Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PARLONS-EN
D�linquants, g�t�s et pourris ! Par Malika BOUSSOUF, [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 12 - 2004

L'Alg�rie n'est pas le seul pays o� l'on regarde volontiers, et m�me souvent avec curiosit�, comme partout ailleurs, s'�taler au grand jour les cocasses stupidit�s de sa "jet-set". Mais le reconna�tre ne d�douane pas pour autant cette derni�re aux yeux de la classe moyenne ahurie de d�couvrir, par un hasard de fortune, que les spectacles de triste facture et dont on aimerait bien laisser croire qu'ils rel�vent du domaine exclusif des petites gens sont bel et bien ceux de sa prog�niture.
Cela ne nous emp�chera pas non plus de nous int�resser d'un peu plus pr�s � cette derni�re et aux frasques de tous ces parvenus maladroits, plut�t niais au demeurant, conscients que nous sommes des efforts insurmontables que ces malheureux, sans atouts pr�alables et sans avoir �t� pr�par�s � la belle vie qu'autorise la promotion sociale, ont d� bien souvent consentir pour se fabriquer un statut et une vitrine dignes des "notables" qu'ils s'acharnent � devenir. C'est ce qui nous renvoie, d'ailleurs, d'eux, cette image des plus gauche qui frise, fr�quemment et � leur insu, le burlesque. Nous aurions volontiers et m�me avec beaucoup d'amusement ferm� les yeux sur cette absence de r�f�rences qui exigent, si l'on veut s'en pr�valoir, que l'on aille les chercher loin dans ses racines, voire dans ses histoire et trajet personnels. Mais voil� que le triste et non moins condamnable �pisode de la r�sidence s�curitaire de Moretti qui a fr�l� la trag�die nous interpelle de nouveau sur l'�tat de d�pravation avanc� relev� au sein d'un certain nombre de familles. Des familles d�sign�es comme respectables puis intouchables avant qu'elles n'obtiennent qu'on les soustraie au regard inquisiteur d'�ventuels "envieux". Mais il fallait bien que cela arrive, que cela apparaisse enfin au grand jour, que le scandale finisse par enjamber les barri�res que l'on aura voulues en vain infranchissables pour fuir la "gueusaille". Nous faisons l� r�f�rence � certaines familles cot�es non pas pour ce qu'elles incarnent comme valeurs et dont elles pourraient faire b�n�ficier les autres mais pour ce qu'elles ont r�ussi � engranger sur le dos de la R�publique. Ce sont ces m�mes familles que l'on estimait n�cessaire de prot�ger, il y a quelques ann�es d�j�, de possibles agressions aujourd'hui de plus en plus fictives, si l'on en croit les affirmations du chef de l'Etat dont le r�gne aurait permis aux Alg�riens de ne plus se clo�trer chez eux au-del� de 18 heures. A l'heure actuelle, les r�sidences du Club-des-Pins et de Moretti sont pourtant toujours class�es zones interdites et restent ferm�es au public. Pour y p�n�trer, il faut montrer patte blanche. C'est obligatoire si l'on veut y �tre tol�r� m�me pour un laps de temps tr�s court. Nous parlons l� de deux clubs ultraprot�g�s o� les personnes qui y r�sident vivent en autarcie, o� ces derni�res qui ont d�cid� qu'elles appartenaient au m�me monde sont cens�es se fr�quenter en toute convivialit� et o� tout ce qui s'y passe ne peut �tre, par cons�quent, imput� aux �trangers, autrement dit au reste des Alg�riens. Faut-il vraiment croire que la situation s�curitaire a souvent des travers insoup�onnables comme celui de contraindre l'Etat � entretenir, en m�me temps que des privil�gi�s temporaires, de futurs candidats � la criminalit� ? Des assassins en herbe qui, pour l'instant, en sont encore � tester leur pouvoir de nuisance en m�me temps qu'ils s'exercent � d�fier l'impunit� dont ils jouissent gr�ce aux relations de papa. Tels les h�ritiers de seigneurs m�di�vaux, les rejetons, dont les parents montrent plus de dispositions � assurer l'aisance que l'�ducation, sont livr�s � eux-m�mes sans autre obligation