Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabah Bouarifi, ancien président de la fédération algérienne de basket-ball : «Ali Slimani n'a pas tenu ses promesses»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 03 - 2019

Au lendemain du retrait de confiance d'Ali Slimani, président sortant de la Fédération algérienne de basket-ball, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer sa manière d'agir sur le plan de la gestion. Ses promesses n'ont pas été tenues, et l'ancien président de la FABB, Rabah Bouarifi, nous livre les raisons.
Vous êtes le mieux placé pour nous éclairer sur ce retrait de confiance, jusque-là étonnant. Qu'en dites-vous ?
Pas du tout étonnant, M. Slimani Ali, et après seulement deux années d'exercice a souhaité agir seul, il aurait dû tenir ses promesses. Il n'a point été gâté par la suite, normal, dites-vous, du fait qu'il a voulu faire à sa guise, alors que beaucoup de gens l'attendais au tournant.
Expliquez-vous…
Vous savez, je ne suis pas là pour le mettre devant ses responsabilités, non plus, devant le fait accompli, juste un rappel qu'il n'a point été tendre envers ses proches collaborateurs, des éléments que je lui avais laissé au lendemain de mon départ. Bon nombre de permanents ont préféré jeter l'éponge, juste parce qu'ils étaient des anciens de Rabah Bouarifi. Tout cela est révolu, on doit s'adapter et travailler avec les cadres mis à notre disposition, ce sont des éléments du Mouvement sportif affectés pour la circonstance.
Quand vous dites qu'il n'a past tenu ses promesses, cela se traduirait par avoir failli à sa mission, n'est-ce-pas ?
En quelque sorte. Juste qu'il fallait songer au développement et à la formation du basket-ball, au lieu de se venger sur des futilités qui risquent de porter préjudices à la discipline.
Ce retrait ne va-t-il pas ralentir l'évolution de la balle au panier en ces moments plutôt propices ?
Certes, ce retrait arrive à un moment difficile, mais il faut que la compétition reprenne vite, une manière d'éviter qu'il y est des cassures. Il faut que tous les acteurs s'unissent pour redresser la barre.
Selon les organisateurs de la FABB, l'assemblée générale ordinaire a été reportée pour des raisons techniques et organisationnelles ; le confirmez-vous ?
Une manière d'assurer la présence de tous les membres, comme tout le monde le prétendait, non, ce fut finalement pour d'autres causes. Bon nombre de membres de l'assemblée générale avaient pressentis le départ d'Ali Slimani. Pour eux, ses jours étaient comptés, il ne faisait plus l'unanimité.
Selon certains membres, c'est cette histoire de report de la dix-huitième journée du championnat d'Algérie de super division (Messieurs) entachée d'une grève des arbitres officiels (AMC) qui avait provoqué son éviction. Qu'en est-il au juste, selon vous ?
Cette histoire de la grève des officiels a effectivement empiré les choses. Le président aurait dû songer régler financièrement ces arbitres, ces derniers se prenaient en charge eux-mêmes, une aberration que personne n'avait compris jusque-là. Cela dit et quel que soit celui qui viendra gérer la discipline, les championnats doivent reprendre leurs droits et au plus vite, l'inverse pourrait se répercuter sur le rendement des différentes équipes nationales.
Et quel est l'avenir de la Fédération à très court terme ?
C'est en quelque sorte, l'avenir de la discipline qui est en jeu. Pour cela, une équipe à sa tête un nouveau secrétaire général affecté pour la circonstance, en l'occurrence M. Djoudi a été mis en place pour gérer la structure fédérale durant les quarante cinq jours, une manière de préparer le dossier des candidatures.
Y a-t-il des candidats qui frappent à la porte, selon vous ?
Jusque-là, les candidats ne se bousculent pas au portillon ; il y en aura probablement, mais pour l'instant, c'est plutôt ce groupe qui va gérer la Fédération durant quarante cinq jours.
Des sources font état que vous soyez le candidat le plus plausible pour les prochaines élections de la FABB. Le confirmez-vous ?
Vous savez, moi aussi j'ai vu mon bilan moral rejeté par l'assemblée générale, lors de la dernière AG élective de 2017, j'avais donc, juré ne plus remettre les pieds dans le basket-ball. Les choses depuis, ont changé, il y a même une pétition qui circule au sein du milieu du basket-ball laquelle fait état de mon retour. Cela dit, si je suis plébiscité, je ne pourrais que répondre à la demande de ma seconde famille qu'est le basket-ball, mais rien de cela pour l'instant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.