Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La volte-face de Ouyahia
Il fait siennes les revendications du peuple
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

Alors qu'il n'y a pas longtemps, il vilipendait sans retenue les porteurs de l'idée d'une transition démocratique, voilà qu'Ahmed Ouyahia adopte la démarche, certainement sous la pression des millions de manifestants qui, depuis le 22 février, ne cessent de réclamer le départ du système, des manifestants dont il a été et demeure, malgré son renvoi, l'une des cibles «tristement privilégiées».
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Volte-face surprenante de l'ancien Premier ministre. S'adressant, hier lundi, aux militants de son parti, le RND, Ouyahia ne se limite pas à saluer l'insurrection citoyenne enclenchée le 22 février écoulé, mais invite le système qu'il incarne à «répondre dans les meilleurs délais» aux revendications du peuple exprimées pacifiquement afin d'éviter à «l'Algérie toute dérive, et pour lui permettre de reprendre son souffle pour poursuivre le processus de développement économique et social». Car, pour celui que ce même peuple qu'il salue et à qui ne cesse de tresser des lauriers, «il n'y a rien de plus cher» que de sauver l'Algérie de l'impasse ou de la crise. «Il n'y a ni pouvoir, ni gouvernement plus cher que l'Algérie», a-t-il affirmé. «Tout le monde salue les revendications pacifiques du peuple. Il est nécessaire de les satisfaire dans les plus brefs délais pour éviter à notre pays tout dépassement et pour que l'Algérie reprenne son souffle et poursuive son chemin vers le développement économique et social», a-t-il dit.
Et d'inviter tout «le monde» à accepter des «concessions» dont il ne dira pas un mot quant à leur nature, afin de convaincre les citoyens de la «crédibilité du processus de transition démocratique» proposé par le président de la république. Ce dont justement cette même rue ne veut pas, elle qui plaide pour le départ du système en place.
«Lors de sa participation aux consultations et au dialogue, le RND défendra une conviction essentielle: la nécessité d'accepter toutes les concessions pour convaincre les citoyens de la crédibilité de la transition démocratique proposée par Monsieur le Président de la République», a encore affirmé Ouyahia. Et cette lettre a figuré en bonne place lors de la réunion marathon (près de quatre heures), hier lundi, du secrétariat national du RND. Un conclave qui était la première activité de Ouyahia depuis son départ de la coordination de l'exécutif, lundi dernier.
Par ailleurs, le mouvement de redressement du RND revient au-devant de la scène à la faveur de cette insurrection citoyenne qui a coûté sa place de Premier ministre à Ouyahia. Un de ses membres réclame de nouveau le départ d'Ahmed Ouyahia de la tête du parti, appelant au «renouvellement» et au «rajeunissement» de sa direction, en accordant plus de chances aux compétences existantes au niveau de la base.
«L'histoire n'attend pas, ne pardonne pas et n'oublie pas», écrit Tounsi Boussahia, dans un communiqué où il invite également à l'assainissement du parti de ceux qui l'ont «dévié des principes sur lesquels il a été créé». Cet appel, selon Boussahia, vient en «réponse aux aspirations du peuple algérien pour un changement radical» exprimées dans le sillage de l'insurrection populaire en cours sur l'initiative de la «génération de la liberté, de la dignité et des valeurs».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.