Real Madrid-Valence : Les compositions d'équipes    LA FRANCE COINCEE PAR LE NOUVEAU PRESIDENT ALGERIEN : Les temps de Papon sont révolus !    La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous    «Aucune violence contre les manifestants du hirak à Oran»    Liban : consultations parlementaires lundi pour choisir un nouveau Premier ministre    Saisie de 7.215 comprimés psychotropes    SIRAT (MOSTAGANEM) : Une unité de transformation de plastique ravagée par le feu    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Quel sort pour le FLN ?    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les élections, comment faire ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 04 - 2019

Mine de rien, comme s'il ne s'était rien passé en dehors de la « démission » d'Abdelaziz Bouteflika, le pouvoir qui en a suivi de fait… accompli, a annoncé une élection présidentielle dans les délais « constitutionnels », pour le moins ahurissante. Bien sûr, le renoncement de l'ancien Président, parce qu'il était quand même au centre des revendications du mouvement populaire, pouvait naturellement susciter quelque espoir de raison et de lucidité dont on pouvait attendre un début de dénouement heureux. Même ceux qui ont trop vite jubilé ne manquaient pas d'arguments. La fin d'un homme qui a incarné le système de longues et coûteuses années durant dans ce qu'il a charrié de moins vertueux était le moins que pouvaient attendre les Algériens en soulèvement. Inutile de revenir sur la suite : la douche froide pour tous ceux qui se sont fait des illusions et ils étaient nombreux, y compris dans les rangs de la révolte les plus déterminés. Inutile de revenir également sur la riposte populaire, elle était à chaque fois attendue et à la mesure de la grossièreté de la manœuvre. Voilà donc qu'on invite les Algériens à un scrutin présidentiel dans d'impossibles délais. Enfin, le terme n'est pas le bon, on ne les invite pas, on les somme d'y aller, dans le propos péremptoire : il n'y a pas de solution en dehors des confortables et piégeuses dispositions constitutionnelles. Et le ton menaçant : il faut que le peuple retrouve sa sagesse. Comme si le peuple était en train de « déchirer ses habits », pour reprendre une expression du terroir algérois. Depuis, les événements se sont accélérés. L'un dans l'autre, la police a été instruite de jouer des biceps, des impostures « opérationnelles » ont été entreprises au cœur de la foule, des provocateurs sont envoyés en mission et des ministres sont partis inspecter le pays profond pour de nouvelles promesses systématiquement ponctuées par de nouvelles suggestions de « fin de récréation ». Aux torses bombés de la police, la rue a répondu avec plus de sérénité et de détermination. Aux manœuvres, elle a répliqué par une rare vigilance et aux élections par un sourire narquois. Les magistrats refusent de s'impliquer dans un scrutin dont on sait qu'il est un énième tour de passe-passe. On sait également l'impossibilité pratique de l'opération électorale sans eux. Les ministres ont été chassés de plusieurs wilayas et obligés à des chemins détournés pour quitter les lieux par des moyens d'urgence absolue. Des maires déclarent clairement, certains avec des courriers officiels à leur « hiérarchie », qu'ils ne comptent ni procéder à la révision des listes électorales ni organiser l'élection sur le territoire de leurs municipalités. Cela se passe pour l'instant en Kabylie mais ça va se propager certainement, la décision étant promise à une redoutable efficacité et la suspicion régionale ayant été admirablement enterrée dans le feu de la contestation. Et puis ces questions simples dont on ne peut pas faire l'économie : qui va être candidat ? Qui va faire fonctionner les bureaux ? Et plus important : qui va voter maintenant que même les clients les plus zélés du système quittent le bateau ? Il n'est plus besoin d'attendre le neuvième vendredi pour avoir les réponses. Elles coulent de source.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.