MCA -USMA J-4 : Bendebka «Pour ne pas décevoir les Chnaoua, toute défaite est interdite contre l'USMA»    MCA -USMA J-4 : Casoni «J'ai une idée précise sur l'équipe de l'USMA, mais... »    Zimbabwe : le nouveau président appelle à éviter la vengeance    Migrants en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauraient tarder"    La Russie va réduire sa présence militaire en Syrie    Elections locales: 16 cas de saisine soumises à la justice    Le pétrole en ordre dispersé en Asie    Méditerranée: 1.500 migrants secourus en 3 jours    Algérie : DZ Joker bombarde la chaine TV Ennahar dans une nouvelle vidéo    Bedoui annonce la prorogation du scrutin jusqu'à 20h00 dans 44 wilayas    Mnangagwa attendu au Zimbabwe pour lui succéder    Le Parlement de Tobrouk donne son quitus    Un nouveau projet de loi adopté par le Conseil des ministres    Des téléphones mobiles LG produits en Algérie    "Je ne pouvais pas dire non !"    Séminaire d'arbitres d'élite ce samedi à Sidi-Moussa    Zetchi : "C'est un petit dérapage"    2 600 agents de police mobilisés    Une nouvelle campagne de vaccination du "RR" du 26 décembre au 2 janvier    L'opération d'indemnisation lancée    Bouteflika s'implique    Saïd Boukhari n'est plus    Sur les traces des héros de la Révolution algérienne à El-Eulma    Sahara Occidental: la Namibie déplore la teneur du discours du Souverain marocain qui "mine tous les efforts d'une solution pacifique" (MAE)    Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites    Locales 2017: affluence appréciable des électeurs à Alger-Centre durant la matinée    Sahara Occidental: le Conseil de sécurité exprime son soutien aux efforts de Kohler    Un déficit fiscal de 4 milliards de dollars    Vers une nouvelle tendance baissière ?    Graves révélations du syndicat des techniciens de la maintenance    Effondrement d'un immeuble en plein centre-ville    L'Etat veut renforcer la protection des consommateurs    Un mandat dans un contexte de crise    Elections locales : Les gens outrés par l'affichage anarchique    Brèves....    Les Bourses européennes en ordre dispersé en l'absence de Wall Street    Tlemcen - Protection de l'enfant : tous concernés    Rendez-vous de la paix pour la Syrie à Sotchi    «Une étape historique dans la coopération éducative franco-algérienne»: Inauguration officielle de l'école française à Oran le 3 décembre    Il a été effectué hier    La cartographie politique confortée    "Je ne peux pas promettre le titre pour plaire aux fans"    Algérie-Afrique du Sud (messieurs) et Algérie-Kenya (dames)    Le ministère de l'Education annonce le calendrier    Une pièce retraçant les souffrances des Algériens lors de la Guerre de libération    400 chiites arrêtés en une semaine    Le Miptv et Canneseries au secours de l'audiovisuel    Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Myanmar mis en accusation
CRISE DES ROHINGYAS
Publié dans L'Expression le 21 - 10 - 2017

Le Myanmar a échoué à protéger la communauté musulmane des Rohingyas comme elle en avait le devoir au regard du droit international, ont affirmé deux hauts responsables de l'ONU en demandant une enquête internationale sur de possibles génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. «En dépit des mises en garde faites par nous et par d'autres nombreux responsables, le gouvernement birman a échoué à assumer ses obligations selon le droit international et à exercer sa première responsabilité de protéger la population Rohingya contre des atrocités», affirment dans un communiqué Adama Dieng, responsable de la Prévention des génocides et Ivan Simonovic, conseiller spécial sur la Responsabilité de protéger.
Par le terme «d'atrocités», précise leur communiqué conjoint, les deux responsables se référent aux trois crimes sanctionnés par le droit international: le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. «De la même manière, la communauté internationale a échoué dans ses responsabilités» sur le même sujet, précisent MM. Dieng et Simonovic. Les deux responsables «appellent le gouvernement birman à prendre des mesures immédiates pour arrêter les atrocités présumées avoir été commises dans l'Etat Rakhine», dans l'ouest du Myanmar, précise leur communiqué. Ils lui demandent «de permettre une mission d'enquête internationale et indépendante du Conseil des droits de l'Homme dans l'Etat Rakhine afin de vérifier les faits», selon la même source. «Une fois encore, notre échec à arrêter ces atrocités fait de nous des complices. Quand pourrons-nous vivre avec notre promesse du +plus jamais+?», demandent aussi MM. Dieng et Simonovic en réclamant que les auteurs des crimes soient traduits en justice «quel que soit leur statut».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.