«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fuite des cerveaux touche...les pétroliers
Publié dans L'Expression le 18 - 08 - 2018


Pertes et profits. On s'en doutait, mais entendre la confirmation fait encore plus mal. Le P-DG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a dévoilé «l'hémorragie des ressources humaines» que vit la première entreprise du pays. «Au cours des huit dernières années, près de 16.000 cadres ont quitté la Sonatrach et le pays» a-t-il annoncé, mercredi dernier à partir de Annaba où il était en visite de travail. Ne voulant pas rester sur cette note négative, il tente de rassurer en ajoutant que «le moment était venu pour arrêter cette hémorragie...par des mesures et des dispositions devant assurer la stabilité de la ressource humaine et lui permettre de prendre des initiatives et de prouver sa compétence dans les domaines de la gestion et la prospection». Par sûr que les raisons profondes soient uniquement liées à l'exercice de leurs fonctions. D'autant que l'Algérie connaît ce problème de la fuite de ses cerveaux depuis des décennies. Plusieurs professions et secteurs sont ainsi touchés. Parmi les plus visibles figurent les médecins algériens qui ont quitté le pays pour s'installer notamment en France. On fait semblant d'être fier lorsqu'on apprend qu'une prestigieuse structure internationale est dirigée par un Algérien, mais la douleur est là. Elle est seulement retenue. 16.000 cadres sur un effectif total de 137.000 employés de Sonatrach, ce n'est tout de même pas négligeable. De plus, Ould Kaddour situe ces départs durant les huit dernières années. Et avant, combien étaient-ils? Combien étaient-ils dans les années 1970 qui ne revenaient pas une fois leurs études universitaires à l'étranger terminées? Les pays d'accueil ne s'en plaignent pas. Au contraire ils favorisent ce qu'ils appellent «l'émigration choisie». En d'autres termes, l'Algérie forme, à grands frais, des universitaires dans plusieurs disciplines et ce sont d'autres pays qui en profitent sans bourse délier. Quel esprit raisonnable, rationnel peut accepter un tel détournement? On le disait plus haut, Ould Kaddour pense que la solution du problème est d'ordre professionnel. C'est un point de vue. L'autre façon d'aborder le problème est de s'intéresser à la vie privée et sociale de ces candidats à l'exil. Tout le monde entend parler du climat des affaires en économie, mais personne n'aborde le climat social qui est déterminant dans l'épanouissement de l'être humain. Un climat social qui pèse même sur le développement de notre tourisme. L'Etat algérien ne devrait pas se suffire de points de vue fussent-ils ceux de sommités. Il est en capacité de lancer une enquête d'envergure qui indiquera la ou les solutions idoines pour «arrêter l'hémorragie». Pour garder nos pétroliers. Nos médecins. Nos ingénieurs. Nos informaticiens. Avant d'avoir toutes ces universités dans toutes les wilayas du pays, le gouvernement avait pensé enrayer la fuite des cerveaux en supprimant les bourses d'études à l'étranger. On constate aujourd'hui que la solution n'était pas durable. Il serait temps d'arrêter les lamentations et prendre le problème à bras-le-corps. Une bonne fois pour toutes!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.