Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec une «bleue» des marches
ELLE A RATE LES 4 PREMIERS VENDREDIS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 03 - 2019

Elle a attendu le cinquième vendredi, c'est-à-dire hier, de la révolution tranquille enclenchée il y a tout juste un mois, le 22 février dernier, pour se mettre dans le bain des manifestations, convaincue, explique-t-elle, que les prémices d'une Algérie nouvelle, plurielle, tolérante, a contrario de ce qu' elle avait été jusqu'ici, étaient là.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Pourtant, la météo n'était pas propice à un tel engagement quelque peu tardif tant il pleuvait à torrents vers 13h30 quand nous croisions Atika, puisque cette architecte de formation, à hauteur du jardin Khemisti faisant face à la Grande Poste dont la place était pleine comme un œuf aux toutes premières heures de la journée comme sa jumelle tout aussi emblématique la Place Audin.
Accompagnée de ses deux enfants et d'une cousine à elle, cette cinquantenaire, qui travaille comme cadre dans une faculté de la capitale, avoue n'avoir jamais marché de sa vie. Ce n'est qu'à la fin de la journée de vendredi dernier qu'elle s'est décidée à s'impliquer, elle qui dit avoir «flairé», de par l'ampleur de l'impressionnante mobilisation citoyenne ce jour-là, que les contours d'une nouvelle Algérie étaient en train de s'élaborer. «J'avoue que j'étais hésitante à sortir les quatre premiers vendredis, marquée que je suis, par les tournures prises par les mouvements populaires précédents», citant les événements d'octobre 1988 et le printemps noir de Kabylie. Mais pas que cela, la dame, qui a consenti aimablement à notre compagnie sur un bon chemin, de la place Khemiti jusqu'à la place du 1er-Mai, passant par le tunnel des facultés, la Place Audin et la rue Hassiba-Ben Bouali, avoue avoir cédé, comme beaucoup, au «discours d'apeurement et de chantage à la sécurité, rabâché des années durant par les tenants du pouvoir». «Mais l'esprit festif et convivial, la tolérance qui règnent lors de ces marches m'ont énormément aidée à me décider à m'impliquer, à mon tour», dira-t-elle, entre deux trombes d'eau, elle qui éprouvait maintes difficultés à protéger ses deux enfants par-dessus son parapluie.
A cela, ajoute-t-elle, le «sentiment qu'une belle nouvelle page de l'histoire de notre cher pays était en train de se dessiner, chose que je ne pouvais me permettre». «Pour rien au monde, je ne raterai ce que je considère être une révolution tranquille qui est en cours». Et de promettre être désormais de cette dynamique citoyenne inédite, affirmant sa décision de «ne plus rater aucun vendredi de colère et de détermination».
Plus que cela, notre interlocutrice, obligée d'écourter sa toute première marche pour être présente à une cérémonie de fiançailles d'une proche, à El Mouradia, sur les hauteurs de la capitale, dit avoir décidé également à être des autres marches que diverses corporations organisent le long de la semaine, ne serait-ce que pour un moment. C'est ainsi qu'elle promet d'être de la marche qu'organisent, ce samedi, les avocats du pays, en direction du Conseil constitutionnel.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.