Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le grand cafouillage
Communication sur les nouvelles mesures de prévention
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 07 - 2020

Attendues toute la journée du jeudi, les mesures décidées à l'issue de la séance de travail présidée par Abdelmadjid Tebboune ont été à l'origine d'un flottement inédit. Le communiqué sanctionnant ladite réunion a, de par son ambiguïté, rendu la compréhension des décisions arrêtées difficile pour une grande majorité de citoyens. En matière de communication, il s'agissait bel et bien d'un ratage. Il aura fallu attendre quelques heures avant que les choses se précisent et que l'opinion publique comprenne enfin qu'il s'agissait tout simplement d'interdire toute sortie ou entrée au niveau des wilayas les plus touchées par la pandémie du coronavirus et de suspendre le transport en commun le week-end dans 29 wilayas.
Nawal Imés- Alger (Le Soir)- Après une attente qui aura duré toute la journée de jeudi, les premières mesures sanctionnant la réunion présidée par Abdelmadjid Tebboune, commençaient à être rendues publiques peu avant 21 heures. Fait inédit : elles ont donné lieu à moult interprétations, tant les termes choisis par les rédacteurs du communiqué final étaient ambigus.
La version en arabe faisait état en effet de l'interdiction de la circulation automobile «de et vers et entre» 19 wilayas. Les chaînes de télévision qui se contentaient de reproduire le communiqué tel que publié par la Présidence étaient dans l'incapacité d'expliquer concrètement les mesures annoncées et encore moins donner la liste des wilayas concernées.
Sur les réseaux sociaux, c'était l'effervescence : les internautes étaient tous à la recherche d'informations fiables. Les choses se précisaient plus d'une heure plus tard. Le communiqué relayé par l'agence officielle et rédigé en français était plus clair.
Il y était clairement dit qu'il avait été décidé «l'interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdès, Souk-Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum-el-Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M'sila, Chlef, Sidi-Bel-Abbès, Médéa, Blida, Bordj-Bou-Arréridj, Tipasa, Ouargla, Béchar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Béjaïa, Adrar, Laghouat et El-Oued».
En plus de l'interdiction, à compter de la même date , du transport urbain public et privé durant les week-ends, au niveau des mêmes wilayas. Au cours de cette réunion, il a été décidé aussi l'institution d'une assurance spéciale, «à la charge de l'Etat», en faveur de tous les médecins et autres personnels de la santé publique, directement concernés par la lutte contre la pandémie, l'autorisation de l'ensemble des laboratoires, publics et privés, à effectuer les analyses de dépistage du Covid-19, l'octroi aux walis des prérogatives de réquisition des moyens disponibles, la consolidation des stocks permanents de moyens de dépistage et d'oxygène médical ,avec un suivi quotidien au niveau de chaque wilaya, la désinfection des rues et marchés plusieurs fois par jour et, enfin, la réquisition des médecins des entreprises et sociétés en arrêt d'activité en contrepartie d'incitations financières. Pendant cette même séance de travail, le président de la République a estimé que la saturation des structures sanitaires dans certaines wilayas était «aggravée par une mauvaise répartition des moyens entre hôpitaux, notamment en termes de nombre de lits disponibles», en dépit de la disponibilité de ces derniers, citant le cas de la capitale où, sur les 5 700 lits que totalisent les 13 hôpitaux, 643 seulement sont réservés aux malades du Covid-19.
Autre constat fait par le président Tebboune : l'échec de la stratégie de communication qu'il ordonne de réviser, tout en rappelant ses instructions en faveur du durcissement des sanctions à l'encontre des personnes ne respectant pas les mesures prises.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.