Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Le projet de loi sur les hydrocarbures: un cadre juridique en faveur de l'investissement    Judo/Mondiaux 2019 des vétérans: l'Algérie 18e, avec 1 or, 2 argent et 2 bronze    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Viré pour avoir… loué la révolution du sourire    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Imposantes manifestations contre le projet    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Les explications de l'Autorité de régulation    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Trois citoyens relaxés par le tribunal de Sidi Bel Abbès    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    EN : Les Verts se sont entrainés après leur arrivée à Lille    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Tribune - Pourquoi la Turquie a mené le combat en Syrie ?    Conseil des ministres: Les militaires qui quittent l'armée ne peuvent faire de politique qu'après 5 ans    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Une première: Les Espagnols déplacent leur fête nationale à Oran    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Chine-USA : Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis    Présidence de la République: Le Conseil des ministres approuve plusieurs projets de lois dont celles des finances 2020 et des hydrocarbures    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    La romancière et politique française Aurélie Filipetti : " L'éducation artistique, un parcours durable    Le quitus du Conseil des ministres    Amendement du code de procédure pénale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bonheur en relais
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 03 - 2019

L'autre fois, un ami nous demandait, sur le ton de l'amicale admiration mais aussi de l'interrogation pleine d'intérêt, comment on faisait pour trouver tous les jours un sujet de chronique dans le même thème depuis le début du mouvement de révolte populaire qui va quand même sur son troisième mois. Un autre ami lui avait fait cette réponse pleine de lucidité, de pertinence et, ce qui ne gâte rien, d'enthousiasme : « A la place d'un journaliste algérien, je ne serais jamais aussi professionnellement heureux. Par contre, je les plaignais avant ça d'avoir à trouver quotidiennement quelque chose pour noircir le papier, dans une actualité politique si rachitique et un état d'esprit qui ne favorisait pas particulièrement l'investissement dans le métier. » Le premier était opportun dans son interrogation, le second éclairé dans sa réplique, surtout que, n'étant pas de la corporation, il a eu, en plus de la pertinence, le recul nécessaire qui a pu nous économiser une réponse laborieuse. C'est qu'effectivement, ce n'était pas du tout évident. Dans un pays en panne de tout, une activité politique réduite au ronronnement, une société guettée par la lassitude quand ce n'est pas par le désespoir et un pouvoir installé dans l'unique souci de durer, de trouver matière à informer, commenter, éclairer ou même à booster ses états d'âme. Dans la foulée de la contestation populaire, il y a ainsi comme un cadeau du ciel — plutôt de la rue — fait aux médias. Les professionnels y ont trouvé leur bonheur et avec un minimum d'engagement en plus, ils travaillent en vivant pleinement leur passion et au bout, cette double satisfaction qu'ils ont rarement vécue depuis longtemps : celle d'avoir une riche actualité à portée de main, de la traiter consciencieusement et, au bout, la perspective de l'aboutissement d'un combat où on a été utile. Tous les jours depuis six semaines maintenant, il suffit d'avoir des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, des… pieds pour marcher, et le bloc-notes du journaliste explose ! Même la tentation du moindre effort n'est pas toujours évitable, tellement l'actualité est généreuse ! Pourtant, il ne se passe pas grand-chose en dehors de la rue. Le pouvoir n'est pas loin du rôle de l'absent de la prière quand il ne revient pas nous dire ce qu'il nous a déjà dit, la classe politique se complaît dans de sombres conciliabules qui n'inspirent pas vraiment et l'opinion internationale nous fait sourire de rarement saisir les enjeux de la situation. Mais ça aussi… donne de la matière. Sinon, il y a une marche de format réduit tous les jours avant les grands rendez-vous du vendredi, à chaque fois plus épais et plus déterminés. Ça suffit amplement mais « abondance de bien ne nuit pas », n'est-ce pas ?
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.