La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A votre bon cœur !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2019

J'avais très envie de consacrer ce présent billet à la fameuse conférence dite de «la société civile», avant d'être gagnée par mon penchant habituel pour la digression. En vérité, j'avais encore besoin d'en parler, de dire combien j'étais ulcérée par l'étendue de la corruption dans ce pays dont nous sommes 45 millions d'Algériens à partager l'espace. Je dis bien l'espace.
Je préfère ne pas trop penser aux richesses qui nous ont vaillamment été sucrées par des individus autorisés à s'approprier les biens d'autrui. Des Premiers ministres, des ministres, des walis, des hommes d'affaires… Impressionnante, cette patrie qui aura servi des profils qui ne méritaient pas qu'elle se montre aussi généreuse à leur égard. Je pensais ne jamais connaître de surprises aussi stupéfiantes. Me voilà soufflée par une avalanche de nouvelles nauséabondes.
Vous n'avez pas fini de vous interroger sur un cas qu'un autre vous est balancé sans crier gare ! Mais où tous ces talentueux corrompus étaient-ils planqués et pourquoi a-t-il fallu que la rue réclame aussi fermement un autre mode de gouvernance pour que le puits consente à rendre public son contenu ? Je n'en mène pas large, mais pas de la même façon que tous ces anciens dignitaires du régime qui ont fait semblant de gouverner tandis qu'ils dépeçaient le pays. On comprend mieux pourquoi les cadres qui fuient le pays ne font jamais l'objet de commentaires quand on ne balaie pas leur exil d'un revers de main en les déclarant traitres à la patrie.
Le mieux pour les gens du sérail était qu'ils proposent leurs compétences ailleurs ! Qu'ils n'aient pas accès à cette image pitoyable de dirigeants prêts à vendre leur âme au diable pour y arriver. J'avoue ne pas me réjouir de toutes ces incarcérations. Non pas que les mis en cause me fassent pitié, mais parce que j'ai honte du reflet que notre pays renvoie au monde. Nous avons mis tellement de temps à réagir et voilà que tout en espérant faire taire une révolution qui progresserait mieux si elle avait plus conscience de ce qui l'attend, on nous sert des arrestations de récents alliés. Parce que, tout de même, ce qui se déballe aujourd'hui n'est pas une découverte.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.