[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le feu vert de Tebboune
Prise en charge de l'autisme
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2021


Le président de la République vient de charger le gouvernement Djerad, d'un ensemble de mesures visant à prendre en charge, les catégories sociales vulnérables et fragiles. Le président Tebboune a, ainsi, chargé le gouvernement de «trouver les mécanismes adéquats pour la prise en charge des enfants autistes». Après plusieurs années de souffrances et de calvaires indescriptibles, les familles d'autistes peuvent enfin, pousser un ouf de soulagement. En Algérie, le nombre des personnes atteintes d'autisme est en nette évolution. Au moment où les autorités sanitaires avancent le chiffre de 80000 autistes (ministère de la Santé 2019), d'autres spécialistes parlent de plus de 400000 personnes concernées par cette pathologie. Soit une prévalence d'un cas pour 150 habitants (1/150). Sur tout le territoire national, il n'existe que six centres spécialisés, accueillant au total 4000 enfants, soit à peine 5% des cas dépistés. En l'absence d'enquêtes épidémiologiques efficientes et méthodologiques en Algérie, la situation des enfants autistes demeure dans un flou total. Ce faisant, l'autisme demeure une pathologie méconnue et méprisée également, les enfants atteints et leurs familles devant faire face à de nombreux préjugés. Néanmoins, la situation de l'autisme en Algérie a connu une certaine amélioration à partir de 2017, grâce à certains efforts conjugués de la société civile, les parents d'autistes et les autorités sanitaires. Durant cette même année, le monde de l'autisme a vu la sortie de la première promotion de pédopsychiatres, destinée au monde de l'autisme. Une situation qualifiée de bond qualitatif, notamment à travers des programmes de formation et de mise à niveau de personnels soignant et d'encadrement pédagogique également. On citera, à cet effet, les deux services de pédopsychiatrie à Alger, un à Blida, un à Constantine, un à Sétif, un à Annaba et un autre à Oran. Néanmoins, ces efforts demeurent incomplets et insuffisants, face à'ampleur de la tâche qui reste à accomplir. «Les actions de dépistage restent inadaptées faute de moyens et peinent à se développer», rapportent des professionnels du secteur, qui affirment que «la pathologie a besoin d'une armée de pédopsychiatres, psychologues, psychomotriciens, ergothérapeutes, orthophonistes, éducateurs, etc. pour pouvoir répondre convenablement aux attentes des patients et de leurs familles». Ces professionnels déplorent également «l'absence de formations, de stages et de réunions de suivi pédagogique, à même de renforcer les compétences des praticiens de ce secteur, notamment en matière de dépistage, diagnostic et prise en charge des autistes». Pour le ministère de la Santé et celui de la Solidarité nationale, qui sont les principaux concernés par les instructions du président Tebboune, il s'agit de s'appuyer sur les expériences et les expertises déjà existantes sur le terrain de la prise en charge de cette pathologie. Le cas de l'association TEJ dans la wilaya d'El Oued, qui a mis en place un projet médical, en partenariat avec l'association française Solimed, est assez édifiant. Un ambitieux programme de formation à destination des professionnels de la santé et des parents, a été élaboré et mis en exécution afin de soutenir les familles dans la prise en charge de leurs enfants autistes. Il y a également ce projet monté par la Sarp, l'association pour l'aide, la recherche et le perfectionnement en psychologie, en vue de la prise en charge du problème de l'autisme. «Il s'agit d'un espace baptisé Insaf de prise en charge psychopédagogique des enfants trisomiques, d'enfants en situation d'autisme et d'accompagnement de leurs parents.» Des dizaines d'associations et plus encore, s'organisent, tant bien que mal, et activent dans le domaine de la prise en charge des enfants autistes, souvent avec des moyens rudimentaires pour pallier ce manque institutionnel.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.