Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 03 - 2019

«L'eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d'eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l'ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l'Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité».
L'eau du robinet, qui a soulevé les craintes de certains citoyens, redoutant la non-potabilité de cette eau, est parfaitement potable est ne présente aucun risque pour la santé, a rassuré une responsable du laboratoire de l'Algérienne Des Eaux (ADE) de la wilaya de Chlef. «L'eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d'eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l'ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l'Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité», a déclaré la même source.
«L'eau n'est injectée dans le réseau de distribution que si elle répond à toutes les normes universelles de potabilité», a-t-elle encore assuré. La station de dessalement d'eau de mer est équipée d'un laboratoire qui fonctionne H24 et l'eau est traitée à toutes les phases surtout à la phase de sortie. Cela en plus d'un contrôle effectué par l'acheteur, l'ADE en l'occurrence. Le contrôle se fait de manière permanente, de jour comme de nuit, et l'eau qui sort de la station est d'une qualité irréprochable, d'après les nombreux tests effectués par des laboratoires.
Selon les responsables du secteur, l'eau de mer est chauffée à 120 °C dans des conduits.
Elle est ensuite envoyée dans un container à faible pression. L'eau est alors immédiatement transformée en vapeur par détente appelée «Flash». La vapeur résultante va entrer au contact des premiers conduits dans lesquels passe l'eau de mer. Ces conduits, froids, vont alors provoquer la condensation de cette vapeur qui est alors récupérée à l'état aqueux. L'eau est ensuite pompée à haute pression vers un troisième système de filtrage ultraphase (la microfiltration). L'eau devient à ce niveau propre et pure. Puis elle arrive dans le bâtiment d'osmose inverse qui comprend neuf trains de dessalement (un train reste en stand-by). Chaque train peut produire jusqu'à 25.000 m3 d'eau dessalée pour une capacité maximale de la SDEM de 200.000 m3. L'osmose inverse consiste à faire ressortir le sel de l'eau à une pression de 60 bars.
Les minéraux sont séparés des petites particules de molécules de sel. Quand l'eau salée traverse une membrane très fine, le sel est retenu. Les 183.000 m3/j alimentent le chef-lieu et ses localités par un système de pompage et les 17.000 m3/j destinés pour Ténès et ses localités par un système gravitaire. «L'eau passe, donc, par plusieurs phases et ce pour satisfaire les besoins des habitants de toutes les localités à travers lesquelles la conduite de l'ADE est installée. Il s'agit de la station de pompage de Ténès, le réservoir 2×30.000 m3 de Ténès, le réservoir 2 x 30.000 m3 d'El-Kherba ainsi que le réservoir 2 x 10.000 m3 de Chlef.» La même responsable a déclaré que «l'eau desservie par l'ADE est de bonne qualité et qu'elle est potable. En fait, l'eau des robinets est beaucoup plus sûre que celle commercialisée par les colporteurs, car elle est contrôlé en amont et en aval.» Signalons, toutefois, que le nombre des colporteurs a considérablement baissé au niveau de la commune du chef-lieu de wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.