Arsenal : Wenger regrette le départ de Walcott    PSG : Neymar, Ménès et la "presse de m..."    Manchester United: Mourinho ne lâche pas Fellaini    Energies renouvelables: Selon Boutarfa, les projets de grande taille permettent de réduire les coûts    "Bouteflika a recadré Ouyahia sur les privatisations et contrôlera aussi le PPP" (source proche de la Présidence)    Plus de 400 000 placements prévus pour 2018    Les banques appelées à redoubler d'effort    Le nouveau coup de pouce de Washington à Tel-Aviv    Le message ferme de Pékin à Taipei    Le FFS exige l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires    «L'Etat ne s'est jamais désengagé des collectivités locales»    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    Des structures dans l'œil du cyclone    Abdeslam Benmeghsoula «C'est une victoire encourageante»    Brèves...    Béjaïa : La grève du Cnapeste inquiète les parents d'élèves    Plus de 40% des foyers ne sont pas alimentés en gaz    Une diva à Alger    LIBYE    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    REVENDICATIONS DES RÉSIDENTS EN SCIENCES MÉDICALES    Ã€ L’APPEL DU CNAPESTE    PALESTINE OCCUPÉE    Une réunion des APC et APW se tient aujourd'hui à Alger pour discuter de nouvelles sources de financement local    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Habitat précaire: Les promesses du ministre de l'Intérieur    La privatisation : ni une religion ni la thériaque !    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    Constructions illicites érigées sur des terres agricoles: Poursuite des démolitions dans les communes de la daïra d'Ain El Turck    Ligue 2: Le RCR et le CABBA en arbitres      Championnat d'afrique 2018 de judo : Benyakhlef estime obtenir des résultats positifs à Tunis    «Ghoulam mérite amplement cette distinction»    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Les cotations du 17 janvier    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Catalogne : Le bras de fer pour l'investiture de Puigdemont commence    5.000 enfants tués ou blessés depuis le début du conflit    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Les étudiants des ENS ne décolèrent pas    Mostaganem : Le compostage pour valoriser les déchets domestiques    Guterres appelle à son renforcement    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    Centre des arts et des expositions de Tlemcen    Mohamed Aissa fustige les ONG internationales    Exposition du photographe de Andres Aléjos à Oran, similitudes entre l'Algérie et le Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Daesh en Libye dans le viseur russe
Publié dans L'Expression le 16 - 12 - 2017


Poursuites. Poutine «super star». 1700 journalistes ont assisté à la méga conférence de presse annuelle du président russe tenue, jeudi dernier, à Moscou. Plus de 3 heures de questions-réponses. Toutes les affaires du monde et de Russie y sont passées. Ou presque car il manquait juste la crise libyenne. Pourtant, deux jours auparavant, son ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, avait annoncé que «La Russie fera tout ce qu'il faut pour une normalisation complète de la situation en Libye». La veille de cette annonce, le président russe, Vladimir Poutine, a, au cours d'une visite surprise sur la base aérienne de Hmeiinin en Syrie, ordonné le retrait de ses troupes de Syrie. Il considère en avoir fini avec Daesh dans ce pays. La suite relève d'une solution politique entre les Syriens eux-mêmes. Quitte à les aider pour ce faire. C'est de la haute stratégie. Tant sur le plan intérieur en rassurant les Russes qui auraient pu s'inquiéter sur les risques d'enlisement de leur armée lors des opérations à l'extérieur. Le retour des soldats russes dans leur pays est également un point positif à l'approche de l'élection présidentielle prévue le 18 mars prochain. Sachant que Poutine a déclaré être candidat à cette élection. Sur le plan international, les retombées de ce retrait ne sont pas, non plus, négligeables. Confinées à la lutte contre le terrorisme, les interventions militaires russes à l'étranger excluent toute suspicion d'hégémonisme. Au contraire, elles participent à la stabilité des pays et des peuples en proie à de graves dangers comme c'était le cas pour la Syrie. Pour preuve, la Libye a aussitôt envoyé à Moscou son ministre des Affaires étrangères, Mohammed Taha Siala. L'annonce de Lavrov, citée plus haut, a été faite au cours de cette visite. En toute probabilité, l'aide demandée aux Russes par les Libyens va suivre un déroulement contraire à ce qu'il a été en Syrie. Si dans ce dernier pays l'intervention russe a commencé par des opérations militaires avant de se poursuivre sur le terrain politique, en Libye ce sera carrément l'inverse. «Nous allons coopérer en faveur de la résolution de toutes les questions aux pourparlers entre Tobrouk et Tripoli, avec qui nous avons des contacts réguliers» a ajouté, mardi dernier Sergueï Lavrov. Une médiation qui se poursuivra jusqu'à l'élection présidentielle de mars prochain. Ce qui est parfaitement logique. Ce n'est qu'après cette étape que la puissance de feu sera lancée contre Daesh en Libye. Un plan qui n'a pas échappé aux terroristes de Daesh qui après leur défaite en Syrie se replient en Irak. C'est Poutine qui, informé par ses services, l'a révélé, jeudi dernier, lors de sa conférence de presse. Dès lors, l'éradication de Daesh en Libye deviendra moins ardue qu'elle ne l'a été en Syrie. Sauf si l'information donnée par Poutine est d'ordre tactique. Dans tous les cas de figure, Moscou est en mesure d'infliger à Daesh en Libye le même sort qu'en Syrie. C'est juste une question de calendrier!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.