L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La volte-face de Ouyahia
Il fait siennes les revendications du peuple
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

Alors qu'il n'y a pas longtemps, il vilipendait sans retenue les porteurs de l'idée d'une transition démocratique, voilà qu'Ahmed Ouyahia adopte la démarche, certainement sous la pression des millions de manifestants qui, depuis le 22 février, ne cessent de réclamer le départ du système, des manifestants dont il a été et demeure, malgré son renvoi, l'une des cibles «tristement privilégiées».
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Volte-face surprenante de l'ancien Premier ministre. S'adressant, hier lundi, aux militants de son parti, le RND, Ouyahia ne se limite pas à saluer l'insurrection citoyenne enclenchée le 22 février écoulé, mais invite le système qu'il incarne à «répondre dans les meilleurs délais» aux revendications du peuple exprimées pacifiquement afin d'éviter à «l'Algérie toute dérive, et pour lui permettre de reprendre son souffle pour poursuivre le processus de développement économique et social». Car, pour celui que ce même peuple qu'il salue et à qui ne cesse de tresser des lauriers, «il n'y a rien de plus cher» que de sauver l'Algérie de l'impasse ou de la crise. «Il n'y a ni pouvoir, ni gouvernement plus cher que l'Algérie», a-t-il affirmé. «Tout le monde salue les revendications pacifiques du peuple. Il est nécessaire de les satisfaire dans les plus brefs délais pour éviter à notre pays tout dépassement et pour que l'Algérie reprenne son souffle et poursuive son chemin vers le développement économique et social», a-t-il dit.
Et d'inviter tout «le monde» à accepter des «concessions» dont il ne dira pas un mot quant à leur nature, afin de convaincre les citoyens de la «crédibilité du processus de transition démocratique» proposé par le président de la république. Ce dont justement cette même rue ne veut pas, elle qui plaide pour le départ du système en place.
«Lors de sa participation aux consultations et au dialogue, le RND défendra une conviction essentielle: la nécessité d'accepter toutes les concessions pour convaincre les citoyens de la crédibilité de la transition démocratique proposée par Monsieur le Président de la République», a encore affirmé Ouyahia. Et cette lettre a figuré en bonne place lors de la réunion marathon (près de quatre heures), hier lundi, du secrétariat national du RND. Un conclave qui était la première activité de Ouyahia depuis son départ de la coordination de l'exécutif, lundi dernier.
Par ailleurs, le mouvement de redressement du RND revient au-devant de la scène à la faveur de cette insurrection citoyenne qui a coûté sa place de Premier ministre à Ouyahia. Un de ses membres réclame de nouveau le départ d'Ahmed Ouyahia de la tête du parti, appelant au «renouvellement» et au «rajeunissement» de sa direction, en accordant plus de chances aux compétences existantes au niveau de la base.
«L'histoire n'attend pas, ne pardonne pas et n'oublie pas», écrit Tounsi Boussahia, dans un communiqué où il invite également à l'assainissement du parti de ceux qui l'ont «dévié des principes sur lesquels il a été créé». Cet appel, selon Boussahia, vient en «réponse aux aspirations du peuple algérien pour un changement radical» exprimées dans le sillage de l'insurrection populaire en cours sur l'initiative de la «génération de la liberté, de la dignité et des valeurs».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.