«Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Elections présidentielles – proposition    Une marche de soutien improvisée à Alger    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    6.2 milliards de dollars durant les neuf premiers mois de 2019    Après une expédition infernale en Arctique    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Le Paradou AC s'incline face à Hassania Agadir    Betrouni tire sur les joueurs et laisse planer le doute sur l'avenir de Casoni    Aribi conforte sa position en tête du classement des buteurs    Le procès de l'ex-président de l'ESS Hassan Hammar prévu le 24 décembre    «La cité Chémérik» patauge dans les eaux usées    Le nouveau P/APC de Sidi Bel-Abbès installé dans ses fonctions    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Yasmine Siad dévoile son expo intitulée «Genèse»    Sit-in de l'UGTA à Alger    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Confirmation du retrait de 10.000 soldats du Yémen    L'Audi A3 Sportback disponible chez Sovac    Yamaha Algérie lance ses offres de fin d'année    "Nous sommes innocents"    "Faire face à quiconque tenterait de perturber l'élection"    Campagne d'intoxication du climat socio-politique    Angleterre: Everton enquête sur des chants homophobes lors du match contre Chelsea    Grèce : L'italien Massimo Carrera nouvel entraîneur de l'AEK Athènes    Ligues professionnelles 1&2 : Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire au Mali    Air Algérie annonce des perturbations    Sept dossiers économiques majeurs sur la table du futur président Du pain sur la planche !    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    Oran : Les femmes sont plus touchées que les hommes par le cancer    Compagnie d'électricité : PG&E annonce un accord de 13,5 milliards de dollars d'indemnisations aux victimes des feux de forêt    Le ministre des Finances, Mohamed Loukal affirme : "Le statut de 1950 salariés des contrats de pré-emploi sera réglé"    Ansej "Aucun bénéficiaire en difficulté n'a été emprisonné ", assure Samira Djaïder    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    Festival du film de Marrakech : Standing ovation et prix d'honneur pour Robert Redford    Mouloudia d'Alger : Fin de mission pour Bernard Casoni    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'apport des vieux aux jeunes marcheurs de la liberté
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 03 - 2019

Dans l'université d'une ville de l'intérieur du pays, des étudiants tentent de structurer le mouvement de protestation contre le 5e mandat en créant une dynamique au service d'un renouveau dans leur université et dans le pays. Ils constatent qu'après plusieurs semaines de mobilisation, il n'y a pas de leaders. Deux écoles s'affrontent alors parmi les éléments moteurs. Des étudiants affiliés à un parti qui a pignon sur rue proposent de faire venir un leader national de cette formation politique pour présider une assemblée générale. D'autres, au contraire, estiment qu'il faut attendre pour que surgissent des leaders du mouvement lui-même.
Cette anecdote, sans doute observable en plusieurs lieux, pose une problématique générale : comment les anciens militants, malheureusement porteurs d'un « échec recommencé », peuvent-ils contribuer positivement à ce mouvement de jeunes inexpérimentés, mais qui mènent leur action avec les moyens et l'état d'esprit de leur temps ? Ce type de mouvement spontané induit deux questions : que faire et avec qui ? Une règle générale veut qu'on ne peut pas à la fois faire partie du problème et de la solution. Les leaders surgiront du sein même du mouvement. Qui connaissait Boudiaf avant 1954 ? Qui connaissait Castro avant 1959 ? Qui connaissait Cohn Bendit avant 1968 ?
Un mouvement populaire nouveau ne saurait aboutir s'il mature dans la spontanéité et qu'il est offert clé en main à des leaders du passé. Les nouveaux leaders existent certainement. Ils se sont forgés dans les luttes sectorielles qui n'ont jamais cessé dans ce pays en dépit de leur avilissement par le pouvoir, en particulier ces 20 dernières années. Ce qui a manqué jusqu'alors, c'est la convergence des luttes provoquées aujourd'hui par l'électrochoc du 5e mandat.
Le mouvement arrive à maturation avec la génération des réseaux sociaux. En apparence, on n'est plus dans l'idéologie. Le ras-le-bol n'est pas théorisé. Il touche des jeunes, très jeunes parfois qui n'ont connu que l'ère Bouteflika, et qui ne s'appuient pas sur des références antérieures pour une étude comparative. Ils étouffent dans le règne de Bouteflika. Avec ses spécificités et ses leaders.
Même s'il y a des voilées parmi les manifestantes, ces jeunes n'ont rien à voir non plus avec l'islamisme. Ils regardent atterrés des émissions télé appartenant à des islamistes notoires qui tentent de récupérer le mouvement. Ils n'en reviennent pas qu'un regroupement de partis de personnalités de l'opposition essayent de réhabiliter des membres de l'ex-FIS. Ils sont dans le dégagisme mais ils vont beaucoup plus loin en essayant de donner un contenu à la deuxième République qu'ils appellent de leurs luttes.
Ont-ils une affiliation avec les combats du passé ? Bien sûr, sinon comment considérer la réappropriation du drapeau national comme emblème de la liberté à conquérir. La révolte des jeunes d'aujourd'hui a rejoint celle des jeunes Algériens de 1954. Ils se battent avec d'autres armes, celles de leur temps : citoyenneté et pacifisme. Entre les luttes de 1954 et les luttes actuelles, il y a eu des étapes intermédiaires : Avril 1980, Octobre 1988, 2001. La même histoire qui se décline à chaque séquence avec ses spécificités et ses leaders.
Le pouvoir dans son moteur occulte aurait tort de recycler ses cadors pour garder la main en créant l'illusion que les choses ont changé. Les vieux militants qui n'ont jamais désarmé, et sur l'expérience desquels le mouvement pourrait s'appuyer, auraient tort, quant à eux, d'apporter leur contribution dans un paternalisme déplacé. Les jeunes n'en veulent pas. Et il faut leur faire confiance. La génération de l'après-indépendance a rejeté les histoires de la guerre d'indépendance avec la confiscation de la mémoire transformée en rente. De la même façon, la génération de l'anti-Bouteflika rejette les luttes intestines issues des conflits des années 1990.
Ce que les militants des générations précédentes peuvent apporter à leurs enfants, c'est sûrement la maturité, le sens de la responsabilité et tout cela dans l'humilité.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.