L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux journées hommage à Idir cette semaine à Larbaâ Nath Irathen
À l'occasion du premier anniversaire de la disparition de l'artiste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2021

Pour les organisateurs, «cette évocation participera modestement à perpétuer son œuvre. Des spécialistes s'y pencheront pour la disséquer et mettre en valeur ses multiples facettes. Ce sera aussi l'occasion de mettre en valeur de jeunes talents qui sont sur le chemin tracé par leur mentor».
L'entreprise Emev Com organise, avec le soutien du Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA), de l'Onda, de l'APC de larbaâ Nath Irathen (Tizi-Ouzou) et du village Taourirt Mokrane, un hommage au chanteur Idir, décédé le 2 mai 2020 et interprète de chefs-d'œuvre musicaux comme A Vava Inouva, Essendu, Azwaw ou Zwits rwits.
Cette évocation se déroulera les 5 et 6 mars 2021 «dans le strict respect du protocole sanitaire», précisent les organisateurs.
Le riche programme de cet événement comportera, durant la journée du vendredi 5 mars, une randonnée pédestre vers Assif n Berkmouhe ponctuée de haltes artistiques avec la participation de chanteurs, musiciens, conteurs et écrivains, dont Djamel Kaloun, Rachid Rezagui, Yasmine Taleb, Mohsa et Idir Tagrawla. Le lendemain, le samedi 6 mars, il est prévu une journée d'étude qui se déroulera à la bibliothèque communale de Larbaa Nath Irathen.
Plusieurs témoignages et communications figurent à son programme, notamment celle de Abdemadjid Bali intitulée «Idir, l'humble et le phénix» ; de Ali Sayad, intitulée «De la Yannite à l'universalité» ; de Nacer Haddad «Yidir ou la culture sans frontière» ; Djamel Laceb «Pourquoi Esendu nous subjugue tant !», et enfin de Belaïd Tagrawla intitulée «Yidir ad yidir». Des débats sont également au programme.
«Il y a des fins de parcours de vie qui signent l'existence pour l'éternité. C'est alors que la disparition physique du regretté laisse place au legs qui sera un témoin patent. Il rappellera aux générations futures ce qui a magnifiquement été fait par l'absent. C'est ainsi, que l'Histoire retient toutes celles et ceux qui ont consenti des grands efforts pour nous léguer des chefs-d'œuvre», lit-on dans la présentation de l'événement.
«Avec la mort de Idir, c'est un pan de notre patrimoine qui s'en est allé. Désormais, il sera dans la postérité. Il fera partie de ceux qui ont marqué d'une manière indélébile l'art universel. Des générations témoigneront, étudieront et se pencheront pour disséquer sa production musicale de haute facture», est-il écrit plus loin.
Pour les organisateurs, enfin, «cette évocation participera modestement à perpétuer son œuvre. Des spécialistes s'y pencheront pour la disséquer et mettre en valeurs ses facettes multiples. Ce sera aussi l'occasion de mettre en valeur de jeunes talents qui sont sur le chemin tracé par leur mentor». Ces deux journées d'évocation, à l'occasion du premier anniversaire de la mort d'Idir, seront organisées, principalement, par l'entreprise privée Emev Com, organisatrice d'événements culturels, notamment le Café littéraire et philosophique de Tizi-Ouzou.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.