Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portraits de marcheurs
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 03 - 2019


Le père et le fils marchent ensemble
Etudiant à l'USTHB (Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène), Yanis est à sa deuxième participation aux manifestations des vendredis. Contrairement aux différentes marches des étudiants auxquelles il avait pris part seul, les marches de vendredi se déroulent toujours en compagnie de son père Mourad.
Arrivés tout droit de Bab Ezzouar, le père et son fils marchent côte à côte sur la grande rue Hassiba-Ben-Bouali. Ils se mêlent aux autres manifestants mais ne se séparent pas.
A 18 ans, cet étudiant semble bien imprégné de l'actualité du pays et assez politisé. «Nous marchons pour un changement du régime et du système en place. Leurs récentes décisions ne répondent pas aux exigences du peuple. Qu'ils s'en aillent», dit-il.
Mourad semble fier de son fils. «Il est temps de passer le flambeau aux jeunes. Ce système doit dégager et c'est à la jeunesse de le faire», ajoute-t-il pour sa part.
Les enfants sont de la partie
«Ya serrakine, klitou lebled» (Voleurs, vous avez pillé le pays) ne cesse de répéter le petit Farouk avec sa frêle voix qui se distinguait de celles des autres manifestants sur le boulevard Amirouche.
Âgé de 8 ans, l'enfant scandait les mêmes slogans des jeunes autour de lui et les répétait fièrement. Il marchait au même rythme qu'eux et agitait le drapeau algérien. Son frère, la vingtaine, ne le perd pas de vue. «On demande au pouvoir de dégager sinon le peuple ne va pas se taire», dira innocemment cet élève de 3e année primaire. Le garçonnet ne vient pas de loin, il habite les alentours de la salle Harcha dans la commune de Belouizdad. Seulement, sortir manifester avec son frère n'a pas été facile. «Il a pleuré avant qu'il ne soit autorisé à m'accompagner», raconte son frangin. «Son grand-père a combattu pour l'indépendance de l'Algérie c'est normal que ses petits-fils sortent eux aussi pour l'Algérie», souligne le grand frère.
Sa première marche, Farouk n'est pas près de l'oublier. Elle restera gravée à jamais dans sa tête.
Handicapé mais déterminé
Sur une chaise roulante à laquelle est accroché l'emblème national, Abdelghani est sorti manifester avec les autres algériens. Il vient de Draria. Ni l'éloignement, ni le manque de transport, encore moins son handicap moteur ne l'ont empêché de répondre à l'appel de la manifestation de ce vendredi 15 mars 2019.
En compagnie de son ami Amine, le quadragénaire Addelgahni est à sa 3e marche. «La première fois, nous sommes venus à pied de Dely Ibrahim jusqu'à Alger-Centre mais les deux suivantes, des amis nous ont déposés», précise-t-il.
Depuis le début de toutes ces manifs, Abdelghani avoue avoir oublié toutes les galères liées à son handicap qu'il rencontre au quotidien. «Aujourd'hui, mes problèmes sont les mêmes que ceux de tous les Algériens», dit-il, avant de poursuivre : «Nous n'allons pas nous arrêter. Même si tout le peuple algérien abandonne, je sortirai seul pour le pays.» Pour les deux amis, ces jours-ci sont synonyme d'«une vraie indépendance de l'Algérie».
Alors que Amine «remercie», de son côté, le pouvoir en place d'avoir «réuni les Algériens une nouvelle fois», Abdelghani, lui, s'est contenté de s'interroger : «Si le président de la République est vraiment un moudjahed comme il le dit, comment va-t-il rencontrer dans l'au-delà tous les martyrs qui sont tombés pour que l'Algérie soit libre et indépendante ?»
L'octogénaire Fatma
A 83 ans, Fatma n'a pas hésité à sortir dans la rue. Assise sur une chaise roulante, elle a tenu à marquer de sa présence la manifestation du vendredi 15 mars. C'est devant la porte de l'immeuble où elle habite, rue Didouche-Mourad, que la vieille femme a choisi de prendre place, enveloppée du drapeau algérien. «Je suis sortie pour la justice et contre la hogra. Ils nous ont privés de nos droits depuis des années», dit-elle avec une voix à peine audible. Occupant une cave depuis 56 ans, Fatma assure que tous ses droits ont été bafoués. «Mon dossier de moudjahida a été refusé sans aucune explication, moi qui suis issue d'une famille révolutionnaire et mon mari a aussi travaillé pour la révolution en France. Après 32 ans de service, ma retraite est très réduite et ne suffit même pas pour couvrir mes séances de kinésithérapie», se plaint-elle.
Ravagée par plusieurs maladies chroniques, notamment l'arthrose et l'hernie discale, l'octogénaire est aujourd'hui réduite à se déplacer sur une chaise roulante. Toujours est-il, elle espère des jours meilleurs pour ses cinq enfants et pour tout le peuple algérien.
Une éditrice contre le néolibéralisme
Munie d'un t'bal (tambour), Samia patiente sur le trottoir de la rue Didouche-Mourad. En compagnie de son mari et de quelques amis, elle attend l'arrivée de sa fille. «Nous sommes sortis marcher en famille», lance-t-elle en souriant.
Cette éditrice de livres marche ainsi pour la seconde fois depuis le début des manifestations contre le pouvoir en place le 22 février dernier. «J'ai raté la marche du 8 mars car j'étais en déplacement à l'étranger», explique-t-elle. Rentrée ce jeudi, Samia a vite renoué avec les manifestations. Le lendemain, elle est descendue à Didouche-Mourad participer à la marche avec les jeunes et les moins jeunes. «Il faut écouter le peuple. Il faut revoir la politique néolibérale qui a creusé un fossé dans la société et créé une injustice», dit-elle. L'éditrice plaide ainsi pour la reprise du chemin de l'Algérie des années 1970 où l'on construisait le pays, éduquait les générations et respectait le peuple.
La longue marche d'une femme enceinte
Rym est enceinte. Sa grossesse qui touche à son huitième mois est visible de loin. Pourtant, cette mère de deux filles n'a pas hésité à sortir participer à la marche du 15 mars 2019. Dès le début de l'après-midi, elle confie ses fillettes à sa mère et prend la destination d'Alger-Centre.
«J'ai raté la marche du 8 mars dernier et je l'ai regretté. J'ai senti que j'étais passée à côté de quelque chose d'historique. Cette fois-ci, j'ai décidé de ne pas manquer ce rendez-vous», dit-elle. Drapeau à la main, Rym a, en effet, pris part à la manifestation de ce vendredi. En compagnie de son mari, elle a marché doucement mais sûrement. De Sidi M'hamed passant par la rue Hassiba-Ben Bouali, empruntant la pénible montée de la rue Victor-Hugo avant de déboucher sur la rue Didouche-Mourad, elle a décidé d'atteindre la place Maurice-Audin. La dense foule ne l'a aucunement dissuadée à réaliser sa longue marche.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.