Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Le MC Oran exposé à la saignée    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement
Au lendemain de l'effondrement de l'immeuble de la Basse-Casbah
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 04 - 2019

Hier, au lendemain de l'effondrement de l'immeuble de 4 étages de la Basse-Casbah, non loin de la place des Martyrs, qui a fait 5 morts, les riverains ont commencé à affluer dès les premières heures par petits groupes face au bâtiment en ruine afin de se recueillir à la mémoire des victimes.
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - Les plus jeunes sont minoritaires, car dans leur majorité, ce sont des habitants de la Casbah d'un certain âge venus s'enquérir de la veille. C'est dans un climat d'abattement et de tristesse que les présents discutent le drame. Une banderole fixée sur le lieu du sinistre en dit long : «Gloire la situation qui a endeuillé la ville Alger, fixant le lieu du drame, mais dans leur totalité portant un doigt accusateur en direction des pouvoirs publics, à savoir le maire et le wali d'Alger, comme étant à la source de la catastrophe. Au moment où l'immeuble effondré est fixé par les dizaines d'hommes et femmes abattus, sur le lieu du sinistre qui continue à menacer ruine, des débris fuient encore des dalles des 4 étages d'un moment à un autre. Derrière les grilles de sécurité installées à près de 10 mètres du danger, les discussions vont bon train. A titre d'exemple, l'on évoque la peinture récente de la façade du sinistre qui fait face à la mosquée, vraisemblablement à l'occasion d'une visite officielle.
Mais dans ce climat de désolation où aucune activité policière n'est à signaler, les présents s'interrogent sur la présence d'habitants dans cet immeuble coincé entre deux bâtisses abandonnées, sans locataires, car menaçant ruine. «Leurs occupants ont été délogés il y a de cela quelques mois», nous confie un vieux commerçant, mais à un autre qui réside non loin de là de répliquer : «Pour notre cas, ce sont les éternelles promesses et les éternels dossiers à fournir à l'APC» pour acquérir un logement neuf. Car, en réalité, la majorité des maisons de la Casbah menacent ruine. Pis encore, certaines le sont dans un état avancé. Ce qui fait dire à notre guide, ancien habitant de la Casbah, «d'habitude moi-même je ne tente pas de m'aventurer dans ces chemins de peur de finir sous les décombres».
Notre guide nous montre la maison de ses parents, dont l'entrée est obstruée par un mur en béton en raison de la chute mortelle d'une personne d'un balcon qui a cédé à l'intérieur, il y a de cela 8 mois. «Nous étions entassés à l'intérieur au nombre de 3 familles, et nous attendons à nos jours notre relogement», nous confie-t-il, avant de nous montrer le cas identique des deux commerces de la façade du lieu sinistré, fermés. Partout ailleurs, au fur et à mesure qu'on progresse sur les marches et pavé qui conduisent à la Haute-Casbah, l'état de délabrement est de plus en plus avancé. Des murs entiers sont inclinés, sous la force de l'âge, comme pour annoncer un effondrement imminent. Là, les commerces autrefois prospères chôment. «Mon commerce est ma raison d'être, je suis là juste pour marquer ma présence formelle», se lamente un commerçant d'électroménagers usagés.
Les maisons bétonnées, dont les habitants ont été délogés, sont peu nombreuses. Celles en ruine et abandonnées aussi. Et même si certains avancent la thèse de l'occupation des maisons vides par des indus, la supposition ne tient pas la route, car celles-ci sont inhabitables. Certaines d'entre elles sont soutenues par des poutrelles, en attendant, dit-on, de procéder à la rénovation de la Casbah. Chose que réfutent les habitants non sans véhémence.
«Nous voulons habiter dans des logements décents», s'accordent à dire les habitants, «et s'ils veulent réhabiliter la Casbah, qu'ils le fassent». Mais entre-temps, des vies humaines périssent. En témoignent ces pancartes brandies par des enfants dans la matinée d'hier, face au lieu du drame. «La Casbah détruite, le gouvernement absent», «El Bahdja en deuil», ou encore «Ce n'est plus des murs qui tombent mais du sang qui coule». Autant de réactions pacifiques mais qui incarnent la douleur des habitants de la Casbah en ces jours difficiles.
Des répliques pacifiques dans un climat de recueillement qui viennent se joindre à la réaction de tous les foyers de la veille, au soir du drame même, quand les femmes rappellent le deuil rituel de l'époque coloniale, par les bruits et chahuts provoqués par le retentissement des ustensiles de cuisine qui s'écoutent de très loin, comme pour faire entendre les gémissements de la Casbah millénaire.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.