Gaïd Salah appelle à une véritable mobilisation nationale    Bengrina s'en prend à l'opposition    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    Il y a tromperie sur la marchandise    La Palestine refuse toute médiation américaine    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Des partisans du président agressent des opposants    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    La 15e journée aura lieu le 18 décembre    Ce que prévoit le projet de révision des statuts de la FAF    Velud a testé les jeunes joueurs    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Mihoubi: la campagne électorale est "largement suivie"    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Se disputer avec soi-même    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Handball - Division Excellence: Belle opportunité pour l'ESA et le MCOT    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "gilets jaunes" encore dans la rue
UN MOIS DE MARS CRUCIAL POUR LEUR MOUVEMENT
Publié dans L'Expression le 03 - 03 - 2019

Le 16 mars coïncide avec la fin du Grand débat national lancé le 15 janvier par le chef de l'Etat français. Ce dernier, honni par les «gilets jaunes» qui scandent depuis des semaines «Macron démission!», a lancé une consultation nationale sans précédent.
Les «gilets jaunes», qui mènent une contestation sociale depuis mi-novembre en France, manifestaient de nouveau hier, début d'un «gros mois» de mobilisation pour marquer la fin du «Grand débat» lancé par le président Emmanuel Macron en réponse à leur mouvement. A Paris, plusieurs centaines de personnes réunies à l'Arc de Triomphe ont débuté à la mi-journée un parcours de 12 kilomètres, sous haute surveillance policière. Des manifestations sont prévues également en régions dans l'après-midi: à Marseille, Montpellier, Alès, Strasbourg, Nantes, et surtout Bordeaux et Toulouse où les contestations ont été les plus fortes au cours des semaines précédentes...Dans le Nord, les organisateurs ont appelé les «gilets jaunes» de la région et des pays voisins (Belgique, Angleterre, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne) à «converger» vers Lille. «La lutte est internationale», affirme le message de l'événement Facebook traduit en anglais et allemand. La foule à Paris était moindre que lors de précédents samedis, reconnaissaient plusieurs manifestants, qui placent tous leurs espoirs dans la mobilisation du 16 mars, présentée comme une journée clé. Le 16 mars coïncide avec la fin du Grand débat national lancé le 15 janvier par le chef de l'Etat français. Ce dernier, honni par les «gilets jaunes» qui scandent depuis des semaines «Macron démission!», a lancé une consultation nationale sans précédent, d'une durée de deux mois, pour tenter de répondre à leur colère en recueillant les doléances des Français. Ce débat, qui a suscité 10.000 réunions en France et plus d'un million de contributions sur internet, est qualifié de «mascarade» et de «campagne de communication» par de nombreux «gilets jaunes». «Le 16, ce sera très gros». «Le 16, ça va être décisif», renchérit Raymond, 55 ans, technicien de maintenance, venu de l'Oise, en région parisienne, comme tous les samedis depuis le 17 novembre. Alors qu'Emmanuel Macron a estimé vendredi que ce mouvement n'était «plus compréhensible par bon nombre de citoyens», Catherine, retraitée, juge qu'il ne perd pas de son ampleur. Beaucoup de Français «sont gilets jaunes dans l'âme'', pas besoin d'être présents physiquement», assène-t-elle. Partie d'un ras-le-bol contre la hausse des taxes et pour davantage de pouvoir d'achat, la fronde s'est étendue à des revendications hétéroclites. Le 17 novembre, ils étaient 282.000 dans la rue pour le premier acte de ce mouvement né sur les réseaux sociaux. Samedi dernier, ils étaient 46.600 dont 5800 à Paris, selon les autorités, des chiffres régulièrement contestés par les manifestants. La stratégie du gouvernement a consisté à jouer la montre en espérant une lente, mais inexorable érosion du mouvement, confronté à des dérapages dus à la présence de casseurs dans la plupart des manifestations. En outre, ni le Premier ministre ni le président Macron n'ont voulu consentir une quelconque concession sur les mesures dénoncées par les Gilets jaunes, comme la suppression de l'impôt sur la fortune ou le rétablissement de l' indexation des retraites et des prestations sociales sur le taux d'inflation. Le bras de fer sera jaugé à la faveur des élections européennes pour lesquelles les sondages donnent d'ores et déjà La République en marche et le Rassemblement national de Marine Le Pen au coude à coude.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.