Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano
FILM
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2020

Le Sahara occidental a été au rendez-vous du Festival du film des droits humains de Lugano (Suisse) avec le court-métrage Le mur, la blessure du Sahara qui retrace le vécu dramatique du peuple sahraoui sous l'occupation marocaine depuis plus de 40 ans.
Réalisé par Gilberto Mastromatteo, journaliste italien, en collaboration avec Fiorella Bendoni, réalisatrice italienne, le film-documentaire intitulé «Le mur, la blessure du Sahara» a été produit par l'association de solidarité avec le peuple sahraoui, Ben Slout Larbi de Sesto Fiorentino (ville italienne) sous le parrainage de l'ONG Amnesty International.
Ce travail cinématographique qui vise à établir une description minutieuse des souffrances du peuple sahraoui dans les territoires occupés a été présenté samedi au cinéma Plaza de Mendrisio (Suisse) dans le cadre du Festival du film des droits humains de Lugano.
Le court-métrage qui raconte le drame des populations sahraouies sera présenté également lors d'autres manifestations à travers le monde, a fait savoir le réalisateur. Dans une courte entrevue accordée au quotidien italien Corriere Adriatico, Mastromatteo a présenté la genèse du conflit du Sahara occidental et un récapitulatif des efforts consentis par la communauté internationale en vue de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination.
Le Sahara occidental est un territoire colonisé jusqu'en 1975 par l'Espagne qui quitte cette colonie après la mort du Président Francisco Franco. La même année, le Sahara occidental subit l'invasion militaire illégale du Maroc. Suite à cela, certains Sahraouis, des milliers, ont dû fuir pour se réfugier dans des camps de réfugiés, d'autres y sont restés pour lutter contre la domination marocaine. En 1991, le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, et le Maroc ont signé un accord de cessez-le-feu voulu par les Nations unies, préalable à un référendum d'autodétermination qui n'a pas encore eu lieu. Dans cette entrevue, le réalisateur a souligné, par ailleurs, que la question sahraouie a atteint un degré de gravité en 1980 lorsque les autorités avaient décidé d'ériger «un mur de sable de 2 720 km de long, qui n'est dépassé en longueur que par la Grande Muraille de Chine».
Et autour du mur, elles placent plus de 5 millions de mines antipersonnel et antichar: «le plus grand champ de mines du monde». Par la même occasion, le réalisateur a évoqué aussi la question des prisonniers politiques sahraouis, les principaux leaders du camp de la liberté de Gdeim Izik, un camp érigé à Laâyoune occupée entre octobre et novembre 2010 en faveur de l'autodétermination du Sahara occidental que les autorités marocaines ont démantelé dans la répression et le sang.
C'est à la suite de ces événements que le journaliste italien a décidé de militer en faveur de la question sahraouie, a-t-il confié. En tentant de s'approcher du «mur de la honte», pour les besoins du film, le journaliste a été expulsé des territoires occupés en 2013.
«Les autorités marocaines m'ont embarqué dans une voiture et je suis parti», a-t-il dit, affirmant que le même sort est réservé à quiconque qui tente de témoigner du sort des Sahraouis. «Même des membres du Parlement européen n'ont pas échappé à ces mesures», a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.