«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Turquie, Libye, Venezuela et Iran.. Le droit à l'ingérence relancé par Washington
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 02 - 2019

Après les attentats de 2001, Washington menait des guerres contre d'autres pays au nom de la lutte contre les terroristes.
Washington, qui refuse à la Turquie le droit d'acheter des armes russes, cautionne le coup d'Etat contre le président Maduro, hostile à Damas et contre l'Iran, relance ce qui est appelé droit d'ingérence. Le président américain ne croit pas à la légalité mondiale, et relance ce qui est appelé le droit d'ingérence dans les affaires des autres pays. Après les attentats de 2001, Washington menait des guerres contre d'autres pays au nom de la lutte contre les terroristes. C'est alors que des guerres ont été lancées contre l'Irak et l'Afghanistan. Washington a participé à l'ingérence militaire contre la Libye. Aujourd' hui, elle cautionne le coup d'Etat mené par l'autoproclamé président par intérim, Juan Guaido, contre Maduro, et menace d'une ingérence militaire contre le Vénézuela, tandis que nombre de pays dénoncent le putsch.
Washington, qui mène des guerres en l'absence de légitimité, est en contradiction avec les préceptes démocratiques. La relance de ce qui est appelé le droit à l'ingérence menace les pays qui oseraient ne pas être d'accord, avec la politique hostile menée par le président américain. Le président américain se permet le droit d'envoyer des troupes militaires à Damas, et a mené des bombardements contre l'armée légitime, en mission contre les terroristes de Daech, Djeich El Islam, Ahrar El Cham et Djabhate El Nosra. Il a mené des frappes en Libye, prétendant la lutte contre les terroristes. Washington, qui relance ce qui est appelé le droit d'ingérence, interdit aux pays dont la Turquie, l'achat d'armes autres qu'américaines, et cautionne le prince d'Arabie saoudite, principal accusé du meurtre du journaliste Khashoggi. Le président américain a décidé le retrait de l'accord avec l'Iran, et interdit aux pays européens de coopérer avec Téhéran.
Toutes ces décisions sont prônées en l'absence de la légalité, puisque Washington ne se conforme pas à l'ONU, et joue le role de gendarme du monde, au nom de ce qui est appelé le droit à l'ingérence. Hier, le président Poutine a dénoncé la politique hostile menée par Washington. Au Yémen, Washington participe à la guerre contre les civils, armant la coalition arabe malgré les crimes de guerre. L'opinion publique américaine dénonce la politique lancée par le président, et réclame que la guerre soit arrétée. Les élus démocrates et républicains dénoncent la caution accordée par le président américain au prince d'Arabie saoudite, principal accusé pour le meurtre de Khashoggi, et exigent que Washington arrête d'armer la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, contre les civils au Yémen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.