KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2019

«Son projet est de construite un Etat algérien développé, fort, maître de son destin, de son avenir, de sa liberté et de son développement. Ni plus ni moins»
Abdelmalek Sellal poursuit sa précampagne auprès des organisations de masse, soutenant la candidature du président de la république pour un cinquième mandat. Après avoir rencontré les responsables de l'ONM et de l'UGTA, le directeur de campagne du candidat à la présidentielle du 18 avril, Abdelaziz Bouteflika, a été hier, l'invité de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), présidée par Mohamed Alioui. L'occasion pour l'ancien Premier ministre de revenir sur les «réalisations» de l'actuel chef de l'Etat, et son «engagement» aux cotés des paysans. Dans un bref discours prononcé devant les cadres de l'Union et représentants de wilayas, Sellal a défendu le «projet» pour lequel Bouteflika s'est représenté pour succéder à lui-même. «Son projet est de construite un Etat algérien développé, fort, maître de son destin, de son avenir, de sa liberté et de son développement. Ni plus ni moins», a déclaré le directeur de campagne du Président-candidat, estimant que «le moudjahid Abdelaziz Bouteflika n'a pas besoin du fauteuil (de la présidence)».
Pour lui, le chef de l'Etat «porte le message de Novembre dans son esprit, et ne peut pas abandonner l'Algérie à mi-chemin». Malgré ceux qu'il qualifie de «pessimistes», Sellal dira que «nous ne sommes pas loin de l'objectif tracé par les chouhada». Abordant les grandes lignes du «projet» de Bouteflika, l'hôte de l'UNPA se défendra que son message à la nation le 10 février dernier soit «vide», comme l'ont qualifié certains. «C'est une Lettre-programme qui reprend les mêmes principes du programme datant de plusieurs années. Aujourd'hui, il vient avec le projet de continuer à bâtir l'Etat algérien», a expliqué Sellal, appelant à distinguer l'Etat du gouvernement. «On a souvent tendance à faire l'amalgame entre l'Etat qui représente des institutions, et le gouvernement qui est un moyen d'exécution. Le gouvernement n'est pas l'Etat», a-t-il insisté.
Pour cela, Abdelmalek Sellal pense que le message du Président était «clair», lorsqu'il a évoqué la tenue d'une conférence nationale après la présidentielle. «Il a clairement dit que, mis à part les constantes nationales : Islam, Arabité et Amazigité, ainsi que le caractère républicain démocratique de l'Algérie, tout est ouvert aux propositions dans le cadre de la conférence nationale qui sera organisée juste après l'élection, pour trouver un consensus entre toutes les composantes de la société, notamment l'opposition», a-t-il rappelé, assurant que cette conférence «aura à adopter un nouveau plan pour bâtir l'Algérie». Cette proposition «n'est-elle pas démocratique ?», s'interroge Sellal, qui affirme aussi que «la Constitution sera enrichie par des propositions qui émaneront de la même conférence».
«Les chiffres sont têtus» !
Au début de son discours, le directeur de campagne du Président-candidat est revenu sur «les réalisations enregistrées dans plusieurs domaines : politique, économique, social et culturel», durant les années précédentes, promettant de «donner des chiffres» lors de la campagne électorale. Dans ce contexte, il s'attaquera aux adversaires de Bouteflika, sans pour autant identifier ses cibles. «On dit que le président était malade et ne suivait pas les affaires du pays. Mais la vérité des chiffres est là. Le Président a ses hommes forts, son peuple qui le soutenait, et les choses ont bien fonctionné malgré un recul dans l'économie après la chute des prix du pétrole», a rétorqué Sellal, précisant qu'en matière économique, «rien que depuis 2014 à la fin 2018, les chiffres sont meilleurs de ceux des cinq années d'avant». Plus que ça, il soutient que «les indices et les données prouvent que nous ne sommes pas dans une crise aiguë, comme le décrivent certains». Abdelmalek Sellal dit comprendre ces critiques, car «l'on est dans une campagne électorale, et nos adversaires noircissent un peu le tableau». Pourtant, «les chiffres sont têtus, la vérité est là et la majorité des experts économiques sont optimistes pour l'Algérie (…), à condition d'améliorer la gouvernance dans la gestion», insiste-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.