Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise financière réduit les budgets pour le cinéma et la télévision
Publié dans L'Expression le 24 - 07 - 2016

Alors que le cinéma est en train d'être représenté au festival d'Oran, le financement du cinéma et même de la télévision vont connaître dans les prochains mois voire des semaines, une grande crise. Une crise qui va sûrement atteindre les créateurs et des producteurs. En effet, selon certaines sources, le Fdatic voit son rôle gelé jusqu'à septembre et les productions qui seraient acceptées pourraient voir leur budget réduit. La commission du Fdatic, qui accorde des aides aux productions cinématographiques, n'a plus les moyens de financer les films. Le ministère des Finances a réduit encore une fois le budget consacré aux manifestations, au cinéma et notamment aux festivals. Le Festival du film arabe d'Oran est le premier à en prendre un sérieux coup. Son budget a été réduit de plus de trois fois, ce qui a conduit à réduire la liste des participants, mais aussi les moyens logistiques pour le bon déroulement de la manifestation. La même chose risque de toucher le festival d'Annaba, qui n'a pas le même financement qu'Oran. Mais le financement du cinéma le plus important pourrait concerner les films long métrage. Plusieurs films sont en projets: le film de Ben Badis, mais aussi le prochain film de Bouchareb qui a réussi à avoir le quitus du ministère de la Culture. La crise financière qui touche le pays, ne se réduit pas seulement au département de la culture, le monde de l'audiovisuel est également concerné. A l'Entv, une nouvelle clause a été incluse dans les derniers contrats des productions réservées au Ramadhan. Cette clause stipule que si la production n'a pas atteint ses objectifs de qualité, artistique et surtout d'audience, les deux dernières tranches du contrat pourraient être revues à la baisse. Une bonne décision que la direction de la production de l'Entv, qui a été imposée ainsi pour le contrôle de qualité des productions. Une décision qui a été prise pour réduire notamment les dépenses de la télévision publique connue pour être une entreprise budgétivore et surtout améliorer la qualité de ses productions exécutives. Cette décision va permettre de nettoyer le monde de l'audiovisuel et du cinéma des intrus et des opportunistes qui ont longtemps profité du manque de contrôle dans le monde du cinéma et de la télévision. Une situation qui va sûrement influer sur le niveau des productions cinématographiques et audiovisuelles qui seront produites sans moyens financiers adéquats. La télévision publique a déjà lancé sa politique de financement du film grâce au financement externe. Une politique que compte suivre le ministère de la Culture pour ce qui est des festivals mais qui pourrait arriver en cas de chute progressive du prix du baril de pétrole à opter pour le sponsoring des films, comme le font actuellement l'Espagne et la Grèce.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.