APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le consensus comme mode opératoire
LA CRISE ENTRE DIALOGUE ET DIVERGENCES QUI MINENT LA CLASSE POLITIQUE
Publié dans L'Expression le 06 - 06 - 2019


Vers le dégel?
L'urgence d'un dialogue pour dissiper les malentendus et les divergences s'impose plus que jamais.
Une nouvelle étape politique qui s'annonce très délicate après l'annonce du Conseil constitutionnel de l'annulation de l'élection présidentielle du 4 juillet de l'année en cours. La situation politique est vue comme étant une phase précaire en termes de gestion des institutions de l'Etat sans que cela ne participera dans la mise en place de mécanismes institutionnels pour en finir avec les tergiversations et les atermoiements qui caractérisent la gestion de l'appareil de l'Etat dans son ensemble. Des tiraillements et des divergences s'expriment de façon manifeste entre les représentants de l'Etat via l'institution militaire et aussi la classe politique dans toutes ses variantes. Ces tiraillements sont justifiés par l'exacerbation de la crise de confiance qui s'est installée entre les institutions et la société à travers ses protagonistes dans le monde associatif ou politique et partisan. Depuis le déclenchement du mouvement populaire le 22 février et son élan qui exige le changement du régime et de ses symboles, la crise institutionnelle ne cesse de s'amplifier et de prendre de l'ampleur. L'institution militaire avait pris position avec le mouvement populaire dans la perspective d'en finir avec l'oligarchie qui s'est emparée du régime et des richesses du pays, mais la dynamique est restée limitée par des changements que le mouvement populaire considère comme insuffisants compte-tenu de la démarche qui est prônée par la majorité du peuple qui exige le changement radical du système et la mise en oeuvre d'une plate-forme qui vise la préparation d'une période de transition déterminée dans la durée qui se chargera de dégager les structures d'une nouvelle République sur la base d'une constituante qui se chargera de mettre en place un projet de Loi fondamentale. Quant à l'institution militaire, elle ne veut pas sortir du critère constitutionnel et assumer son rôle d'accompagnateur, mais dans le cadre d'un processus institutionnel et constitutionnel tel qu'il a été délimité et conçu par la Constitution en vigueur. Il s'agit d'une situation qui ressemble à un dilemme, voire un paradoxe même, deux variantes et propositions de sortie de crise se disputent «le leadership» d'une initiative qui ne fait pas le consensus de part et d'autre. L'institution militaire persiste dans son approche qui stipule que la période de transition n'est pas une voie légale. Pour ladite institution, le chemin le plus légal c'est d'entreprendre la voie de la Constitution, c'est-à-dire la voie de la légalité qui consiste à aller dans la perspective d'un dialogue serein et responsable pour s'entendre sur les mécanismes susceptibles de redonner au processus électoral sa crédibilité et sa véracité via la mise en place d'une nouvelle structure pour gérer le processus électoral dans la transparence et l'indépendance. Donc la démarche de l'armée est surtout légaliste qui ne veut pas sortir du cadre constitutionnel pour opérer le «changement» que la majorité du peuple refuse puisque il exclut les avis de tout un mouvement populaire qui exige qu'une période de transition dans laquelle l'institution militaire sera un partenaire et accompagnateur à la fois de processus de changement et de transition politique. La voie médiane n'arrive pas encore à se frayer un chemin, l'urgence d'un dialogue pour dissiper les malentendus et les divergences s'impose plus que jamais si on veut aller très vite vers une solution négociée et consensuelle.Le report de l'élection présidentielle du 4 juillet va permettre aux institutions de l'Etat et à la classe politique et la société civile d'entreprendre une forme de dialogue direct et serein pour arriver à un minimum commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.