Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La distribution du livre scolaire pose problème
EDUCATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 09 - 2021

Est-il vraiment difficile de vendre les manuels scolaires ? Cette opération pose apparemment beaucoup de problèmes aux responsables de l'éducation nationale qui n'arrivent pas à s'entendre sur la voie et les moyens à mettre en œuvre pour que ce livre arrive chez les élèves. Les parents d'élèves et les syndicats du secteur dénoncent une mauvaise gestion de sa distribution et déplorent l'insuffisance des points de vente dédiés à cette opération.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - À chaque rentrée des classes, le problème de la disponibilité du manuel scolaire se pose de nouveau. Essuyant un refus catégorique des directeurs et des gestionnaires des établissements scolaires pour assurer la vente de ces manuels, le ministère de l'Education a confié cette tâche aux librairies privées.
Une mission qui s'avère compliquée pour ces commerces. Durant toute la journée, ils font face à un important flux des parents d'élèves à la recherche d'un tel ou tel manuel pour leurs enfants scolarisés. Les longues files d'attente en témoignent.
Nombre de parents peinent justement à dénicher le livre désiré. Une situation qui pénalise leurs enfants scolarisés sur le plan pédagogique. En l'absence de ces manuels scolaires, plus d'un cours ne sont pas assurés depuis la rentrée des classes. Les élèves accusent ainsi un retard qui sera difficile à combler.
Pourquoi ce nouveau mode opérationnel adopté par la tutelle n'arrive pas à régler le problème de la distribution du livre scolaire ? Pour l'Association nationale des parents d'élèves, il est question d'une mauvaise gestion de la distribution du livre scolaire mais aussi de l'insuffisance des points de vente désignés pour cette opération. Afin de permettre aux parents d'élèves d'accéder à ces manuels, son président Khaled Ahmed appelle à multiplier les points de vente. «Certaines communes ne disposent pas de librairies. Il faut donc élargir la vente du livre scolaire aux maisons de jeunes et aux centres de culture pour que tous les parents d'élèves puissent s'en approvisionner», suggère-t-il.
Il fait savoir, en outre, qu'un stock de près de 50 millions de livres scolaires usagés est disponible et peut contribuer à apaiser cette tension sur le manuel. Ces livres de deuxième main, estime-t-il, pourraient être cédés à des prix symboliques. «Il n'y a pas de mal à recourir à des livres déjà utilisés. Nous avons nous-mêmes étudié avec des livres qui dataient de dix ou quinze années que nous avons hérités de nos frères et sœurs», dit-il.
Le président du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), Boualem Amoura, pointe du doigt à son tour, une «certaine incompétence» dans la gestion de la vente du livre scolaire.
«Il n'y a pas assez de points de vente, d'où cette importante affluence sur les librairies concernées. Lorsqu'on désigne dans une wilaya ou dans une grande ville deux à trois points de vente, c'est normal qu'il y ait du monde», note-t-il, avant de rappeler qu'il est question de plus de dix millions d'élèves.
Il déplore également l'absence d'anticipation. «Il fallait anticiper depuis des mois et ne pas attendre la dernière minute. La distribution du livre ne se fait pas à la rentrée des classes. Elle doit se faire à la fin de l'année scolaire», dit-il.
Soulignant que la vente du manuel est une opération commerciale qui ne fait pas partie des prérogatives des directeurs et des gestionnaires des établissements scolaires, le président du Satef précise que celle-ci relève de la mission de l'Office national des publications scolaires (ONPS) à l'échelle nationale et du Centre régional de distribution de la documentation pédagogique (CRDDP) à l'échelle régionale.
Il fait remarquer d'ailleurs que les responsables des établissements scolaires qui ont manipulé à chaque rentrée des classes l'argent des livres au risque d'avoir des «trous» dans la trésorerie ou de se faire agresser n'ont jamais eu une contrepartie pour ce travail. «Pourquoi l'Office national des publications scolaires accorde, aujourd'hui, aux libraires chargés de vendre le livre scolaire une marge bénéficiaire de 8%, alors qu'il ne le faisait pas avec les établissements scolaires ?», s'interroge-t-il à la fin.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.