Pour une solution consensuelle: Taleb Ibrahimi, Benyelles et Ali Yahia Abdennour lancent un appel    Alger: Rassemblement de dizaines de militants pour la libération de Louisa Hanoune    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Sa gestion-exploitation confiée à l'EPIC Ermeso: Le parking à étages de M'dina Djdida «otage» du marché informel    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    JS Kabylie: A fond pour une nouvelle dimension    MC Oran: A la recherche des points salvateurs    MO Béjaïa: Une situation critique    Tlemcen: 36 tonnes de viandes congelées saisies à Ghazaouet    Skikda: Un f'tour collectif empêché par les forces de sécurité    Mila: Un véhicule se renverse, 2 morts et un blessé    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Baptême du feu pour Arkab!    La reprise des liaisons aériennes reportée    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Arrestation de 29 terroristes    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    7 Algériens dans la liste de la FIFA    Son traitement est introuvable en Algérie : L'appel de détresse d'une jeune cancéreuse    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Frifer se rapproche du CS Sfax    Des soirées littéraires    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    La santé en péril    Ils avaient tout prévu dans leur lettre de 2017    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Il égorge sa femme juste avant le ftour    "Une décision salutaire"    Scandale au CPA de Bouira    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    JSK : La JSK répond à l'usma : «Justifier la défaite par des prétextes est l'arme des faibles»    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Le plaidoyer du compromis    Nomination de quatre nouveaux cadres    Le FFS maintient le cap    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Farah Rigal en automne en Algérie    Les bilans moral et financier adoptés à l'unanimité    Restauration de la casbah : Le projet confié aux cubains    Le Maghreb se démarque dans la compétition    Kefta bel ham, la version de Skikda    Ouverture d'une nouvelle librairie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril snobe Donald Trump
LES PRIX DU PETROLE CIBLENT LA BARRE DES 70 DOLLARS
Publié dans L'Expression le 06 - 04 - 2019

Les cours du baril ont atteint, jeudi, leur plus haut niveau
Les cours de l'or noir ont atteint, jeudi, leur plus haut niveau depuis novembre 2018 malgré les appels répétés du président américain qui rêve de les voir dégringoler.
Donald Trump a pris pour habitude de recourir aux tweets lorsque les prix du pétrole montent. Un mode opératoire qui a eu pour effet de les faire reculer même brièvement. Y recourra-t-il encore cette fois? Les experts n'écartent pas cette hypothèse. «Le risque d'un tweet de Donald Trump pèse sur le pétrole comme une épée de Damoclès qui s'abattra sur le marché si le baril coûte plus de 70 dollars trop longtemps», ont présagé les analystes du second groupe bancaire allemand, Commerzbank. Les cours de l'or noir ont atteint, jeudi, leur plus haut niveau depuis novembre 2018 malgré les appels répétés du président américain qui rêve de les voir dégringoler. Le scénario risque donc de se reproduire surtout que les cours de l'or noir semblent décidés à rester sur une courbe ascendante. Hier vers 14h35, heure algérienne, le baril de Brent de la mer du Nord, référence du pétrole algérien, s'échangeait à 69,56 dollars, en cours d'échanges européens, affichant une hausse de 16 cents par rapport à la séance de la veille. Le baril tient bon. La forteresse est bien gardée. Non seulement elle résiste aux coups de gueule du président américain, mais elle les ignore carrément. L'alliance Opep-non Opep a reconduit de facto, jusqu'en juin 2019 son accord de baisse de sa production de 1,2 million de barils par jour conclu le 8 décembre 2018, opérationnel depuis le 1er janvier 2019, après avoir annulé sa réunion d'avril. Le locataire de la Maison-Blanche qui juge que les cours de l'or noir sont trop élevés, n'y changera rien. Il persiste, toutefois, à lancer des appels du pied à l'Opep pour qu'elle augmente son offre à travers Twitter, son moyen de communication favori. «Très important que l'Opep augmente le flux de pétrole. Les marchés mondiaux sont fragiles, le prix du pétrole devenant trop élevé. Je vous remercie!», avait écrit le 28 mars le successeur de Barack Obama.
Les cours du brut avaient brusquement reculé après ce message du président, avant de limiter leurs pertes quelques minutes plus tard et de s'afficher en forte hausse le lendemain.
Les offensives du successeur de Barack Obama à travers intimidations et menaces à peine voilées pour faire baisser le prix du baril et ceux de l'essence à la pompe, sont devenues fréquentes. La dernière en date remonte au mois de février. «Les prix du pétrole montent trop. L'Opep, s'il vous plaît, détendez-vous et gardez votre calme. Le monde ne peut pas encaisser une hausse des prix - trop fragile!» avait-il écrit dans un message posté sur Twitter. Donald Trump avait fait mouche dans un premier temps. Le prix du baril de Brent, référence du pétrole algérien, avait plongé de plus de 2 dollars à Londres avant qu'il ne reparte à la hausse. L'Opep n'a pas obtempéré. Elle est restée ferme, inébranlable. «L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés continueront d'appliquer leur accord de réduction de la production en dépit des critiques du président américain Donald Trump», avait déclaré dans le sillage de ce message une source de l'Opep citée par Reuters.
L'Opep et ses alliés continueront d'appliquer leur accord d'encadrement du marché jusqu'à ce que les stocks commencent à baisser par rapport à leur niveau actuel pour revenir vers leur moyenne sur cinq ans avait affirmé le même canal d'information.
«Il ne fait aucun doute que nous continuerons de réduire la production selon nos plans et nous ferons en sorte d'avoir l'adhésion la plus forte à ces mesures», avait ajouté la même source. Le marché avait aussitôt réagi à cette mise au point. Il avait enregistré deux séances consécutives de hausse, les 26 et 27 février. Il faut rappeler que ce n'est pas la première fois que le président américain use de ce stratagème pour faire baisser les prix. Le 30 juin 2018 il avait sollicité le roi Salmane d'Arabie saoudite pour lui demander d'augmenter la production de 2 millions de barils par jour pour faire face à l'embargo qui pèse sur l'Iran et le Venezuela. «Je viens de parler au roi saoudien Salmane et j'ai demandé à l'Arabie saoudite de relever sa production pétrolière jusqu'à peut-être deux millions de barils pour compenser les pertes causées par les troubles et les dysfonctionnements en Iran et au Venezuela...
Il l'a accepté», avait écrit le locataire de la Maison-Blanche sur sa page Twitter. Un coup de bluff qui n'a pas marché. Il est fort à parier que Donald Trump revienne, malgré tout, à la charge. A moins que de guerre lasse...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.