Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tribunal de Sidi M'hamed
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 04 - 2019

La convocation par la justice d'Ahmed Ouyahia et Mohamed Loukal est certainement le début de «quelque chose» mais on ne sait pas exactement quoi. Quelles que soient ses motivations et les appréciations qu'on peut en faire, elle inaugure une ère que les Algériens n'attendaient pas si tôt. Pour les perspectives qu'elle est censée ouvrir, pour le symbole et jusque dans ses effets d'annonce, elle peut, au moins dans la foulée de sa survenance, suffire à justifier l'enthousiasme de tous ceux qui ont cru à sa sincérité. Ils peuvent y voir le début d'une entreprise de justice qui va s'étaler dans le temps, prendre du volume et étendre le champ des explorations. Mais ils peuvent tout aussi bien se dire que c'est déjà quelque chose en attendant mieux, tout en révisant leurs espérances à la baisse. Après tout, personne ne rêvait plus de voir un Premier ministre fraîchement viré et dont on connaît le poids dans le système, convoqué par un petit tribunal d'Alger pour des affaires aussi sérieuses que la «dilapidation des finances publiques et l'octroi de privilèges illégitimes». Il y a même un ministre en activité qui l'accompagne en l'occurrence, des fois qu'on croirait qu'on ne s'en prend qu'aux « ex », comme de… tradition. Mais les satisfactions, même quand ceux qui les expriment ne manquent pas d'arguments, n'empêchent pas d'autres d'être plutôt dans le questionnement, voire dans l'appréhension. D'abord parce que de toutes les mesures entreprises jusque-là en réponse au mouvement populaire, il n'y a pas une seule qui soit l'expression franche d'une volonté politique de satisfaire les principales revendications des Algériens. Ou même un message rassurant sur les perspectives immédiates. Ensuite parce que les moins exigeants en termes d'indices de changement ont dû s'esclaffer en entendant que les magistrats du tribunal de Sidi M'hamed ont ouvert tout seuls, comme des grands, un dossier aussi grave en convoquant un ancien Premier ministre et un ministre récemment arrivé en poste. La justice algérienne, au vu des retards accumulés et des réflexes installés en son sein, ne peut pas, entre la poire et le fromage, décider de son émancipation vers l'indépendance, au point de se permettre de telles audaces. Pour le citoyen ordinaire,une justice qui n'a pas ouvert une enquête sur un président de club de foot qui vient de déclarer sur un plateau TV qu'il a «acheté des matchs»… ne peut pas aller aussi loin sans oreillette. Et ce n'est certainement pas la profession de foi de Gaïd Salah qui va y changer quelque chose. Encore moins ses… injonctions qui peuvent tout suggérer sauf l'indépendance de la justice ! Viennent ensuite les appréhensions. Sur la crainte de voir s'installer le règlement de comptes quand les Algériens demandent des… comptes, de livrer (encore) des seconds couteaux pour épargner les têtes, d'assister à des procès pour «négligence» là où il y a crime économique, de sortir des détournements de clopinettes quand il s'agit de milliards lourds, de voir se confirmer qu'il y a des intouchables… Et surtout de se rendre compte que « tout ça» n'est qu'un moyen au service du statu quo. Pour son maintien ou sa prolongation.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.