Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Répression au Soudan.. Le mouvement de contestation rejette l'offre du dialogue
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 06 - 2019

Le mouvement de contestation au Soudan a rejeté l'offre de dialogue du Conseil militaire de transition, alors que le pays est plongé dans l'instabilité et une sanglante répression qui aurait fait plus de 100 morts depuis lundi, selon des sources médicales et 46 morts selon les autorités.
Le Conseil militaire de transition au pouvoir s'est dit mercredi, ouvert aux négociations «sans restriction», après les avoir totalement rejetées la veille, dans un contexte de répression de la contestation populaire qui a fait des dizaines de morts depuis lundi. «Nous ouvrons nos bras aux négociations sans restriction, sinon celle de l'intérêt national, pour fonder un pouvoir légitime qui reflète les aspirations des Soudanais», a déclaré mercredi, le chef du Conseil militaire de transition, Abdel Fattah al-Burhan. En réponse à cet appel, une alliance de l'opposition et des manifestants ont rejeté l'offre des généraux. «Nous n'acceptons pas l'invitation du Conseil militaire de transition», a déclaré un des dirigeants de l'Alliance des Forces de la liberté et du changement (ALC) – fer de lance du mouvement de contestation du pouvoir en place –. L'alliance, a-t-il ajouté, n'a plus confiance en le Conseil militaire de transition qui, dit-il, «impose la peur aux habitants dans les rues». Face à cette impasse, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et deux organisations soudanaises des droits humains ont appelé à une «action urgente» de la communauté internationale au Soudan, après l'intervention de l'armée pour disperser un sit-in ayant fait au moins 100 morts à Khartoum alors que le bilan fourni par le gouvernement soudanais fait état d'une quarantaine de morts. Selon le comité des médecins, 109 personnes sont mortes dans la répression de la contestation soudanaise. Il s'agit du dernier bilan provisoire fourni par ce comité proche de la contestation, qui a annoncé mercredi, que 40 corps ont été repêchés dans le Nil.
Inquiétude et condamnations à l'étranger
«L'opération de dispersion de ce rassemblement emblématique de milliers de manifestants, qui réclamaient depuis des semaines le transfert du pouvoir aux civils, a été vivement condamné à l'étranger, notamment par l'ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. L'ONU a fait sortir du pays des employés non essentiels», a indiqué mercredi, une porte-parole de l'Organisation. «Nous avons relocalisé temporairement des personnels de l'ONU non essentiels, bien que toutes les opérations de l'Organisation se poursuivent au Soudan», a indiqué cette porte-parole, Eri Kaneko. Aucune indication n'a été donnée sur le nombre d'employés évacués ni vers où ils ont été relocalisés. L'ONU dispose d'une large présence au Soudan avec des employés issus de 27 organismes, la plupart étant focalisés sur une aide humanitaire à la population. Les autorités des Emirats arabes unis ont, pour leur part, déclaré jeudi, suivre avec «beaucoup d'inquiétude» la situation au Soudan, appelant à un «dialogue constructif» entre les «différentes forces» locales pour préserver à tout prix «la stabilité». Dans une déclaration relayée par l'agence de presse WAM, le ministère émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a «espéré» que «la sagesse» et «la voix de la raison» prévaudront pour «garantir la sécurité et la stabilité du Soudan, épargner à son peuple le fléau du mal, préserver ses acquis et assurer son unité». Abou Dhabi a «souligné l'importance de la reprise des pourparlers entre les différentes forces soudanaises pour réaliser les aspirations du peuple frère du Soudan». L'Arabie saoudite avait publié une déclaration similaire mercredi, appelant à la «reprise du dialogue entre les différentes forces politiques» au Soudan et espérant voir ce pays «surmonter rapidement les difficultés qu'il traverse». Le Soudan est secoué depuis décembre 2018 par un mouvement contestataire qui a entraîné la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril et la désignation d'un Conseil militaire de transition pour gérer les affaires du pays pour une durée déterminée, alors que des mouvements contestataires exigent le transfère du pouvoir aux civils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.