L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Furlan (Ent-Brest) «Pour un entraineur, Belkebla est un joueur précieux, Belmadi va vite l'apprécier»    CROYANCES ET CONVICTIONS    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Le déclic    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Les étudiants ont marché    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouvelle attaque de Daech en Libye    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La quadrature du cercle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 04 - 2019

Quand les Algériens attendaient de Bouteflika de renoncer à une cinquième mandature humiliante, non seulement en raison de son incapacité physique mais aussi parce qu'il est l'incarnation d'un système ruineux pour le pays, ils ont été sommés d'attendre… le 18 avril pour exprimer ça dans l'urne ! Quand la rue a donné sa réponse dans la rue par une mobilisation qui a ébranlé le monde et marqué l'Histoire par son nombre, sa détermination et sa sérénité, ils nous ont annoncé que Bouteflika n'allait pas se présenter à l'élection présidentielle mais il va quand même… rempiler sans l'épreuve des urnes pour une période indéterminée qui lui permettra d'entreprendre des réformes et de faire des « consultations » ! Quand l'ampleur de la contestation avait pris une dimension qui ne laissait aucun doute quant à son issue, les moins optimistes attendaient un geste fort qui présage l'apaisement même s'il était encore tôt pour espérer l'aboutissement des revendications populaires pourtant trop nettes liées pour être compartimentées. Ils nous ont alors sorti Brahimi et Lamamra. Quand ils donnaient l'impression d'avoir enfin compris la nature de la colère et ses motivations, ils ont tout de suite… démenti ça : en congédiant Brahimi et Lamamra. Pire : en maintenant Bedoui comme Premier ministre alors qu'il est la «nouvelle figure» du système dont on ne connaît que la matraque et la menace, entouré d'un «gouvernement de compétences nationales», c'est-à-dire malléables et corvéables à merci. Ces ministres surgis de nulle part, on ne sait pas s'ils sont « compétents». Mais on sait déjà qu'ils sont incolores, inodores mais certainement pas… indolores du fait même d'accepter la «mission». Et puis personne n'a demandé à Bouteflika une autre équipe.
Aucun président de club de foot n'a demandé à l'entraîneur à qui il désigne la porte de faire le… recrutement avant de sortir. Quand il fallait sacrifier Bouteflika pour sauver le système, on le lui a signifié. Il a tellement pris les choses telles qu'elles étaient, qu'il a songé à… annoncer des mesures avant de «rentrer chez lui» !
Quand certains commençaient à s'enthousiasmer sur la volonté de l'état-major de l'armée d'accompagner le peuple dans ses aspirations, la désillusion est vite arrivée : l'une des figures les plus décriées dans les manifestations va présider aux destinées du pays par l'entremise d'une «rigueur» constitutionnelle qu'on découvre dans la foulée d'un énième tour de passe-passe. Il reste une certitude rassurante : durant toutes ces péripéties, la rue est restée impavide, elle n'a jamais lâché la proie pour l'ombre. A chaque nouvelle manœuvre, elle a répondu par un autre vendredi, plus imposant, plus déterminée et plus apaisée. Un vendredi et souvent avant. En renvoyant dos à dos le système qui ne veut pas l'entendre et quelques âmes curieusement pressées de l'embrigader.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.