Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PARLONS-EN
D�linquants, g�t�s et pourris ! Par Malika BOUSSOUF, [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 12 - 2004

L'Alg�rie n'est pas le seul pays o� l'on regarde volontiers, et m�me souvent avec curiosit�, comme partout ailleurs, s'�taler au grand jour les cocasses stupidit�s de sa "jet-set". Mais le reconna�tre ne d�douane pas pour autant cette derni�re aux yeux de la classe moyenne ahurie de d�couvrir, par un hasard de fortune, que les spectacles de triste facture et dont on aimerait bien laisser croire qu'ils rel�vent du domaine exclusif des petites gens sont bel et bien ceux de sa prog�niture.
Cela ne nous emp�chera pas non plus de nous int�resser d'un peu plus pr�s � cette derni�re et aux frasques de tous ces parvenus maladroits, plut�t niais au demeurant, conscients que nous sommes des efforts insurmontables que ces malheureux, sans atouts pr�alables et sans avoir �t� pr�par�s � la belle vie qu'autorise la promotion sociale, ont d� bien souvent consentir pour se fabriquer un statut et une vitrine dignes des "notables" qu'ils s'acharnent � devenir. C'est ce qui nous renvoie, d'ailleurs, d'eux, cette image des plus gauche qui frise, fr�quemment et � leur insu, le burlesque. Nous aurions volontiers et m�me avec beaucoup d'amusement ferm� les yeux sur cette absence de r�f�rences qui exigent, si l'on veut s'en pr�valoir, que l'on aille les chercher loin dans ses racines, voire dans ses histoire et trajet personnels. Mais voil� que le triste et non moins condamnable �pisode de la r�sidence s�curitaire de Moretti qui a fr�l� la trag�die nous interpelle de nouveau sur l'�tat de d�pravation avanc� relev� au sein d'un certain nombre de familles. Des familles d�sign�es comme respectables puis intouchables avant qu'elles n'obtiennent qu'on les soustraie au regard inquisiteur d'�ventuels "envieux". Mais il fallait bien que cela arrive, que cela apparaisse enfin au grand jour, que le scandale finisse par enjamber les barri�res que l'on aura voulues en vain infranchissables pour fuir la "gueusaille". Nous faisons l� r�f�rence � certaines familles cot�es non pas pour ce qu'elles incarnent comme valeurs et dont elles pourraient faire b�n�ficier les autres mais pour ce qu'elles ont r�ussi � engranger sur le dos de la R�publique. Ce sont ces m�mes familles que l'on estimait n�cessaire de prot�ger, il y a quelques ann�es d�j�, de possibles agressions aujourd'hui de plus en plus fictives, si l'on en croit les affirmations du chef de l'Etat dont le r�gne aurait permis aux Alg�riens de ne plus se clo�trer chez eux au-del� de 18 heures. A l'heure actuelle, les r�sidences du Club-des-Pins et de Moretti sont pourtant toujours class�es zones interdites et restent ferm�es au public. Pour y p�n�trer, il faut montrer patte blanche. C'est obligatoire si l'on veut y �tre tol�r� m�me pour un laps de temps tr�s court. Nous parlons l� de deux clubs ultraprot�g�s o� les personnes qui y r�sident vivent en autarcie, o� ces derni�res qui ont d�cid� qu'elles appartenaient au m�me monde sont cens�es se fr�quenter en toute convivialit� et o� tout ce qui s'y passe ne peut �tre, par cons�quent, imput� aux �trangers, autrement dit au reste des Alg�riens. Faut-il vraiment croire que la situation s�curitaire a souvent des travers insoup�onnables comme celui de contraindre l'Etat � entretenir, en m�me temps que des privil�gi�s temporaires, de futurs candidats � la criminalit� ? Des assassins en herbe qui, pour l'instant, en sont encore � tester leur pouvoir de nuisance en m�me temps qu'ils s'exercent � d�fier l'impunit� dont ils jouissent gr�ce aux relations de papa. Tels les h�ritiers de seigneurs m�di�vaux, les rejetons, dont les parents montrent plus de dispositions � assurer l'aisance que l'�ducation, sont livr�s � eux-m�mes sans autre obligation