Audin, Macron, l'Histoire : Le geste amputé    Aucune place pour la "chakara" !    "L'enfer est pavé de bonnes intentions"    Un IT Job Day pour les métiers du numérique    Une application 100 % algérienn    Idlib, l'ultime bataille    Haftar semblevouloirenterrerla hache de guerre    Les Rouge et Noir face à leur destin    Le Cnes veut un retour en force    Deux individus arrêtés    Une centaine de harraga nterceptée    Le RCD multiplie les critiques contre le pouvoir    Un salon du patrimoine culturel immatériel en hommage à la femme algérienne    Gaid Salah à Béchar: «Œuvrer sans relâche pour défendre l'Algérie»    Pôles universitaire de Tizi-Ouzou: «Plusieurs infrastructures sont à l'arrêt»    Refuge de SDF, de toxicomanes et de prostituées: La face cachée du CHU Mustapha    L'Opep agira à Alger avec réalisme    Mise en œuvre de l'Accord: L'engagement d'IBK    Adrar: Découverte d'une cache d'armes    Le CSA/MCA tire la sonnette d'alarme    Le Bénin en stage en France    Le péage ne concernera que l'autoroute Est-Ouest    La nouvelle aérogare    Attaque contre un défilé militaire en Iran : Au moins 29 personnes tuées    Aucune mesure n'a été prise pour mettre fin aux activités de colonisation en Palestine    Libye : Le gouvernement reconnu appelle les nations unies à agir    Curage des réseaux d'assainissement et des cours d'eau, la semaine prochaine    20 candidats à l'émigration clandestine arrêtés au large de Bouzedjar    Tout est prêt pour accueillir 400.000 apprenants    Bernard Bajolet, un Daesh sans kamis    L'ASO Chlef reprend le leadership    Tébessa : Le documentaire La grande bataille d'El Djorf bientôt projeté    Identification de deux terroristes éliminés à Skikda    Zetchi menace l'USMBA de «sévères sanctions»    El-Hennani reprend la présidence du club    Les Rouge et Noir se rassurent avant Al-Masry    Le RCD accuse le MSP de «recul» et de «diversion»    Syphax en médiateur entre Carthage et Rome    Snob : petit mot, grands maux    Lutte antiterroriste en Algérie: Le satisfecit de Washington    Le RCD réaffirme sa position    Le MCA en péril à Oran    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Daesh en Libye dans le viseur russe
Publié dans L'Expression le 16 - 12 - 2017


Poursuites. Poutine «super star». 1700 journalistes ont assisté à la méga conférence de presse annuelle du président russe tenue, jeudi dernier, à Moscou. Plus de 3 heures de questions-réponses. Toutes les affaires du monde et de Russie y sont passées. Ou presque car il manquait juste la crise libyenne. Pourtant, deux jours auparavant, son ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, avait annoncé que «La Russie fera tout ce qu'il faut pour une normalisation complète de la situation en Libye». La veille de cette annonce, le président russe, Vladimir Poutine, a, au cours d'une visite surprise sur la base aérienne de Hmeiinin en Syrie, ordonné le retrait de ses troupes de Syrie. Il considère en avoir fini avec Daesh dans ce pays. La suite relève d'une solution politique entre les Syriens eux-mêmes. Quitte à les aider pour ce faire. C'est de la haute stratégie. Tant sur le plan intérieur en rassurant les Russes qui auraient pu s'inquiéter sur les risques d'enlisement de leur armée lors des opérations à l'extérieur. Le retour des soldats russes dans leur pays est également un point positif à l'approche de l'élection présidentielle prévue le 18 mars prochain. Sachant que Poutine a déclaré être candidat à cette élection. Sur le plan international, les retombées de ce retrait ne sont pas, non plus, négligeables. Confinées à la lutte contre le terrorisme, les interventions militaires russes à l'étranger excluent toute suspicion d'hégémonisme. Au contraire, elles participent à la stabilité des pays et des peuples en proie à de graves dangers comme c'était le cas pour la Syrie. Pour preuve, la Libye a aussitôt envoyé à Moscou son ministre des Affaires étrangères, Mohammed Taha Siala. L'annonce de Lavrov, citée plus haut, a été faite au cours de cette visite. En toute probabilité, l'aide demandée aux Russes par les Libyens va suivre un déroulement contraire à ce qu'il a été en Syrie. Si dans ce dernier pays l'intervention russe a commencé par des opérations militaires avant de se poursuivre sur le terrain politique, en Libye ce sera carrément l'inverse. «Nous allons coopérer en faveur de la résolution de toutes les questions aux pourparlers entre Tobrouk et Tripoli, avec qui nous avons des contacts réguliers» a ajouté, mardi dernier Sergueï Lavrov. Une médiation qui se poursuivra jusqu'à l'élection présidentielle de mars prochain. Ce qui est parfaitement logique. Ce n'est qu'après cette étape que la puissance de feu sera lancée contre Daesh en Libye. Un plan qui n'a pas échappé aux terroristes de Daesh qui après leur défaite en Syrie se replient en Irak. C'est Poutine qui, informé par ses services, l'a révélé, jeudi dernier, lors de sa conférence de presse. Dès lors, l'éradication de Daesh en Libye deviendra moins ardue qu'elle ne l'a été en Syrie. Sauf si l'information donnée par Poutine est d'ordre tactique. Dans tous les cas de figure, Moscou est en mesure d'infliger à Daesh en Libye le même sort qu'en Syrie. C'est juste une question de calendrier!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.