La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À quand un plan de démoustication approprié ?
GUELMA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 03 - 2019

Les averses de pluie qu'a connues ces derniers jours la wilaya de Guelma, combinées à certaines situations environnementales plus ou moins inquiétantes, sont propices à la propagation de maladies.
L'eau pluviale stagnante favorise la prolifération des œufs et le développement des larves en taille adulte, révèlent les spécialistes. Ces derniers préfèrent tirer la sonnette en insistant sur le volet préventif.
«Cette situation pourrait constituer une source de propagation de certaines affections virales», nous déclarent des professionnels de la santé publique spécialisés dans l'hygiène du milieu, qui s'accordent pour dire que l'heure est à la prévention et la sensibilisation.
En effet, l'arrivée des moustiques ne s'est pas fait attendre, mais la lutte contre ces vecteurs de maladies est généralement perdue d'avance à Guelma. Et pour cause, les services communaux d'hygiène interviennent tardivement en période de chaleurs. Ils se limitent à des fumigations nocturnes, qui non seulement s'avèrent inefficaces, mais qui empoisonnent surtout l'atmosphère des riverains, notamment les personnes présentant des problèmes respiratoires. Mais quand et comment débute une campagne de démoustication ? «On doit attendre la période d'éclosion qui va s'étaler du 25 mars jusqu'au 5 avril, pour agir au niveau des flaques et des mares et dans les étendues d'eaux stagnantes, bien sûr», précisent les spécialistes.
Les citoyens s'interrogent : à quand un plan de démoustication approprié ? la balle est donc dans le camp des services d'hygiène de la commune.
Noureddine Guergour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.