sinon celle de courir jouer les gros bras en cas de p�pins. Et les ennuis, ce n'est pas ce qui manque apparemment dans ce milieu, o� l'immoralit� se conjugue au pluriel, contrairement � ce que l'on pourrait croire, et m�me si l'on fait tout pour que n'apparaisse pas au grand jour le comportement d�natur� de la descendance. H�las, Alger est un microcosme o� les langues se d�lient avec une facilit� d�concertante, o� tout finit par se savoir et o� les cancans vont bon train malgr� une farouche volont� d'�touffer les graves d�rapages. Une fois c'est le fils d'un ministre qui s'improvise chef de gang et �cume au grand jour les pavillons des voisins momentan�ment absents sans que personne ose y mettre un terme, une autre fois c'est le neveu d'un autre ministre qui pique une m�chante col�re, fait usage de l'arme de tonton et que l'on s'empressera d'exp�dier � l'�tranger pour l'extraire � la justice et surtout parce qu'il ne faut pas trop g�ner l'oncle en question dans une ascension potentielle vers des fonctions qui pourraient s'av�rer plus int�ressantes. La fois d'apr�s, c'est le fiston d'un g�n�ral � la retraite qui tabasse quelqu'un � la sortie d'une bo�te de nuit, et, enfin, il y a quelques jours, cette sordide histoire de tentative de meurtre entre copains et o� c'est le pavillon de l'une des deux r�sidences s�curitaires qui a �t� mis � la disposition de tortionnaires plus que dou�s pour r�gler son compte � un jeune adolescent victime de son manque de discernement et du mauvais choix de ses fr�quentations. Et dire que cette racaille-l�, qui ne poss�de aucun principe de base, qui, en plus d'�tre ignorante, sans �ducation et sans rep�res, ose vous regarder de haut ! M�prisante � souhait parce qu'elle les aura estim�s infr�quentables, cette prog�niture en panne de mod�le pr�tendra effront�ment, alors qu'aucune valeur morale ne lui a �t� inculqu�e, apprendre � vivre � ceux qui malgr� leur d�nuement travaillent � atteindre le sommet en s'�clairant d'une bougie. Quand les uns se nourrissent une fois par jour et s'acharnent � r�ussir ce qu'ils entreprennent, les autres qui ignorent tout de l'effort, la sueur ou la difficult� ne sont pas loin de croire que leur avenir est d�j� tout trac� puisque les parents sont l� pour leur garantir la perp�tuation des privil�ges consentis par le syst�me. Cela commen�ait � bien faire de ne parler que de ces petites gens qui investissent la rue pour crier leur d�sespoir en occultant volontairement les d�lits de petits voyous, y compris ceux engendr�s par la nomenklatura. Une classe sociale qui, tout en les maintenant loin de la populace, ne r�ussit pourtant pas l'�ducation de ses enfants et fait que ces derniers, par oisivet�, d�veloppent pr�cocement des instincts meurtriers. Et alors que ceux du peuple se font tabasser qui �tudiant par-ci qui ch�meur par-l�, que des bambins meurent dans un frigo abandonn� sur un terrain d�saffect� — endroit privil�gi� par les trois innocents — ceux de notre "�lite" d�sœuvr�s r�fl�chissent � monter une bonne exp�dition punitive contre l'un des leurs avec, bien s�r, tout le cynisme qu'impose pareille circonstance et n'h�sitent pas � tester les effets du viol et de la torture. Ainsi, un code moral pos� par les parents, les enfants n'ont plus qu'� s'y conformer ou � tout le moins tenter de faire mieux. Pendant que les uns respirent de la colle pour s'�vader d'un monde cruel qui leur interdit d'aspirer � mieux, les autres s'entra�nent au cœur de chalets, plac�s sous haute surveillance, au ch�timent de l'adversaire qu'ils sont pr�ts � �liminer froidement. Il est d�cid�ment bien �trange ce r�gime qui croit s'en tirer � bon compte en parquant de la sorte ses pr�tendus favoris. Une pratique trop r�currente pour �tre honn�te. A m�diter par ceux qui ne se sentent pas concern�s.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.