sinon celle de courir jouer les gros bras en cas de p�pins. Et les ennuis, ce n'est pas ce qui manque apparemment dans ce milieu, o� l'immoralit� se conjugue au pluriel, contrairement � ce que l'on pourrait croire, et m�me si l'on fait tout pour que n'apparaisse pas au grand jour le comportement d�natur� de la descendance. H�las, Alger est un microcosme o� les langues se d�lient avec une facilit� d�concertante, o� tout finit par se savoir et o� les cancans vont bon train malgr� une farouche volont� d'�touffer les graves d�rapages. Une fois c'est le fils d'un ministre qui s'improvise chef de gang et �cume au grand jour les pavillons des voisins momentan�ment absents sans que personne ose y mettre un terme, une autre fois c'est le neveu d'un autre ministre qui pique une m�chante col�re, fait usage de l'arme de tonton et que l'on s'empressera d'exp�dier � l'�tranger pour l'extraire � la justice et surtout parce qu'il ne faut pas trop g�ner l'oncle en question dans une ascension potentielle vers des fonctions qui pourraient s'av�rer plus int�ressantes. La fois d'apr�s, c'est le fiston d'un g�n�ral � la retraite qui tabasse quelqu'un � la sortie d'une bo�te de nuit, et, enfin, il y a quelques jours, cette sordide histoire de tentative de meurtre entre copains et o� c'est le pavillon de l'une des deux r�sidences s�curitaires qui a �t� mis � la disposition de tortionnaires plus que dou�s pour r�gler son compte � un jeune adolescent victime de son manque de discernement et du mauvais choix de ses fr�quentations. Et dire que cette racaille-l�, qui ne poss�de aucun principe de base, qui, en plus d'�tre ignorante, sans �ducation et sans rep�res, ose vous regarder de haut ! M�prisante � souhait parce qu'elle les aura estim�s infr�quentables, cette prog�niture en panne de mod�le pr�tendra effront�ment, alors qu'aucune valeur morale ne lui a �t� inculqu�e, apprendre � vivre � ceux qui malgr� leur d�nuement travaillent � atteindre le sommet en s'�clairant d'une bougie. Quand les uns se nourrissent une fois par jour et s'acharnent � r�ussir ce qu'ils entreprennent, les autres qui ignorent tout de l'effort, la sueur ou la difficult� ne sont pas loin de croire que leur avenir est d�j� tout trac� puisque les parents sont l� pour leur garantir la perp�tuation des privil�ges consentis par le syst�me. Cela commen�ait � bien faire de ne parler que de ces petites gens qui investissent la rue pour crier leur d�sespoir en occultant volontairement les d�lits de petits voyous, y compris ceux engendr�s par la nomenklatura. Une classe sociale qui, tout en les maintenant loin de la populace, ne r�ussit pourtant pas l'�ducation de ses enfants et fait que ces derniers, par oisivet�, d�veloppent pr�cocement des instincts meurtriers. Et alors que ceux du peuple se font tabasser qui �tudiant par-ci qui ch�meur par-l�, que des bambins meurent dans un frigo abandonn� sur un terrain d�saffect� — endroit privil�gi� par les trois innocents — ceux de notre "�lite" d�sœuvr�s r�fl�chissent � monter une bonne exp�dition punitive contre l'un des leurs avec, bien s�r, tout le cynisme qu'impose pareille circonstance et n'h�sitent pas � tester les effets du viol et de la torture. Ainsi, un code moral pos� par les parents, les enfants n'ont plus qu'� s'y conformer ou � tout le moins tenter de faire mieux. Pendant que les uns respirent de la colle pour s'�vader d'un monde cruel qui leur interdit d'aspirer � mieux, les autres s'entra�nent au cœur de chalets, plac�s sous haute surveillance, au ch�timent de l'adversaire qu'ils sont pr�ts � �liminer froidement. Il est d�cid�ment bien �trange ce r�gime qui croit s'en tirer � bon compte en parquant de la sorte ses pr�tendus favoris. Une pratique trop r�currente pour �tre honn�te. A m�diter par ceux qui ne se sentent pas concern�s.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.