvement même si beaucoup de passagers se plaignaient hier de la rareté des bus.
Les employés de plusieurs filiales du groupe Sonelgaz ont rejoint le mouvement. Ceux de la Société de distribution de Bologhine mais également du Ruisseau étaient regroupés devant leurs entités dès les premières heures. Ceux d'Algérie Télécom ont, pour leur part, organisé un rassemblement devant la direction générale sise à Bab Ezzouar.
Certains bureaux de poste ont fermé leurs portes, à l'instar de celui du 1er-Mai où une dizaine d'usagers attendaient à l'extérieur. Les travailleurs de la zone industrielle de Rouiba ne sont pas restés en marge du mouvement de protestation. Au fil des heures, des travailleurs de quelques ports à l'instar de celui de Béjaïa et de Skikda ont également rejoint le mouvement.
En fin de journée, des appels étaient lancés sur les réseaux sociaux, appelant à la réouverture des magasins afin de permettre aux citoyens de s'approvisionner à la veille d'une seconde journée de mobilisation.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.