Les manifestants en masse pour le 40e vendredi à Alger    Vo Vietnam: la Fédération algérienne passe sous l'égide de la World Federation    Karaté-do : après l'or mondial, Anis Helassa rêve des JO    Algérie Télécom lance une nouvelle application mobile ''E-Paiement espace client''    Toutes les options seront examinées lors du Congrès du Polisario y compris la lutte armée    Mondiaux de para-athlétisme: Bernaoui encense la sélection algérienne auréolée de 16 médailles    Séisme de trois degrés dans la wilaya de Guelma    Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Le corps électoral global avoisine les 24,5 millions d'inscrits    Bengrina s'en prend à l'opposition    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    La Palestine refuse toute médiation américaine    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Rencontre Bensalah - Bedoui    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel sort pour le projet ?
Tirs groupés sur la loi sur les Hydrocarbures
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 10 - 2019

Le jour même où le Conseil des ministres adoptait le très controversé projet de loi sur les hydrocarbures, la rue grondait, rejetant ses dispositions. Le texte ne fera, cependant, pas exception. Il suivra le même cheminement classique pour atterrir au niveau du Parlement où son sort sera scellé. Les partis qui y siègent adoptent, d'ores et déjà, des positions très prudentes.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - C'est face au siège de l'Assemblée populaire nationale que se sont rassemblés, dimanche dernier, les centaines de manifestants hostiles aux dispositions de la loi sur les hydrocarbures.
Le choix du lieu n'est pas fortuit puisque c'est au sein de cet hémicycle que sera tranchée la question de l'adoption ou pas du projet. Avant même que le texte n'atterrisse sur le bureau de l'APN, il suscite des tirs groupés émanant, non seulement de l'opposition mais également de la part des partisans du pouvoir. Si les premiers ne cachent pas leur rejet en bloc du texte, les partis ayant fait auparavant partie de l'Alliance présidentielle prennent déjà leurs distances.
Le FLN a donné le ton en affirmant qu'«il n'y a aucun doute que le comportement des députés du groupe parlementaire du parti sera responsable, en ligne avec les aspirations des citoyens qui les ont élus et dans le cadre de l'intérêt national suprême, que le FLN s'est engagé, en toutes circonstances, à faire passer avant tous les calculs partisans ou intérêts personnels».
Majoritaire au sein de l'APN, le FLN ne signe donc pas un chèque en blanc au pouvoir. Certains de ses députés se sont même exprimés en faveur du report de l'examen du texte, estimant que la conjoncture était loin d'être propice.
Le groupe parlementaire du FLN se réunit d'ailleurs ce week-end pour arrêter une position définitive par rapport au texte.
Même réserve au sein du RND qui s'est empressé de rendre public un communiqué dans lequel il estime que «tel qu'il a été adopté, le texte ligote le futur Président», insistant sur la «nécessité de sécuriser les besoins des générations futures».
«Les lois d'une telle importance et leurs retombées sur l'opinion, en ce qu'elles charrient comme lectures et craintes, imposent un débat national pour dissiper tout malentendu et opacité car il est lié à la souveraineté économique», estime le RND qui ajoute qu'«il s'agit de la principale ressource de l'économie, qui couvre l'essentiel des besoins du pays. Rien ne justifie l'application de ce texte dans l'immédiat. Il échoit au Président élu d'ouvrir le débat sur le dossier des hydrocarbures et la diversification de l'économie et auquel participeront les experts dans l'énergie et des spécialistes dans tous les domaines économiques et de l'investissement».
L'opposition adopte une position qui ne souffre aucune ambiguïté. Farouchement opposé au texte, le Parti des travailleurs, même privé de sa secrétaire générale, a dit tout le mal qu'il pensait du texte. Ses députés ayant démissionné, c'est en dehors de l'hémicycle qu'ils se font entendre. Le RCD est sur la même longueur d'onde. Le parti réagit en affirmant que «le secteur des hydrocarbures comme les autres richesses du pays ne peuvent plus servir pour l'achat de soutiens étrangers dans la nouvelle Algérie dessinée par la mobilisation de ses enfants. C'est à un nouveau pouvoir issu de la rupture avec le système, par le biais d'une transition démocratique auquel revient la charge de définir le rôle de ce secteur dans le cadre d'une politique de développent du pays».
Des positions qui, si elles devaient se maintenir, pourraient jouer en faveur du rejet du projet, voire pousser l'exécutif à ajourner son examen.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.