« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Daesh en Libye dans le viseur russe
Publié dans L'Expression le 16 - 12 - 2017


Poursuites. Poutine «super star». 1700 journalistes ont assisté à la méga conférence de presse annuelle du président russe tenue, jeudi dernier, à Moscou. Plus de 3 heures de questions-réponses. Toutes les affaires du monde et de Russie y sont passées. Ou presque car il manquait juste la crise libyenne. Pourtant, deux jours auparavant, son ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, avait annoncé que «La Russie fera tout ce qu'il faut pour une normalisation complète de la situation en Libye». La veille de cette annonce, le président russe, Vladimir Poutine, a, au cours d'une visite surprise sur la base aérienne de Hmeiinin en Syrie, ordonné le retrait de ses troupes de Syrie. Il considère en avoir fini avec Daesh dans ce pays. La suite relève d'une solution politique entre les Syriens eux-mêmes. Quitte à les aider pour ce faire. C'est de la haute stratégie. Tant sur le plan intérieur en rassurant les Russes qui auraient pu s'inquiéter sur les risques d'enlisement de leur armée lors des opérations à l'extérieur. Le retour des soldats russes dans leur pays est également un point positif à l'approche de l'élection présidentielle prévue le 18 mars prochain. Sachant que Poutine a déclaré être candidat à cette élection. Sur le plan international, les retombées de ce retrait ne sont pas, non plus, négligeables. Confinées à la lutte contre le terrorisme, les interventions militaires russes à l'étranger excluent toute suspicion d'hégémonisme. Au contraire, elles participent à la stabilité des pays et des peuples en proie à de graves dangers comme c'était le cas pour la Syrie. Pour preuve, la Libye a aussitôt envoyé à Moscou son ministre des Affaires étrangères, Mohammed Taha Siala. L'annonce de Lavrov, citée plus haut, a été faite au cours de cette visite. En toute probabilité, l'aide demandée aux Russes par les Libyens va suivre un déroulement contraire à ce qu'il a été en Syrie. Si dans ce dernier pays l'intervention russe a commencé par des opérations militaires avant de se poursuivre sur le terrain politique, en Libye ce sera carrément l'inverse. «Nous allons coopérer en faveur de la résolution de toutes les questions aux pourparlers entre Tobrouk et Tripoli, avec qui nous avons des contacts réguliers» a ajouté, mardi dernier Sergueï Lavrov. Une médiation qui se poursuivra jusqu'à l'élection présidentielle de mars prochain. Ce qui est parfaitement logique. Ce n'est qu'après cette étape que la puissance de feu sera lancée contre Daesh en Libye. Un plan qui n'a pas échappé aux terroristes de Daesh qui après leur défaite en Syrie se replient en Irak. C'est Poutine qui, informé par ses services, l'a révélé, jeudi dernier, lors de sa conférence de presse. Dès lors, l'éradication de Daesh en Libye deviendra moins ardue qu'elle ne l'a été en Syrie. Sauf si l'information donnée par Poutine est d'ordre tactique. Dans tous les cas de figure, Moscou est en mesure d'infliger à Daesh en Libye le même sort qu'en Syrie. C'est juste une question de calendrier!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.