AC Milan: un futur rôle au club pour Kaká ?    AS Monaco - Jardim: «Ghezzal et Diakhaby n'ont pas apporté un plus face à Leipzing»    Palestine - USA : Les lignes de communication coupées ?    La réponse de Buffon à Rakitic    Violences sur enfants - Bilan des 9 premiers mois de 2017 : Plus de 4 000 cas enregistrés !    Blida : Les roses et les gourbis    Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates    Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    Opérette «Maâlim» : Sur les traces des héros de la Révolution algérienne    LFP – Sanctions : Huis clos pour l'US Biskra    En bref...    Equipe Nationale : Le programme des matchs amicaux sera arrêté après le 1er décembre    NATIONALISTE, MILITANT ENGAGE, ABDELKADER HACHANI Un seigneur de la politique    Après 37 ans de règne : Mugabe lâche le pouvoir    Le syndrome de l'abstention    Rassemblement samedi à Alger    Etudes en post-graduation : Près de 16 000 diplômés des ENS recrutés depuis 2014    «On a mis en place plusieurs mécanismes pour permettre à l'élève de mieux réagir»    Un monopole qui n'a que trop duré    Ils vous accompagnent...    The Mountain between us en ouverture    Théâtre régional d'oran : Houari Benchenet dévoile au public son tout dernier titre en hommage à Blaoui El Houari    SOIT DIT EN PASSANT    Ligue des champions d’Europe (phase de poules, 5e journée)    Gendarmerie nationale    Tendances    Promotion du cinéma    Entretien à New York entre Horst Kohler et une délégation du Front Polisario    Niger : 34 morts dans une bagarre entre agriculteurs et éleveurs    Inde: un journaliste tué par balle    La stratégie d'innovation sera prête début 2018    La campagne reprend le 21 décembre    «Les cycles» ou l'ode à l'ésotérisme    Algérie : Les vidéos anti-élections se multiplient    Crise du Golfe: Bouteflika écrit au roi d'Arabie Saoudite    Mostaganem: 22 harraga, dont des femmes et des enfants, interceptés    Orchestration de la tension au Moyen Orient    L'élite doit s'enraciner dans la douleur de la société    Sonelgaz somme ses clients de payer leurs dettes    Le rapport controversé de la commission des finances    La médecine traditionnelle chinoise revient    "Je suis pessimiste pour Madjer avec l'Algérie"    Programme de 8 millions de logements : Impératif de prendre en considération la qualité du cadre de vie    Et Poutine félicite Bachar al Assad    AADL : Des opérations administratives "à distance" à partir de 2018    Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Promotion du tourisme : Priorité de dynamiser le programme national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc en ébullition
APRÈS L'AGRESSION SEXUELLE COLLECTIVE D'UNE JEUNE FEMME DANS UN BUS
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2017

Même si la détresse des populations et la violence de leurs actes ne sont pas dissuasives pour les amateurs européens de sensations fortes, au pays des senteurs orientales que galvanise le «hakik», l'événement résume à lui seul la situation qui prévaut à Casablanca.
Le Maroc, terre bénie des touristes occidentaux et français en particulier pour son hospitalité capable de relever tous les défis et satisfaire tous les appétits, est en émoi depuis dimanche soir, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo «insoutenable» montrant l'agression d'une jeune femme, qualifiée d'attardée mentale, par un groupe de jeunes voyous.
Malmenée, déshabillée de force, palpée et carrément traquée dans un autobus qui continuait tranquillement son périple sans qu'aucun des voyageurs ne daigne, ou n'ose, intervenir pour tenter de mettre fin à l'agression, la jeune femme a ainsi vécu le calvaire à l'identique que celui subi par une autre jeune fille dans les rues de Tanger, au début du mois d'août. C'est la diffusion des images sur les réseaux sociaux qui déclenche à chaque fois la fureur des Marocains poussant alors médias et officiels à manifester «promptement» leur indignation. Comme à Tanger, les enragés de Casablanca ont vite fait d'être interpellés par les services de sécurité instruits par l'autorité compétente. Il n'empêche, à chaque fois, les images de telles violences gratuites et à la limite de l'obscénité seront là qui témoignent de façon éloquente de la dure condition des femmes marocaines, objets impuissants de toutes les dérives et de tous les abus. Les pleurs et les appels au secours de la pauvre jeune femme de Casa qui n'ont eu pour écho que les ricanements de ses bourreaux, eux-mêmes victimes d'un système où les hommes et les femmes sont, dès leur plus jeune age, taillables et corvéables à merci resteront longtemps gravés dans les mémoires. Même si la détresse des populations et la violence de leurs actes ne sont pas dissuasives pour les amateurs européens de sensations fortes, au pays des senteurs orientales que galvanise le «hakik», l'événement intervenu vendredi dernier dans un autobus de la société de transport Medina Bus suivi de l'arrestation de quatre des six auteurs d'un viol collectif résume à lui seul la situation qui prévaut à Casablanca, métropole économique du royaume. Il est de bon goût que la presse locale tire la sonnette d'alarme, criant au scandale et réclamant à juste titre une riposte sévère au phénomène du harcèlement des jeunes femmes dans l'espace public. Mais le gouvernement marocain a d'autres chats à fouetter, notamment dans les territoires occupés du Sahara occidental et dans le Rif en effervescence et là, les images sont plutôt rares.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.