L'Inter et Tottenham seraient parvenus à un accord    Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Des mesures pour la réalisation du plus grand nombre de silos de céréales    Le MSP participera au processus de réformes nationales    Révision de la Constitution: pour la consolidation et l'indépendance de la justice    Hand/CAN-2020 (demi-finale): l'Algérie battue par l'Egypte (27-30)    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    UGTA : Salim Labatcha s'engage à mettre de l'ordre    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    Les manifestants exigent la libération des détenus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    DEUX HARRAGA MORTS ET 19 AUTRES PORTES DISPARUS : Les familles demandent l'intervention des autorités à Tiaret    ROSFA (TIARET) : Des protestataires défoncent un portail de la mairie    INFRACTIONS ET CONTRAVENTIONS A TISSEMSILT : 576 affaires traitées en décembre    ESCROQUERIE : Mandat d'arrêt international contre le Promoteur ‘'Messaoud''    Bouhired décorée par le président tunisien    Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les agriculteurs s'inquiètent    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faux indices contre réalité
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 04 - 2019

Vendredi passé, c'était la première fois que les forces de l'ordre réussissaient nettement ce qu'elles ont entrepris en matière de blocage des manifestants en route vers la capitale. Qu'on ne s'y méprenne pas, la manœuvre a été entreprise dès le début du soulèvement. Si le « succès » n'a pas été au bout aux premiers vendredis, c'est d'abord en raison de la prudence politique qui a fait qu'on a commencé par éviter coûte que coûte l'affrontement qui pouvait installer d'emblée le mouvement dans d'autres arguments, pour s'exprimer sur un autre ton. Ensuite en raison du fait que le pouvoir, confortablement installé dans ses certitudes, avait comme toujours sous-estimé la lame de fond qui traversait le pays et l'ampleur de la mobilisation qu'elle pouvait entraîner. L'un dans l'autre enfin, le pouvoir avait d'abord déployé les moyens de ses prévisions, bien en deçà des forces en marche et surtout bien en deçà de la nature de leurs motivations et de leur niveau de détermination. Plusieurs vendredis durant, les barrages filtrants — ou bloquants, il est difficile de saisir la nuance — ont dû céder. Parce qu'en face, on n'avait aucune intention de se laisser faire, parce que les moyens étaient dérisoires en face de la marée humaine déferlant sur la capitale et parce que les décideurs donnaient souvent des ordres de repli à leurs troupes. On pensait pouvoir atténuer l'afflux en douceur, on a fini par faire preuve de « réalisme ». Ce sont les tentations fortes envisagées face à l'impasse politique qui ont, par la suite, amené à mettre plus de moyens logistiques et plus de troupes, en plus de la certitude acquise au fil des semaines que rien n'ébranlera le caractère pacifique du mouvement populaire capable à lui tout seul d'éviter l'escalade. Et ce n'est pas seulement sur les pans d'autoroute ou les chemins de contournement que ça s'est vérifié. Le déploiement policier dans les rues et places d'Alger s'est entre-temps amplifié jusqu'à n'en plus pouvoir, les bombes lacrymogènes se sont banalisées jusque dans un tunnel, les canons à eau ont été généreux, les gros véhicules ont menacé d'écraser la foule, la BRI a visité la Fac de droit, des filles ont été déshabillées dans un commissariat et on parle déjà d'un premier mort. Vendredi passé, la mobilisation n'a pas été moindre et le mouvement n'a pas montré ses « premiers signes de faiblesse », comme on a eu à le lire et l'entendre dans quelques bouches manifestement pas trop exigeantes pour être gagnées par le scepticisme. La vérité est que s'il y a eu moins de monde, c'est parce que les blocages ont fonctionné. S'il y a eu moins d'enfants, c'est parce qu'il n'aurait jamais dû y en avoir. S'il y a eu moins de femmes, c'est parce que les femmes prennent aussi l'autoroute. Et puis cette évidence : on peut continuer à fermer les accès vers la capitale, l'immense majorité des Algériens a définitivement intégré le pays en marche. Et ça, toutes les logistiques n'y pourront rien. Il vaut mieux passer à autre chose.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.