Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Le baril bombe le torse    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    CAF: Le match Algérie-Côte d'Ivoire maintenu à Japoma    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Covid-19: La question de la vaccination des enfants bientôt tranchée    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Pépé s'attend à un gros duel    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    Inadmissible!    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Onze morts dans des raids au Yémen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    Des critiques aux reproches    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    CAN-2021 / Côte d'Ivoire - Algérie (J-2) : concentration maximale chez les Verts    APN: présentation du projet de loi portant règlement budgétaire de l'exercice 2019    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Le statu quo !    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    A l'écoute de la CAN    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    Tu recevras autant que tu as...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Farida Sellal raconte sa vie dans Nomade
22ÈME SALON INTERNATIONAL DU LIVRE D'ALGER : STAND DE CASBAH EDITIONS
Publié dans L'Expression le 04 - 11 - 2017

L'écrivaine Farida Sellal, et épouse de l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal a choisi la date symbolique du 1er novembre pour dédicacer son tout nouveau livre Nomade, paru aux éditions Casbah.
Le stand de cet éditeur, sis au Pavillon central de la Safex, a été pris d'assaut par des lecteurs dont une partiea déjà lu Farès, le très émouvant premier livre de Farida Sellal. Un livre poignant qui raconte la douleur d'une mère voyant son fils entre la vie et la mort. Le premier livre de Farida Sellal a été donc une thérapie suite à une épreuve amère, rappelle Farida Sellal qui dit que dans les deux livres Farès (également disponible au stand Casbah) et Nomade, tout ce qu'elle raconte et décrit relève de sa propre vie et de celle de sa famille et de son entourage: les citoyens avec lesquels elle a partagé la vie quotidienne et ses difficultés. Avant de nous parler de son tout nouveau livre Nomade, Farida Sellal revisite brièvement Farès. Farès est son fils. Il a été victime d'un accident domestique. «Quand mon fils Farès a été brûlé grièvement, tous les médecins sans exception m'ont dit qu'il allait mourir et qu'il n'y avait plus aucun espoir pour qu'il renoue avec la vie. Farès est resté pendant dix journées au service de réanimation. Pendant ces longues journées, je n'ai pas cessé de prier Dieu, dans toutes les langues: en kabyle, en arabe, en français...Je ne voulais pas croire qu'il allait mourir. J'ai donc prié. Je ne mangeais pas et je ne dormais pas. Puis, au bout de ces dix jours éprouvants, les médecins sont venus me dire: c'est un miracle, les cellules ont régénéré!», raconte Farida Sellal. Cette dernière revient sur les étapes de cette épreuve dont elle se souvient comme si cela datait d'hier. L'histoire de Farès rappelle celle racontée dans le livre célèbre Revenue guérie de l'au-delà de Anita Moorjani. Après le «retour» du fils aimé, Farida Sellal s'est retirée momentanément de la vie active pour s'occuper de son enfant durant cinq années, précise notre interlocutrice. Derrière donc ce sourire qui ne la quitte jamais, Farida Sellal a dû faire face à une immense épreuve. Mais s'il s'agit de la plus douloureuse, l'épisode de Farès n'est pas le seul dans sa tumultueuse vie. D'autres moments plus ou moins difficiles ont été vécus par cette femme kabyle, qui sait parfaitement faire une symbiose parfaite entre tradition et modernité. Ces épreuves et autres étapes de la longue vie de Farida Sellal, toujours en compagnie de son mari Abdelmalek, sont racontées dans le deuxième livre: Nomade, fraîchement sorti aux éditions Casbah. Dans ce deuxième ouvrage, il s'agit même parfois d'aventure ou plutôt de mésaventure car Farida Sellal s'est égarée une fois toute seule dans le désert pendant pas moins de quarante-huit heures, suite à une tempête de sable. Elle narre cette page et tant d'autres dans un livre fait de déplacements permanents dans les quatre coins d'Algérie. «Ce n'est pas une autobiographie», avertit Farida Sellal. Mais c'est l'histoire de ma vie et de ma famille ainsi que de tous ceux avec qui j'ai partagé la vie de tous les jours», souligne notre interlocutrice. «Dans ce nouveau livre, je raconte tout simplement ma vie nomade», souligne Farida Sellal. Une vie au cours de laquelle elle n'a pas cessé d'accompagner son mari dans ses «pérégrinations» professionnelles. «J'y raconte les instants les plus cardinaux de cette vie à deux avec tous les écueils qui n'ont pas cessé d'y surgir au cours de ce parcours atypique», précise encore Farida Sellal. L'un de ces instants cardinaux a été bien sûr le jour de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf. Ce jour-là, on devine aisément le choc et la douleur que pouvait ressentir Farida Sellal. Sur place, elle accouche d'un long poème qu'on retrouve repris dans le livre Nomade. On le lit et on revoit toutes les images ayant prévalu en cette journée funeste et durant toute la période ayant suivi. Pour résumer, Farida Sellal nous explique qu'en réalité chaque chapitre de son livre pourrait être, à lui-seul, un livre à part tant l'ouvrage foisonne en événements aussi importants les uns que les autres. Une question pour terminer: pourquoi Farida Sellal écrit-elle? Cette dernière, docteur d'Etat en Sciences des matériaux répond: «J'écris pour m'affirmer.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.