Real : Une provocation de Bale dans le vestiaire ?    JOURNEE NATIONALE DE L'ETUDIANT : Les universitaires dans la rue    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    Déstabilisations cycliques    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Hirak et ramadhan    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Echauffourées entre jeunes et policiers    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue impatiente, pas pressée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 03 - 2019

L'usure ? Il y a ceux qui en parlent en évoquant leurs appréhensions instinctives de voir la protestation finir par s'estomper dans la lassitude de la répétition. Il y a également ceux qui, par réflexe maladif, sont immédiatement dans l'analogie des expériences, dans l'historique jurisprudentiel et l'expérience infaillible. Pour ceux-là, non seulement la théorie politique dans le genre est du domaine de la certitude, mais les «exemples» qui ont permis de vérifier ça sur le «terrain» sont légion. Ils sont tellement pléthoriques que personne ne peut imaginer que la rue algérienne a une chance d'enterrer la thèse qui les a portés depuis tout ce temps où ils ont eu à fortifier leur consécration. Il y a enfin ceux qui, par paresse intellectuelle, par paresse tout court ou à dessein, sont… pressés d'en finir ! Il y a enfin, tous ceux, sincères et engagés, veulent déjà dessiner une perspective politique à l'action populaire sans quoi toute cette formidable mobilisation, cette détermination et cette clarté dans le discours comme dans les objectifs, manqueraient de sens. Tous ces gens, s'ils diffèrent dans leur regard sur les choses et la nature de leurs motivations, partagent la même erreur d'appréciation. Il n'y a aucune raison de se précipiter. Ni pour structurer un mouvement qui est encore loin d'avoir fait émerger des leaders représentatifs de ses projections, ni pour lui donner d'autres formes d'action, celles dans lesquelles il s'est installé ayant donné toutes les garanties à son aboutissement. Il n'y a qu'à apprécier déjà son évolution en quantité et en qualité, les ruptures politiques qu'il a charriées, les mutations culturelles qu'il a générées et les doutes qu'il a installés dans l'autre camp pour se convaincre qu'il est sur la bonne voie. Nous avons même eu à vérifier, plus d'une fois, que c'est plutôt le pouvoir qui est pressé d'aller sur «un autre terrain» et d'y travailler parfois dans les soubresauts du désespoir. Parvenu au seuil critique de l'incapacité à former son «gouvernement de compétencesnationales», impuissant à garrotter les flots de défections dans ses propres rangs et paniqué par les premiers grands déballages, il en est à installer ses décibels à folklore dans des maisons feutrées pour tenter de perturber la marée populaire, sereine dans sa résolution. Et pour ceux qui insistent sur la menace de l'«usure», cette photo d'une jeune fille belle comme le jour, postée par un jeune manifestant, accompagnée d'une légende de génie : «S'il te plaît Bouteflika, ne parts pas tout de suite, j'ai envie de la (la fille) revoir vendredi prochain» !
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.