GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    IMMUNOLOGIE ET ALLERGOLOGIE : Vers la création de diplômes d'études supérieures spécialisées    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Real : Zidane évoque la situation de Gareth Bale    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Liban: des dizaines de blessés dans des heurts entre policiers et manifestants    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Quel sort pour le FLN ?    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    Le début d'une nouvelle phase ?    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Un prisonnier s'évade en Ardèche    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Le massage thaïlandais sur la liste du patrimoine de l'Unesco    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Attendant la prise officielle de ses fonctions au palais d'"El Mouradia " Tebboune s'attaquera à l'application de ses 54 engagements    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une femme et un homme dans la foule
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 04 - 2019

Assia vit à Montréal depuis 18 ans. Quand elle était en Algérie, elle couvait les colères de sa génération mais elle nous dit, avec beaucoup de sincérité et un peu de regret tu mais perceptible dans le regard, qu'elle n'était pas spécialement une grande révoltée. Elle est née à Mostaganem et y a grandi, avant de s'établir à Alger après avoir transité par Oran où elle avait fait ses études de sociologie. Ne comptez surtout pas sur elle pour vous dire la détresse d'une diplômée sans perspective de promotion sociale. Assia a rapidement trouvé un boulot, s'est mariée et aurait pu couler une vie tranquille avec son époux et les enfants qui allaient venir. Les enfants sont venus mais au Canada. « Nous sommes partis parce qu'on étouffait .» Quand elle a porté sa main sur le haut de sa poitrine, il était difficile de deviner si elle mimait un appel d'air expliquant son exil ou le soulagement de la respiration retrouvée à son retour : le premier depuis près de 20 ans. Assia a pris un congé spécial de deux semaines pour venir sentir les palpitations du pays en marche vers ses rêves de liberté. Assia que nous avons rencontrée il y a trois vendredis devant la Grande-Poste nous a quittés sur cette note d'humour : j'espère que la révolution aboutira rapidement mais je pense quand même à mon mari qui compte venir juste après mon retour. Il sera frustré de ne pas vivre ça ! Youcef vit dans le nord de la France où il est parti reprendre le restaurant de son père décédé il y a une dizaine d'années. Il aurait pu partir avant mais il n'y a jamais songé. Eh oui, des jeunes Algériens comme lui sont rares mais ça existe. Youcef a abandonné son prospère magasin de Jijel et il est allé prendre la place du paternel : « Chez nous, il n'y a pas de regroupement familial, mon père est parti au début des années 70 et il y est resté jusqu'à sa mort. Il a toujours fonctionné dans la pure tradition des premiers migrants algériens : le père va chercher le pain et le reste de la famille reste au bled. C'est ringard mais c'est comme ça .» Pour autant, Youcef ne tient pas tout de son géniteur. De son vivant, il ne partageait pas grand-chose de ce qu'il pensait. Surtout pas quand il soutenait mordicus que le pays est bon à vivre et quand il accable les jeunes qui veulent s'installer à l'étranger : « Mon père était sincère mais je lui disais souvent que le patriotisme, ce n'est pas de dire que tout va bien quand ça va mal .» Non, Youcef ne tient pas tout de son père. Avant de continuer sa marche, il nous fait cette confidence en rigolant : « Mon père va se retourner dans sa tombe, s'il apprenait que j'ai laissé un Français tenir la baraque pendant mon voyage. Mais il y a plus grave : ça fait une semaine que je suis en Algérie et je n'ai pas encore été à Jijel, parce que j'attendais le vendredi à Alger ! Quand j'ai vu les images des manifestations à la télé, je me suis dit que si je ne vivais pas ça, ma vie n'aurait plus de sens » !
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.