Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 03 - 2019

«L'eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d'eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l'ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l'Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité».
L'eau du robinet, qui a soulevé les craintes de certains citoyens, redoutant la non-potabilité de cette eau, est parfaitement potable est ne présente aucun risque pour la santé, a rassuré une responsable du laboratoire de l'Algérienne Des Eaux (ADE) de la wilaya de Chlef. «L'eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d'eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l'ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l'Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité», a déclaré la même source.
«L'eau n'est injectée dans le réseau de distribution que si elle répond à toutes les normes universelles de potabilité», a-t-elle encore assuré. La station de dessalement d'eau de mer est équipée d'un laboratoire qui fonctionne H24 et l'eau est traitée à toutes les phases surtout à la phase de sortie. Cela en plus d'un contrôle effectué par l'acheteur, l'ADE en l'occurrence. Le contrôle se fait de manière permanente, de jour comme de nuit, et l'eau qui sort de la station est d'une qualité irréprochable, d'après les nombreux tests effectués par des laboratoires.
Selon les responsables du secteur, l'eau de mer est chauffée à 120 °C dans des conduits.
Elle est ensuite envoyée dans un container à faible pression. L'eau est alors immédiatement transformée en vapeur par détente appelée «Flash». La vapeur résultante va entrer au contact des premiers conduits dans lesquels passe l'eau de mer. Ces conduits, froids, vont alors provoquer la condensation de cette vapeur qui est alors récupérée à l'état aqueux. L'eau est ensuite pompée à haute pression vers un troisième système de filtrage ultraphase (la microfiltration). L'eau devient à ce niveau propre et pure. Puis elle arrive dans le bâtiment d'osmose inverse qui comprend neuf trains de dessalement (un train reste en stand-by). Chaque train peut produire jusqu'à 25.000 m3 d'eau dessalée pour une capacité maximale de la SDEM de 200.000 m3. L'osmose inverse consiste à faire ressortir le sel de l'eau à une pression de 60 bars.
Les minéraux sont séparés des petites particules de molécules de sel. Quand l'eau salée traverse une membrane très fine, le sel est retenu. Les 183.000 m3/j alimentent le chef-lieu et ses localités par un système de pompage et les 17.000 m3/j destinés pour Ténès et ses localités par un système gravitaire. «L'eau passe, donc, par plusieurs phases et ce pour satisfaire les besoins des habitants de toutes les localités à travers lesquelles la conduite de l'ADE est installée. Il s'agit de la station de pompage de Ténès, le réservoir 2×30.000 m3 de Ténès, le réservoir 2 x 30.000 m3 d'El-Kherba ainsi que le réservoir 2 x 10.000 m3 de Chlef.» La même responsable a déclaré que «l'eau desservie par l'ADE est de bonne qualité et qu'elle est potable. En fait, l'eau des robinets est beaucoup plus sûre que celle commercialisée par les colporteurs, car elle est contrôlé en amont et en aval.» Signalons, toutefois, que le nombre des colporteurs a considérablement baissé au niveau de la commune du chef-lieu de wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.