Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Coopération Algéro-Chinoise : Le domaine de la santé appelé à être renforcé    Déficit de la SDC (filiale sonelgaz) : Plus de 48 milliards de dinars prévus cette année    Amendements proposés dans le cadre du PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN élabore son rapport complémentaire    Canal+ remonte en France et cache ses chiffres en Afrique    Quel avenir pour le développement local?    Comment le gouvernement a déminé le terrain    Dans le cadre d'une visite de travail en Russie : Bachar el-Assad rencontre Vladimir Poutine    L'Iran déclare la "victoire" sur l'EI    Une démission en douceur    Une commission pour accompagner les cinq pays africains qualifiés    Abid-Charef participera à un séminaire FIFA à Abu Dhabi    "Le rugby en Algérie est définitivement lancé"    Transferts en Europe : Hoffenheim prêt à discuter avec le Bayern pour Sandro Wagner    Elections locales: la Protection civile se mobilise    Le Congrès de néphrologie les 25 et 26 novembre à Alger    Un Algérien ayant piraté 1 700 comptes Facebook arrêté    Djamel Allam, un parcours, un talent    Effondrement des escaliers d'un immeuble construit en....1989    L'étrange visiteur de la planète Terre!    Les partis politiques sont tenus au silence    Avec le retour de l'Autorité palestinienne, les Palestiniens espèrent sortir de la misère    20% de créances impayées recouvrées durant les trois derniers mois    Une adresse électronique pour signaler les atteintes aux droits de l'enfant    Zimbabwe: vers un dénouement définitif de la crise politique après la démission de Mugabe    UNE VILLE, UNE HISTOIRE : Ouled Djellal, la ville de la brebis et du palmier    PHENOMENE ‘'HARRAGA'' ET LA RESPONSABILITE DES EMIGRES ! : Une loi s'impose pour un change obligatoire    UEFA Champions League - 5e journée / Dortmund, Napoli, Atlético : par ici la sortie    Chantiers AADL : Cibler les causes des retards    Festival du théâtre de Jordanie : «Carte postale» applaudie par un public nombreux    Mobilisation en soutien à Al Fadjr    Carnegie: l'Algérie «modèle de référence»    Les déboires de Hariri en Arabie saoudite    «Nous sommes prêts pour les élections de jeudi»    Zetchi motive les troupes de Charef    Oran: Six blessés dans une explosion de gaz    Selon un rapport de l'OCDE: Les étudiants algériens en France lésés    Gouvernement, présidentielle et polémiques: La sortie de Ksentini brouille les cartes    Boumerdès: Les élections sous haute surveillance    Bordj Ménaïel - Trafic de stupéfiants : un réseau démantelé    Constantine - Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue: 9 individus neutralisés, 1,5 kg de kif et 3 véhicules saisis    L'Algérie avec dix représentants en Egypte    Championnat arabe jeunes en Natation : L'Algérien Ardjoun décroche sa 2ème médaille d'or    "Les terroristes n'ont aucune autre issue"    L'artiste-peintre Choukri Mesli inhumé dans sa ville natale, Tlemcen    Sénégal : Face au changement climatique, des territoires insulaires s'unissent    Ministère de la Communication-HCA : Veiller à ce que la langue arabe soit "indemne d'incorrections"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RND : le fleuve tranquille
TIRAILLEMENTS AU GOUVERNEMENT, CRISE FINANCIÈRE ET PREPARATIFS POUR LES LOCALES
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2017


Ahmed Ouyahia
«On a fait de nos entrepreneurs des souffre-douleurs. Arrêtons les dégâts! Appliquons-leur la loi, toute la loi, rien que la loi!», rétorque Seddik Chihab.
Alors que la poussière venait à peine de retomber sur l'arène des législatives, Ouyahia ramasse son glaive et réajuste sa cuirasse. Il est prêt pour la seconde manche du combat. De sources proches de la direction du RND on a appris que le secrétaire général du parti rééditera le même «coup» que celui des législatives. En sa qualité de directeur de cabinet de la présidence de la République, il «désertera» pour un temps son bureau à El Mouradia et descendra sur le terrain habillé en costume de chef de parti, pour animer des meeting, durant les prochaines locales. «Il ciblera des régions bien précises pour rafler le maximum de sièges» indiquent les mêmes sources. Ouyahia a effectué un remarquable travail de terrain durant plusieurs mois avant les législatives du 4 mai dernier. Le résultat ne s'est pas fait attendre: son parti a été le grand gagnant de cette élection passant de 70 sièges en 2012 à 100 sièges en 2017. En mathématiques, cela s'appelle une progression sur une courbe ascendante. Par le verdict sans appel des urnes, il a acquis sa place de force politique incontournable du pays, Ouyahia se contentera-t-il de merles maintenant qu'il a goûté à la chair des grives? Les prochaines élections locales seront un vrai baromètre du poids politique de chaque formation, pour ainsi dire, ce rendez-vous terminera la nouvelle carte politique esquissée lors des législatives. «Nous sommes en phase finale dans les préparatifs pour les locales», confie Seddik Chihab, cheville ouvrière du RND. Et quelles sont les recommandations, les critères, les conditions posées aux structures locales pour le choix des candidatures? Perplexe, Chihab finit par lâcher «mais aucune!». «Le conseil national a pris une résolution qui a confié la confection des listes aux structures locales du parti. C'est le bureau communal qui confectionne les listes et c'est au conseil communal d'avaliser après un vote à la majorité. Point barre», tranche-t-il avec assurance. C'est une démarche organique prise par le conseil national qui semble avoir donné ses fruits et cela sur plusieurs aspects. « Cela nous évite tous les tiraillements, les marchandages et surtout le zaïmisme. La seule recommandation est celle de la loi qui exige 30% de femmes dans les listes. Pour notre part au conseil national, nous insistons à ce que 20% des listes soient des jeunes». Il y a une réelle sérénité qui s'est installée au sein de ce parti. Dans ce fleuve tranquille, il y a un travail de restructuration en profondeur, qui s'effectue depuis ce deux dernières années. Une grande part de ce travail est réservée à l'action pédagogique. «Nous voulons construire un parti. Cette construction passe par la démocratisation et surtout une autonomisation des structures», assure Chihab qui avoue que son parti garde un oeil attentif sur la scène politique et les tiraillements qui marquent l'actuel gouvernement. Où se situe le RND? N'adhère-t-il pas à la démarche de l'Exécutif? «Au RND nous ne rapportons pas les choses aux personnes, la crise politique ne nous fait pas peur. Ce que nous redoutons en revanche, c'est cet état d'esprit imprimé aux populations et qui rend les choses exécrables.» Et cette idée de séparer l'argent de la politique, cette campagne contre les patrons? «Nous ne croyons pas à ce faux slogan. On fait de nos entrepreneurs des souffre-douleurs. Arrêtons les dégâts! Appliquons- leur la loi, toute la loi, rien que la loi!», rétorque Chihab du tac au tac ajoutant que «notre pays a plutôt besoin de bon sens, de perspicacité et de clairvoyance. Nos problèmes ont plutôt besoin d'intelligence et de solidarité et non de faux slogans et de faux courage». La messe est dite. La gifle que venait de recevoir le Premier ministre est si sonore qu'elle retentit dans toute l'Algérie et qu'il a encore la joue rouge même après son séjour parisien. Au RND on croit que le moment est venu, sans dramatiser, de tenir sans fard le langage de vérité aux Algériens. Il y a un brusque changement d'humeur au sein de la majorité. Finalement, Tebboune a été le plus grand diviseur commun de ce bloc monolithique communément appelé le système.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.