Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portraits de marcheurs
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 03 - 2019


Le père et le fils marchent ensemble
Etudiant à l'USTHB (Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène), Yanis est à sa deuxième participation aux manifestations des vendredis. Contrairement aux différentes marches des étudiants auxquelles il avait pris part seul, les marches de vendredi se déroulent toujours en compagnie de son père Mourad.
Arrivés tout droit de Bab Ezzouar, le père et son fils marchent côte à côte sur la grande rue Hassiba-Ben-Bouali. Ils se mêlent aux autres manifestants mais ne se séparent pas.
A 18 ans, cet étudiant semble bien imprégné de l'actualité du pays et assez politisé. «Nous marchons pour un changement du régime et du système en place. Leurs récentes décisions ne répondent pas aux exigences du peuple. Qu'ils s'en aillent», dit-il.
Mourad semble fier de son fils. «Il est temps de passer le flambeau aux jeunes. Ce système doit dégager et c'est à la jeunesse de le faire», ajoute-t-il pour sa part.
Les enfants sont de la partie
«Ya serrakine, klitou lebled» (Voleurs, vous avez pillé le pays) ne cesse de répéter le petit Farouk avec sa frêle voix qui se distinguait de celles des autres manifestants sur le boulevard Amirouche.
Âgé de 8 ans, l'enfant scandait les mêmes slogans des jeunes autour de lui et les répétait fièrement. Il marchait au même rythme qu'eux et agitait le drapeau algérien. Son frère, la vingtaine, ne le perd pas de vue. «On demande au pouvoir de dégager sinon le peuple ne va pas se taire», dira innocemment cet élève de 3e année primaire. Le garçonnet ne vient pas de loin, il habite les alentours de la salle Harcha dans la commune de Belouizdad. Seulement, sortir manifester avec son frère n'a pas été facile. «Il a pleuré avant qu'il ne soit autorisé à m'accompagner», raconte son frangin. «Son grand-père a combattu pour l'indépendance de l'Algérie c'est normal que ses petits-fils sortent eux aussi pour l'Algérie», souligne le grand frère.
Sa première marche, Farouk n'est pas près de l'oublier. Elle restera gravée à jamais dans sa tête.
Handicapé mais déterminé
Sur une chaise roulante à laquelle est accroché l'emblème national, Abdelghani est sorti manifester avec les autres algériens. Il vient de Draria. Ni l'éloignement, ni le manque de transport, encore moins son handicap moteur ne l'ont empêché de répondre à l'appel de la manifestation de ce vendredi 15 mars 2019.
En compagnie de son ami Amine, le quadragénaire Addelgahni est à sa 3e marche. «La première fois, nous sommes venus à pied de Dely Ibrahim jusqu'à Alger-Centre mais les deux suivantes, des amis nous ont déposés», précise-t-il.
Depuis le début de toutes ces manifs, Abdelghani avoue avoir oublié toutes les galères liées à son handicap qu'il rencontre au quotidien. «Aujourd'hui, mes problèmes sont les mêmes que ceux de tous les Algériens», dit-il, avant de poursuivre : «Nous n'allons pas nous arrêter. Même si tout le peuple algérien abandonne, je sortirai seul pour le pays.» Pour les deux amis, ces jours-ci sont synonyme d'«une vraie indépendance de l'Algérie».
Alors que Amine «remercie», de son côté, le pouvoir en place d'avoir «réuni les Algériens une nouvelle fois», Abdelghani, lui, s'est contenté de s'interroger : «Si le président de la République est vraiment un moudjahed comme il le dit, comment va-t-il rencontrer dans l'au-delà tous les martyrs qui sont tombés pour que l'Algérie soit libre et indépendante ?»
L'octogénaire Fatma
A 83 ans, Fatma n'a pas hésité à sortir dans la rue. Assise sur une chaise roulante, elle a tenu à marquer de sa présence la manifestation du vendredi 15 mars. C'est devant la porte de l'immeuble où elle habite, rue Didouche-Mourad, que la vieille femme a choisi de prendre place, enveloppée du drapeau algérien. «Je suis sortie pour la justice et contre la hogra. Ils nous ont privés de nos droits depuis des années», dit-elle avec une voix à peine audible. Occupant une cave depuis 56 ans, Fatma assure que tous ses droits ont été bafoués. «Mon dossier de moudjahida a été refusé sans aucune explication, moi qui suis issue d'une famille révolutionnaire et mon mari a aussi travaillé pour la révolution en France. Après 32 ans de service, ma retraite est très réduite et ne suffit même pas pour couvrir mes séances de kinésithérapie», se plaint-elle.
Ravagée par plusieurs maladies chroniques, notamment l'arthrose et l'hernie discale, l'octogénaire est aujourd'hui réduite à se déplacer sur une chaise roulante. Toujours est-il, elle espère des jours meilleurs pour ses cinq enfants et pour tout le peuple algérien.
Une éditrice contre le néolibéralisme
Munie d'un t'bal (tambour), Samia patiente sur le trottoir de la rue Didouche-Mourad. En compagnie de son mari et de quelques amis, elle attend l'arrivée de sa fille. «Nous sommes sortis marcher en famille», lance-t-elle en souriant.
Cette éditrice de livres marche ainsi pour la seconde fois depuis le début des manifestations contre le pouvoir en place le 22 février dernier. «J'ai raté la marche du 8 mars car j'étais en déplacement à l'étranger», explique-t-elle. Rentrée ce jeudi, Samia a vite renoué avec les manifestations. Le lendemain, elle est descendue à Didouche-Mourad participer à la marche avec les jeunes et les moins jeunes. «Il faut écouter le peuple. Il faut revoir la politique néolibérale qui a creusé un fossé dans la société et créé une injustice», dit-elle. L'éditrice plaide ainsi pour la reprise du chemin de l'Algérie des années 1970 où l'on construisait le pays, éduquait les générations et respectait le peuple.
La longue marche d'une femme enceinte
Rym est enceinte. Sa grossesse qui touche à son huitième mois est visible de loin. Pourtant, cette mère de deux filles n'a pas hésité à sortir participer à la marche du 15 mars 2019. Dès le début de l'après-midi, elle confie ses fillettes à sa mère et prend la destination d'Alger-Centre.
«J'ai raté la marche du 8 mars dernier et je l'ai regretté. J'ai senti que j'étais passée à côté de quelque chose d'historique. Cette fois-ci, j'ai décidé de ne pas manquer ce rendez-vous», dit-elle. Drapeau à la main, Rym a, en effet, pris part à la manifestation de ce vendredi. En compagnie de son mari, elle a marché doucement mais sûrement. De Sidi M'hamed passant par la rue Hassiba-Ben Bouali, empruntant la pénible montée de la rue Victor-Hugo avant de déboucher sur la rue Didouche-Mourad, elle a décidé d'atteindre la place Maurice-Audin. La dense foule ne l'a aucunement dissuadée à réaliser sa longue marche.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.