Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Sa gestion confiée à l'EPIC Ermeso: La mise en service du parking à étages de M'dina Djdida tarde à venir    Skikda: Grève au marché de gros de Salah Bouchaour    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Sovac: Des offres inédites pour le Salon AUTOWEST    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    NA Hussein Dey: Le Nasria dès aujourd'hui en Zambie    Division nationale amateur - Ouest: Une étape favorable aux poursuivants    El Tarf: Deux corps repêchés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Communion    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Ah'chem chouia !    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe
Publié dans L'Expression le 19 - 07 - 2018

S' il y a un pays arabe qui est en train de prendre une place importante dans le paysage cinématographique mondial c'est bien la Jordanie. En effet, depuis la nomination de son film Deeb aux Oscars, le cinéma hachémite est en train de s'affirmer encore plus. Plusieurs actions ont été lancées pour lancer le cinéma jordanien et le faire connaître dans le monde. Parmi ces manifestations, la 24ème édition du Festival du cinéma franco-arabe qui s'est tenu du 24 juin au 1er juillet à Amman. 11 films venant du Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Palestine) et du Maghreb (Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie) ainsi que des films français ont été projetés. Les thèmes abordés cette année tournent autour des migrations, de la justice et de la liberté. Le festival est organisé par l'Institut français de Jordanie. Son directeur, Stéphane Delaporte, a insisté sur l'importance des thèmes abordés cette année. Il a aussi souligné que «ce festival incarne la force des relations bilatérales entre la France et le Monde arabe... Nous sommes fiers de présenter des films coproduits entre des pays arabes et la France».
En plus des projections gratuites de longs-métrages, une soirée spéciale courts-métrages a été organisée le 25 juin, des invités et réalisateurs ont animé des conférences et dispensé des masterclasses sur l'industrie du cinéma. Le cinéma jordanien encourage d'autres pays, comme la Syrie, à développer son cinéma. Le lundi 2 avril, Syrian Stories, une anthologie de 11 documentaires courts, ont été projetés au Rainbow Theatre de Amman. Cette projection vient de la collaboration entre le consulat britannique, l'institut de documentaires écossais et Bidayyat for Audiovisual, une association syrienne pour les réalisateurs syriens hors de Syrie. Le projet s'est construit autour de trois ateliers à Amman, Beyrouth et Istanbul, 35 réalisateurs syriens y ont participé. Une des jeunes réalisatrices ayant pris part à ce projet, Hiba Hmaidy, a souligné l'opportunité qu'elle avait eu pour recevoir des formations en Jordanie, qui lui ont permis de retranscrire à l'écran, avec Mohammad Labbad, la vie de son père, un militaire qui a déserté l'armée nationale. Pour le directeur de l'institut de documentaires écossais, Noe Mendelle, ce type de projet permet aux réalisateurs syriens de montrer au monde la situation dans leur pays. Les responsables de la culture en Jordanie encouragent la promotion du cinéma dans tous les espaces, mais dans les prisons. La commission cinématographique du Royaume, dirigé, par Nada Doumani et la direction de la sécurité publique, représentée par la direction des centres correctionnels et de réhabilitation, ont signé le mardi 13 février dernier un accord important visant à rendre le cinéma accessible aux prisonniers. Ce projet s'appelle «le cinéma pour tous». Des films pourront ainsi être projetés dans tous les centres pénitenciers du Royaume, à l'exception des deux centres d'Al Muwaqqar. Il entre dans une stratégie plus globale de réhabilitation des détenus. Le cinéma devient ici un outil de préparation à la réinsertion dans la société et d'aide à la limitation de l'impact psychologique du confinement. Depuis 2017, 26 projections de la commission cinématographique du Royaume ont déjà été présentées avec succès dans 15 centres différents mais ce nouvel accord va permettre de faciliter ce type d'événements, de faciliter l'accès aux droits des films et de fournir un équipement technique de qualité aux centres.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.