Pour une solution consensuelle: Taleb Ibrahimi, Benyelles et Ali Yahia Abdennour lancent un appel    Alger: Rassemblement de dizaines de militants pour la libération de Louisa Hanoune    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Sa gestion-exploitation confiée à l'EPIC Ermeso: Le parking à étages de M'dina Djdida «otage» du marché informel    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    JS Kabylie: A fond pour une nouvelle dimension    MC Oran: A la recherche des points salvateurs    MO Béjaïa: Une situation critique    Tlemcen: 36 tonnes de viandes congelées saisies à Ghazaouet    Skikda: Un f'tour collectif empêché par les forces de sécurité    Mila: Un véhicule se renverse, 2 morts et un blessé    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Baptême du feu pour Arkab!    La reprise des liaisons aériennes reportée    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Arrestation de 29 terroristes    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    7 Algériens dans la liste de la FIFA    Son traitement est introuvable en Algérie : L'appel de détresse d'une jeune cancéreuse    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Frifer se rapproche du CS Sfax    Des soirées littéraires    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    La santé en péril    Ils avaient tout prévu dans leur lettre de 2017    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Il égorge sa femme juste avant le ftour    "Une décision salutaire"    Scandale au CPA de Bouira    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    JSK : La JSK répond à l'usma : «Justifier la défaite par des prétextes est l'arme des faibles»    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Le plaidoyer du compromis    Nomination de quatre nouveaux cadres    Le FFS maintient le cap    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Farah Rigal en automne en Algérie    Les bilans moral et financier adoptés à l'unanimité    Restauration de la casbah : Le projet confié aux cubains    Le Maghreb se démarque dans la compétition    Kefta bel ham, la version de Skikda    Ouverture d'une nouvelle librairie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une femme et un homme dans la foule
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 04 - 2019

Assia vit à Montréal depuis 18 ans. Quand elle était en Algérie, elle couvait les colères de sa génération mais elle nous dit, avec beaucoup de sincérité et un peu de regret tu mais perceptible dans le regard, qu'elle n'était pas spécialement une grande révoltée. Elle est née à Mostaganem et y a grandi, avant de s'établir à Alger après avoir transité par Oran où elle avait fait ses études de sociologie. Ne comptez surtout pas sur elle pour vous dire la détresse d'une diplômée sans perspective de promotion sociale. Assia a rapidement trouvé un boulot, s'est mariée et aurait pu couler une vie tranquille avec son époux et les enfants qui allaient venir. Les enfants sont venus mais au Canada. « Nous sommes partis parce qu'on étouffait .» Quand elle a porté sa main sur le haut de sa poitrine, il était difficile de deviner si elle mimait un appel d'air expliquant son exil ou le soulagement de la respiration retrouvée à son retour : le premier depuis près de 20 ans. Assia a pris un congé spécial de deux semaines pour venir sentir les palpitations du pays en marche vers ses rêves de liberté. Assia que nous avons rencontrée il y a trois vendredis devant la Grande-Poste nous a quittés sur cette note d'humour : j'espère que la révolution aboutira rapidement mais je pense quand même à mon mari qui compte venir juste après mon retour. Il sera frustré de ne pas vivre ça ! Youcef vit dans le nord de la France où il est parti reprendre le restaurant de son père décédé il y a une dizaine d'années. Il aurait pu partir avant mais il n'y a jamais songé. Eh oui, des jeunes Algériens comme lui sont rares mais ça existe. Youcef a abandonné son prospère magasin de Jijel et il est allé prendre la place du paternel : « Chez nous, il n'y a pas de regroupement familial, mon père est parti au début des années 70 et il y est resté jusqu'à sa mort. Il a toujours fonctionné dans la pure tradition des premiers migrants algériens : le père va chercher le pain et le reste de la famille reste au bled. C'est ringard mais c'est comme ça .» Pour autant, Youcef ne tient pas tout de son géniteur. De son vivant, il ne partageait pas grand-chose de ce qu'il pensait. Surtout pas quand il soutenait mordicus que le pays est bon à vivre et quand il accable les jeunes qui veulent s'installer à l'étranger : « Mon père était sincère mais je lui disais souvent que le patriotisme, ce n'est pas de dire que tout va bien quand ça va mal .» Non, Youcef ne tient pas tout de son père. Avant de continuer sa marche, il nous fait cette confidence en rigolant : « Mon père va se retourner dans sa tombe, s'il apprenait que j'ai laissé un Français tenir la baraque pendant mon voyage. Mais il y a plus grave : ça fait une semaine que je suis en Algérie et je n'ai pas encore été à Jijel, parce que j'attendais le vendredi à Alger ! Quand j'ai vu les images des manifestations à la télé, je me suis dit que si je ne vivais pas ça, ma vie n'aurait plus de sens » !
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.