PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'ALGER : Les dossiers de 12 personnalités remis à la Cour Suprême    PRESIDENTIELLE : 2 candidatures déposées au Conseil constitutionnel    AADL 1 : Plus de 4 750 logements attribués au niveau national    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Téhéran dénonce la surenchère américaine    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Lâche agression d'une fonctionnaire    Le président Trump effectue une visite au Japon    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    L'activité en baisse de 85%    La liste s'allonge    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak fait bouger le baril
LE PETROLE TERMINE LA SEMAINE AU-DESSUS DES 71 DOLLARS
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2019

Le bond que vient de réaliser le baril est porteur d'espoir
La situation politique en Algérie figure parmi les facteurs qui ont contribué à la hausse significative des cours de l'or noir.
Le contexte géopolitique est en effervescence. Le baril peut-il flamber? La question est posée. Certains spécialistes n'excluent cependant pas un tel scénario. La crise libyenne qui s'est transformée en conflit armé, celle qui frappe le Venezuela depuis plusieurs mois, les sanctions américaines contre Caracas et Téhéran, qui ont affecté l'offre mondiale de pétrole, jouent en faveur d'une hausse des prix. Fait nouveau: la situation politique en Algérie figure parmi les facteurs qui ont contribué à la progression significative des cours de l'or noir. «Avec les risques géopolitiques qui continuent d'impacter la production au Venezuela, en Iran et maintenant potentiellement en Libye et même en Algérie, les marchés du brut peuvent poursuivre cette hausse jusqu'à ce que les prix atteignent un niveau satisfaisant pour l'Opec et la Russie», a souligné Ole Hansen, expert en matières premières chez Saxo Bank, cité par l'agence Reuters. Les manifestations en Algérie n'ont pas eu d'impact sur la production nationale a précisé la même source. Le Hirak a donc contre son gré fait bouger le baril! Celui du Brent, référence pour le pétrole algérien, qui a terminé la semaine qui s'est achevée vendredi à 71,52 dollars, enregistrant un bond de 69 cents par rapport à la séance de la veille. Un niveau inespéré pour l'Algérie qui se débat dans une crise financière qui a pratiquement asséché les caisses du Trésor public. Ce qui a conduit l'ancien gouvernement à recourir au financement non conventionnel pour les renflouer. Une option qui n'est pas sans risque. La crainte de voir l'inflation, qui à ce jour a pu être contenue au-dessous des 5%, galoper n'est pas à écarter. Le bond que vient de réaliser le baril est, en tout cas, porteur d'espoir pour l'économie nationale qui devrait en principe desserrer l'étau si l'amélioration des prix du pétrole ne venait pas à être enrayée. Il pourrait même démentir les estimations des institutions de Bretton Woods. «Malgré une augmentation substantielle du budget de l'état et un prix du pétrole plus élevé qu'attendu, le ralentissement marqué de la production d'hydrocarbures (4,2%) a entravé la reprise de la croissance en 2018», avait écrit la Banque mondiale dans son bulletin économique semestriel pour la région Mena, avant de souligner que le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019. Le Fonds monétaire international (FMI) avait annoncé de son côté, le 9 avril, s'attendre à une croissance de 2,3% pour l'économie algérienne en 2019, en recul au lieu des 2,7% anticipés en octobre dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.