14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe
Publié dans L'Expression le 19 - 07 - 2018

S' il y a un pays arabe qui est en train de prendre une place importante dans le paysage cinématographique mondial c'est bien la Jordanie. En effet, depuis la nomination de son film Deeb aux Oscars, le cinéma hachémite est en train de s'affirmer encore plus. Plusieurs actions ont été lancées pour lancer le cinéma jordanien et le faire connaître dans le monde. Parmi ces manifestations, la 24ème édition du Festival du cinéma franco-arabe qui s'est tenu du 24 juin au 1er juillet à Amman. 11 films venant du Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Palestine) et du Maghreb (Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie) ainsi que des films français ont été projetés. Les thèmes abordés cette année tournent autour des migrations, de la justice et de la liberté. Le festival est organisé par l'Institut français de Jordanie. Son directeur, Stéphane Delaporte, a insisté sur l'importance des thèmes abordés cette année. Il a aussi souligné que «ce festival incarne la force des relations bilatérales entre la France et le Monde arabe... Nous sommes fiers de présenter des films coproduits entre des pays arabes et la France».
En plus des projections gratuites de longs-métrages, une soirée spéciale courts-métrages a été organisée le 25 juin, des invités et réalisateurs ont animé des conférences et dispensé des masterclasses sur l'industrie du cinéma. Le cinéma jordanien encourage d'autres pays, comme la Syrie, à développer son cinéma. Le lundi 2 avril, Syrian Stories, une anthologie de 11 documentaires courts, ont été projetés au Rainbow Theatre de Amman. Cette projection vient de la collaboration entre le consulat britannique, l'institut de documentaires écossais et Bidayyat for Audiovisual, une association syrienne pour les réalisateurs syriens hors de Syrie. Le projet s'est construit autour de trois ateliers à Amman, Beyrouth et Istanbul, 35 réalisateurs syriens y ont participé. Une des jeunes réalisatrices ayant pris part à ce projet, Hiba Hmaidy, a souligné l'opportunité qu'elle avait eu pour recevoir des formations en Jordanie, qui lui ont permis de retranscrire à l'écran, avec Mohammad Labbad, la vie de son père, un militaire qui a déserté l'armée nationale. Pour le directeur de l'institut de documentaires écossais, Noe Mendelle, ce type de projet permet aux réalisateurs syriens de montrer au monde la situation dans leur pays. Les responsables de la culture en Jordanie encouragent la promotion du cinéma dans tous les espaces, mais dans les prisons. La commission cinématographique du Royaume, dirigé, par Nada Doumani et la direction de la sécurité publique, représentée par la direction des centres correctionnels et de réhabilitation, ont signé le mardi 13 février dernier un accord important visant à rendre le cinéma accessible aux prisonniers. Ce projet s'appelle «le cinéma pour tous». Des films pourront ainsi être projetés dans tous les centres pénitenciers du Royaume, à l'exception des deux centres d'Al Muwaqqar. Il entre dans une stratégie plus globale de réhabilitation des détenus. Le cinéma devient ici un outil de préparation à la réinsertion dans la société et d'aide à la limitation de l'impact psychologique du confinement. Depuis 2017, 26 projections de la commission cinématographique du Royaume ont déjà été présentées avec succès dans 15 centres différents mais ce nouvel accord va permettre de faciliter ce type d'événements, de faciliter l'accès aux droits des films et de fournir un équipement technique de qualité aux centres.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.