Dans le respect de la Constitution et des lois républicaines : L'ANP fera face aux plans de la discorde    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    "L'aide de l'armée est capitale"    Le Hirak doit désigner une élite qui le représente    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Chakib Khelil devant la Cour suprême    l'ambassade de France dément officiellement    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache    Pétrole : L'amélioration des fondamentaux du marché derrière l'ascension des cours    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    Coupe d'Algérie (demi-finales/retour), aujourd'hui, JSMB-ESS : Avantage pour Béjaia mais…    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Les examens sont du ressort des universités    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Ain Lahdjer (Bouira).. Le non bénéficiaires de logement reviennent à la charge    Il sera poursuivi pour infraction à la législation.. Chakib Khelil devant la Cour suprême    Nouveau PDG de Sonatrach.. Rachid Hachichi prend ses fonctions    Après avoir critiqué l'opposition, il se dit ouvert à toute proposition constructive et initiative.. Le discours apaisant de Gaïd Salah    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    Coupe d'Algérie (1/2 finale retour) CRB 2 : CSC 0.. Le Chabab s'offre sa onzième finale    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2019

«Klitou el bled ya essaraqine ! (vous avez ruiné le pays bande de voleurs). Ce slogan résume à lui seul l'immense colère, même si cette dernière se déclame sur un ton que l'on pourrait interpréter comme plus joyeux que juge.
Les retraités de l'armée, qui bravent la répression depuis de longs mois, n'ont pas abandonné la contestation. Depuis que la rue a été prise d'assaut par des millions d'Algériens, que cette même rue, montée au créneau, s'est faite l'écho d'un rejet plus étendu encore d'un ordre qui les a dépouillés de leurs droits, la violence des slogans scandés aura contaminé toutes les catégories économiques et sociales du pays. De tous les mots qui ont révélé combien la rancœur était profonde, il y en a qui racontent plus explicitement que d'autres le quotidien de celles et ceux qui, par un effet d'entraînement, auront fini par investir la rue et qui, dans un désir farouche d'en découdre avec les maîtres d'El-Mouradia, n'en décolleront pas de sitôt.
Au fil des jours, les partisans du chef de l'Etat se font discrets tandis que les Algériens, qui font montre d'une lucidité insoupçonnée, consolident leur avantage et s'encouragent les uns les autres à opérer de façon constructive.
Une énergie qui n'entend pas arrondir les angles et ne cédera rien à l'apparente intransigeance de hauts responsables que l'on n'arrive d'ailleurs plus à clairement identifier. Un pouvoir qui évite de trop se montrer et fait le dos rond dans l'attente que se calme la tempête.
La prudence qui enseigne de ce côté-ci de raser les murs n'est pas un fait de l'esprit. Une réserve que l'on perçoit au fur et à mesure que les exigences citoyennes augmentent. Certes, les Algériens n'appellent pas au peloton d'exécution, mais ils disent bien leur intention de s'imposer dans un débat dont ils excluent tout représentant d'un système dénoncé comme le plus grand pourvoyeur d'injustices pour les uns et de privilèges pour les autres, ses soutiens. Ils ne reculeront plus devant la moindre intimidation. En attendant, on ne se pose même plus la question de savoir si les brigades antiémeutes pourraient céder à d'hypothétiques directives agressives.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.