L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Archéologie du corps colonisé»
Amina Zoubir expose en Allemagne
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2021

L'infatigable artiste plasticienne Amina Zoubir se trouve actuellement en Allemagne où elle expose à Hambourg depuis le 28 avril dernier. Sa belle et intéressante expo, basée sur des collages est visible d'ailleurs au Markk Museum jusqu'au 28 juillet, pour celui qui se trouve en Allemagnes. Ces collages ont été conçus dans le cadre de la résidence d'artiste «Reversed Exploration», à laquelle Amina Zoubir a été invitée par le Kulturforum Süd-Nord e.V. au printemps 2021 et présentée au musée Markk. Sa résidence a été soutenue par M.Bassy, la Behörde für Kultur und Medien et la Fondation Liebelt. Le travail d'Amina Zoubir nous apprend-on «porte sur la représentation et l'appropriation du corps féminin dans des photographies d'Afrique du Nord d'influence coloniale et ethnographique.». Un travail qui s'inscrit dans la continuité de la démarche artistique de l'artiste qui interroge le plus souvent la place de la femme dans la région du Maghreb notamment, et l'Afrique du Nord. «La collection de photos du Markk contient bon nombre de ces photographies, qui constituent également une collection stimulante pour le musée.
Objets et témoignages historiques, le musée les conserve. Cependant, leur origine coïncide avec une époque de structures et de déséquilibres de pouvoir coloniaux et scientifiquement dominés par l'Europe, qui sont directement visibles dans les représentations photographiques des personnes et les images qu'elles créent. Par la reproduction, l'exposition et la visualisation non critiques, il existe encore aujourd'hui un danger de solidification de ces images ainsi qu'une objectivation continue et violente des personnes représentées.»
Le passé en fragments
A propos de la démarche de l'artiste Amina Zoubir, note-t-on «la force du travail d'Amina Zoubir réside précisément dans le fait que, par une déconstruction et un recentrage délibérés de ces portraits difficiles et des images qu'ils véhiculent, les personnages représentés sont placés à hauteur des yeux en tant que sujets, en rupture avec leur contexte historique.
D'origine, ainsi rendues et maintenues visibles d'une manière nouvelle. La reproduction en série, sous forme de collage, met en évidence le nombre extrêmement élevé de femmes touchées par cette appropriation coloniale de leur corps.» fait savoir Jana Caroline Reimer, commissaire d'expo pour la région Afrique du Nord, Asie occidentale et centrale et Egypte ancienne. (Musée Markk à Rothenbaum.). Rappelons qu'Amina Zoubir est une artiste plasticienne et vidéaste et compte à son actif de nombreuses expositions ainsi que diverse participations à des biennales d'art plastiques de par le monde.
De nouvelles images esthétiques
Son intérêt dans cette exposition comme elle le souligne dans une vidéo porte sur les images des femmes dans la période coloniale arguant qu'elle a commencé sa carrière comme performeuse ayant vécu en Algérie, même si elle est partagée, aujourd'hui, avec la France. Mais son regard se porte souvent sur la société algérienne. Mais pas que...
Dans une vidéo, l'artiste estime que la première étape de son travail consiste à questionner la société contemporaine. Ce qui l'a pousse à se connecter aussi avec le passé colonial. Un travail qu'elle a commencé à entreprendre quand elle était à l'université de Paris Huit. Aussi, elle évoquera également le travail accompli durant sa résidence au Kulturforum Süd-Nord, où elle a appliqué ses recherches sur la collection photographique ethnographique du musée Markk. « Ce qui importait pour moi est de comment relier le passé au présent tout en abordant la notion du genre et pas seulement dans mon pays l'Algérie.» Et d'ajouter: la période coloniale se caractérisait par la domination et l'humiliation envers l'Autre, tout comme la dépossession et le corps en faisaient partie.». Et de renchérir: «Mon travail est de questionner ces images d'archives pour les confronter avec le présent comme un miroir et ainsi déconstruire ce miroir en
fragments pour mieux le comprendre. Le déconstruire aussi de façon contemporaine et établir un dialogue avec ces images..» Et d'ajouter: « déconstruire ce miroir n'est pas négatif. Il s'agit pour moi en tant qu'artiste de créer une autre esthétique dans la représentation...» Pour ce faire, elle aura accès, indique-t-elle, à de nombreuses photographies et pas seulement en provenance d'Algérie, mais aussi du Maroc, d'Egypte, la Lybie, Soudan, mais aussi de la Namibie, le Kenya, le Congo, l'Afrique du Sud etc.
Des images qui l'ont impressionnée. Mais avoue t-elle « Mon rôle en tant qu'artiste ne consiste pas à raconter des histoires, mais de créer de nouvelle images en proposant de nouvelles esthétiques.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.