PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le consensus comme mode opératoire
LA CRISE ENTRE DIALOGUE ET DIVERGENCES QUI MINENT LA CLASSE POLITIQUE
Publié dans L'Expression le 06 - 06 - 2019


Vers le dégel?
L'urgence d'un dialogue pour dissiper les malentendus et les divergences s'impose plus que jamais.
Une nouvelle étape politique qui s'annonce très délicate après l'annonce du Conseil constitutionnel de l'annulation de l'élection présidentielle du 4 juillet de l'année en cours. La situation politique est vue comme étant une phase précaire en termes de gestion des institutions de l'Etat sans que cela ne participera dans la mise en place de mécanismes institutionnels pour en finir avec les tergiversations et les atermoiements qui caractérisent la gestion de l'appareil de l'Etat dans son ensemble. Des tiraillements et des divergences s'expriment de façon manifeste entre les représentants de l'Etat via l'institution militaire et aussi la classe politique dans toutes ses variantes. Ces tiraillements sont justifiés par l'exacerbation de la crise de confiance qui s'est installée entre les institutions et la société à travers ses protagonistes dans le monde associatif ou politique et partisan. Depuis le déclenchement du mouvement populaire le 22 février et son élan qui exige le changement du régime et de ses symboles, la crise institutionnelle ne cesse de s'amplifier et de prendre de l'ampleur. L'institution militaire avait pris position avec le mouvement populaire dans la perspective d'en finir avec l'oligarchie qui s'est emparée du régime et des richesses du pays, mais la dynamique est restée limitée par des changements que le mouvement populaire considère comme insuffisants compte-tenu de la démarche qui est prônée par la majorité du peuple qui exige le changement radical du système et la mise en oeuvre d'une plate-forme qui vise la préparation d'une période de transition déterminée dans la durée qui se chargera de dégager les structures d'une nouvelle République sur la base d'une constituante qui se chargera de mettre en place un projet de Loi fondamentale. Quant à l'institution militaire, elle ne veut pas sortir du critère constitutionnel et assumer son rôle d'accompagnateur, mais dans le cadre d'un processus institutionnel et constitutionnel tel qu'il a été délimité et conçu par la Constitution en vigueur. Il s'agit d'une situation qui ressemble à un dilemme, voire un paradoxe même, deux variantes et propositions de sortie de crise se disputent «le leadership» d'une initiative qui ne fait pas le consensus de part et d'autre. L'institution militaire persiste dans son approche qui stipule que la période de transition n'est pas une voie légale. Pour ladite institution, le chemin le plus légal c'est d'entreprendre la voie de la Constitution, c'est-à-dire la voie de la légalité qui consiste à aller dans la perspective d'un dialogue serein et responsable pour s'entendre sur les mécanismes susceptibles de redonner au processus électoral sa crédibilité et sa véracité via la mise en place d'une nouvelle structure pour gérer le processus électoral dans la transparence et l'indépendance. Donc la démarche de l'armée est surtout légaliste qui ne veut pas sortir du cadre constitutionnel pour opérer le «changement» que la majorité du peuple refuse puisque il exclut les avis de tout un mouvement populaire qui exige qu'une période de transition dans laquelle l'institution militaire sera un partenaire et accompagnateur à la fois de processus de changement et de transition politique. La voie médiane n'arrive pas encore à se frayer un chemin, l'urgence d'un dialogue pour dissiper les malentendus et les divergences s'impose plus que jamais si on veut aller très vite vers une solution négociée et consensuelle.Le report de l'élection présidentielle du 4 juillet va permettre aux institutions de l'Etat et à la classe politique et la société civile d'entreprendre une forme de dialogue direct et serein pour arriver à un minimum commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.