Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nouba dans tous ses états
CONCERT DE NASSIMA CHABANE À IBN ZEYDOUN
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2018

C'est dans une quaâda des plus conviviales que la chanteuse de musique andalouse a animé son concert en faisant passer en revue les différents modes de la nouba.
Rentrée à 20h30, Nassima Chabane se met un peu à se déhancher comme dans un mariage avant de rejoindre son orchestre masculin. Elle entamera son récital par un moual avec Rana Jinek devant une salle remplie essentiellement de mélomanes de musique andalouse et de proches. «Vous vous êtes souvenu des temps anciens, des grands-parents hein?» demande-t-elle au public quand elle finit de jouer au mandole.
Nassima Chabane déclinera ainsi la première partie de la soirée en interprétant plusieurs morceaux dans différentes formes modales de la nouba. Abdelghani Mokhtari donnera le «la» à son beau violon, suivra Mokhtar Shoumane au ney et le reste de l'orchestre. Et c'est un moual qui ouvrira le bal. «Nous allons revisiter nos modes de la nouba issue de notre belle musique algérienne. Le programme sera constitué ainsi de Zarni el malih, Rachiq el ked, Ya kalbi kheli el hal...» des morceaux dira Nassima «choisis pour vous car vous les connaissez...» et de faire remarquer que la suite sera composée d'un insiraf zidane, tels Tweri mesrar mayahtamel kahra, et de clore avec un insiraf et un khlas zidane. «Et que ceux qui se souviennent des paroles n'hésitent pas à chanter avec nous» dira-t-elle à l'assistance tout sourire.
Une série d'inkilabate connus et très appréciés par le public. Ce dernier n'avait d'yeux que pour la chanteuse qui, comme à l'accoutumée, répondait à chaque remarque ou mot lancé par quelqu'un ici et là avec le bon mot qu'il faut. «Vous êtes bien inspiré n'est ce pas?» et de se plaindre un instant du climatiseur qui était effectivement diffusé un peu fort dans la salle d'autant que celle-ci n'était pas pleine. «Il n'est pas bon pour la voix» fait-elle savoir avant de relativiser et de louer cette belle quaâda qui rassemble les familles: «Je suis là pour vous car vous m'avez manqué. Je suis là pour perpétuer la tradition et pour transmettre car on transmet sur scène. Tous ces morceaux que je viens de jouer servent à se rappeler notre grand-mère, nos tantes, oncles et nos mariages d'antan, pour qu'on ne les oublie pas. Alors chantez avec moi.
C'est une thérapie de groupe. On sort en forme. En osmose en effet.! L'échange c'est important et même à moi-même ça me fait beaucoup de bien. La seconde partie sera consacrée à l'Aârek, un autre mode de musique andalouse et d'interpréter Baysali wel khater sareh. Et de passer à une autre partie musicale constituée de nouvelles compostions louant entre autres la ville d'Alger. Parmi ces morceaux on citera notamment un morceau qu'elle interprétera pour la première fois ce soir là sur les planches de la salle Ibn Zeydoun.
Il s'agit du titre Oumi, chanté pour la première fois par Ouarda El Dazairiya en France quand elle avait dix ans. «Je vais la chanter avec ma sensibilité propre et singulière de femme», dira Nassima. Et de poursuivre par Alger Alger composé par Lili Boniche, morceau auquel elle introduira au milieu quelques phrases de Slimane Azem. «C'est un grand poète poignant qui m'a vraiment touchée» confie-t-elle. Puis de chanter Bahdja mdinat el Djazair chantée la première fois par Meriem Abed. L'ambiance timide du début du concert se détend. Une jeune fille debout se met à danser et le public suit le tempo en applaudissant dans une atmosphère bon enfant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.